Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 14:05

 

Bonjour mes petits cappuccinos (désolée mais c'est Sarah, qui est juste à côté de moi qui m'a forcée à écrire ça !),

 

En décembre dernier, j'avais participé au concours de la collection R pour lequel il fallait écrire une scène inédite entre Allie et Carter de la série "Night School". Et hier soir, j'ai appris que j'avais remporté le cinquième prix ! C'est avec grand plaisir que je partage mon texte avec vous.

 

Petite précision : j'ai intégré cette nouvelle entre les chapitres 17 et 18 du deuxième tome, donc elle paraîtra certainement incompréhensible  pour qui n'a pas lu les livres. ;-)

 

J'espère que ça vous plaira, bonne lecture !

 

~

 

 

17,5.

 

 

 

A

llie marchait dans les bois de Cimmeria, sans se presser. C’était comme une étrange balade nocturne. Elle ne savait pas pourquoi elle était là, mais elle continuait à avancer. Elle n’était pas en mission pour la Night School, elle ne cherchait rien de particulier… Dans le lointain, une horloge sonna onze coups.

Soudain, la panique monta en Allie. C’était incroyable, elle faisait une crise en plein milieu de ces bois pourtant gigantesques ! L’espace s’étirait autour d’elle, elle en avait conscience, et pourtant… C’était comme si, mentalement, un étau se resserrait autour d’elle, l’oppressant… Allie se recroquevilla sur elle-même, les bras autour des épaules. La crise de panique allait prendre le dessus sur elle… Difficilement, elle se força à se lever et à faire quelques pas pour se calmer. Au début, la sensation fut encore plus insupportable, et puis, elle diminua enfin.

Onze pas, douze pas, treize pas…

« Inspire deux fois. Expire une fois », s’admonesta-t-elle. 

Peu à peu, elle reprit ses esprits. Mais la paix fut de courte durée. Un bruit agita les fourrés, une forme serpenta parmi les buissons. La jeune fille se figea.

« Qu’est-ce que c’était que ça ? »

C’est alors que sortit d’un des bosquets, paresseusement, avant de se planter face à elle, un renard au pelage roux, la fixant de ses yeux d’un bleu glacé.

Etrangement, l’horloge se remit brusquement à sonner en coups irréguliers, résonant dans la tête d’Allie comme si un batteur de jazz s’entraînait à l’intérieur de son crâne…

 

Toc, toc, toc.

Allie se réveilla en sursaut et en sueur. La migraine lui vrillait les tempes. Se tournant vers sa fenêtre, elle aperçut un visage derrière la vitre. Réprimant un cri, elle se ressaisit et reconnut Carter. Il toquait doucement, hésitant.

Elle se composa une parade tout en se levant pour lui ouvrir. Il était minuit passé et elle était encore habillée des vêtements de Sylvain. Elle lui fit signe qu’elle arrivait dans deux minutes et, profitant de la pénombre qui empêchait Carter de voir ses vêtements, elle attrapa son peignoir bleu marine aux armoiries de Cimmeria et se couvrit du mieux qu’elle put avec.

Allie débarrassa son bureau de devoirs inachevés qu’elle déménagea sur son lit, alluma sa lampe de bureau et ouvrit enfin à Carter. Il entra jambes les premières dans la chambre, se laissant glisser sur le bureau. Ses cheveux étaient ébouriffés et il claquait des dents. Ensuite, il attrapa le visage d’Allie entre ses paumes glacées et lui déposa un léger baiser sur les lèvres.

-         Salut. Tu m’as fait attendre.

-         Salut.

-         Comme je ne t’ai pas vue ce soir, au dîner, j’étais venu prendre de tes nouvelles.

Allie resserra les pans de son peignoir autour d’elle.

-         Oh, euh, je ne me sentais pas très bien, je suis rentrée pour me reposer et je me suis endormie comme une masse. Je viens de me réveiller. 

« Encore un mensonge », songea-t-elle. « Serait-ce enfin le dernier ? Probablement pas… »

-         Désolé.

-         Non, ce n’est pas grave. Je… je suis contente de te voir. 

Carter baissa les yeux et remarqua le pantalon de pyjama d’Allie, ou plutôt, de Sylvain. Il fronça les sourcils mais ne fit aucun commentaire. Impossible qu’il le reconnaisse, même s’il était un peu trop grand pour la jeune fille.

Au lieu de ça, il l’attira contre lui et l’embrassa avec plus de passion.

« Se pourrait-il qu’il sente l’odeur de Sylvain sur moi ? » craignit-elle.

Même si les pensées d’Allie étaient à des années lumières du moment présent, envahie par la culpabilité, elle agrippa les cheveux de Carter et lui rendit son baiser. Puis le jeune homme s’écarta et lui demanda d’un air soucieux :

-         Alors, comment ça s’est passé, avec Sylvain ?

« Voilà probablement la véritable raison de sa visite... »

-         Plutôt bien. Nous sommes allés dans une salle de classe et je n’ai pas eu droit à des questions auxquelles je ne voulais pas répondre. Ah, il m’a quand même posé une question sur Lucinda.

Elle pouvait bien lui dire ça, non ? Les bras de Carter, refermés autour des épaules d’Allie, se crispèrent. Elle tenta de le rassurer.

-         Il m’a simplement demandé le nom de ma grand-mère. Je ne pouvais pas lui mentir.

« C’est pourtant ce que tu t’apprêtes à faire, en omettant volontairement de lui dire que tu es allée dans la chambre de Sylvain… Même s’il ne s’est rien passé avec lui, sauf si on tient compte de nos plans pour rejoindre Christopher, demain, à minuit, et dans le dos de tout le monde… »

-         Allie ?

-         Excuse-moi. J’avais la tête ailleurs.

-         Je te demandais si Sylvain n’avait rien tenté.

Allie soupira.

-         Carter, tu sais très bien que Sylvain ne me ferait pas de mal.

-         Oui, c’est ce que tu me disais déjà l’été dernier.

-         Tout ça, c’est du passé, Sylvain a changé. Il… il m’a sauvé la vie, tout de même !

Les yeux de Carter lancèrent des éclairs. Il lâcha brutalement Allie, qui en frissonna.

-         Ah oui, c’est vrai, Sylvain t’a sauvé la vie, répéta-t-il sur un ton sarcastique.

Allie se rapprocha de Carter et passa ses bras autour de son cou.

-         Je ne veux pas qu’on se dispute.

Il s’adoucit, sans pour autant redevenir complètement celui dont Allie était tombée amoureuse.

-         Moi non plus, dit-il néanmoins.

Il semblait se retenir d’ajouter quelque chose.

-         Je vais te laisser, alors, si tu ne te sens pas bien, finit-il par dire, mais Allie savait qu’il y avait autre chose.

-         D’accord, murmura-t-elle, à nouveau envahie par la culpabilité.

Elle avait beau ne pas se sentir mal physiquement, la simple pensée de passer du temps avec Carter tout en lui mentant davantage, car elle ne pouvait que s’enfoncer dans ses mensonges, lui donnait la nausée. La lettre de Christopher lui brûlait la cuisse à travers la poche de son pyjama, enfin, du pyjama de Sylvain, plutôt.

-         On se retrouve au réf’ demain matin ?

-         Oui, répondit-elle.

-         Tu es sûre que ça va aller ? Tu es bizarre. Tu ne veux pas que je t’emmène à l’infirmerie ?

Allie, qui avait baissé les yeux sur ses pieds nus, releva la tête et sourit timidement à Carter.

-         Non, non, ne t’inquiète pas.

Carter avait l’air déçu par son attitude. Allie espérait qu’il la mettrait sur le compte du fait qu’elle n’était pas dans son assiette, mais elle savait qu’elle se berçait d’illusions. Une distance s’était installée, et continuait à prendre du terrain, entre Carter et elle.

Comme pour l’annuler, elle fit quelques pas vers son petit ami. Ce fut alors que l’enveloppe ivoire glissa doucement de sa poche pour tomber comme une feuille morte sur le sol. Un peu trop rapidement pour ne pas que ça paraisse suspect, mais pas assez vite pour devancer Carter, Allie s’accroupit pour la ramasser. Il lui tendait déjà l’enveloppe, les sourcils froncés, guettant sans doute une explication. Il baissa les yeux sur l’enveloppe où le nom d’Allie était inscrit d’une belle écriture manuscrite.

La jeune fille s’efforça de faire disparaître de son visage toute trace d’anxiété et prit l’enveloppe des doigts de Carter.

-         Merci. C’est… un mot de Zoé.

Elle se serait donné des baffes. Elle fourra l’enveloppe dans sa poche, l’air faussement nonchalant.

-         Oh, vous vous entendez mieux maintenant ?

-         Oui, beaucoup mieux.

Allie appuya ses propos d’un sourire.

-         Et toi, avec Julie, ça va ?

-         Impeccable.

-         Super.

Après un silence et un baiser, Carter reprit :

-         A demain, Allie.

-         A demain.

Le jeune homme se retourna et, sans un mot, il se glissa par la fenêtre restée entrouverte avant de s’évanouir dans la nuit pour regagner son dortoir par le toit. Dehors, l’air était glacial mais le sol sec. Quand viendrait la neige, et avec elle, les traditionnelles batailles de boules de neige ? Allie ferma les yeux et huma l’odeur musquée de la nuit. Puis, après avoir retiré ses devoirs de son couvre lit bleu-marine, elle ferma sa fenêtre et ses rideaux et retourna sous ses épaisses couvertures. Elle relut encore quelques fois la lettre de Christopher qu’elle avait trouvée sur son bureau la veille.

« Comment aurait réagi Carter si je lui en avais parlé ? », s’interrogea-t-elle encore une fois. 

La réponse était évidente. Carter était trop protecteur vis-à-vis d’elle. Il lui aurait interdit d’y aller, même accompagnée, avant de s’emparer de la lettre pour la donner à Isabelle. Leur directrice aurait alors pris la décision de surveiller Allie pour empêcher qu’elle ne se rende dans les bois et, pire que tout, elle aurait ordonné à Raj Patel et à sa bande de kidnapper Christopher. Et que serait-il arrivé de lui, alors ? Allie préférait ne pas l’imaginer.

Elle songea au fait que Carter avait parlé d’elle à Gabe. Il avait fait ça dans son dos, ne le lui avait révélé qu’il y a peu de temps. Ne pouvait-elle donc pas lui cacher des choses, elle aussi ? Peut-être lui avouerait-elle plus tard… si tout se passait bien.

Allie avait besoin de voir son frère, besoin de lui parler. Elle devait comprendre pourquoi il s’était rangé du mauvais côté, pourquoi il l’avait abandonnée, elle, sa petite sœur… Elle ne voulait pas que quelqu’un ou quelque chose lui mette des bâtons dans les roues.

Alors qu’elle relisait la lettre écrite sur du papier de luxe pour la énième fois, s’y accrochant comme à une relique, les yeux d’Allie commençaient à fatiguer. Elle tenta alors de se rendormir, non sans difficulté. Le reste de son corps était empli d’une sorte de stress mélangé à la sensation d’avoir commis une faute, pas vraiment plus rassurante…

 

Les brindilles craquaient sous ses pas en un bruit assourdissant dans le silence de la nuit. Allie accéléra jusqu’à ce que les arbres autour d’elle deviennent flous. La pleine lune éclairait leurs branches saupoudrées de neige. Quelque part au loin, une horloge sonnait les douze coups de minuit.

Sans s’en rendre compte, elle s’était dirigée droit vers le cimetière. Plutôt que d’y entrer, elle s’approcha de la berge du ruisseau juste à côté. Elle ne prenait plus aucune précaution. Elle se fichait pas mal de faire du bruit à présent, elle savait pourquoi elle était là. Elle était anxieuse mais n’avait plus peur. Elle se sentait en sécurité, étrangement. Allie se rapprocha davantage du bord du ruisseau, scrutant la rive opposée vierge de toute trace de pas. Une brise la fit frémir et elle s’avança encore un peu. Soudain, emportée par son élan, elle trébucha dans la neige et manqua de tomber dans le ruisseau gelé. Elle retrouva son équilibre juste à temps et, quand elle leva les yeux, il y avait maintenant quelqu’un en face d’elle. L’eau les séparait comme une frontière de glace. La pleine lune sortit de derrière un nuage et éclaira la silhouette d’un jeune homme. Mais il ne s’agissait pas de Christopher, comme Allie l’escomptait. C’était Carter, un sourire mauvais sur les lèvres.

 

Allie se réveilla en criant. Son réveil indiquait trois heures et demie du matin. Sa lampe de bureau était restée allumée et la lettre de Christopher gisait sur le sol, à côté de son lit. Elle la ramassa et la glissa entre les pages de son livre d’histoire, resté ouvert sur son bureau avant d’éteindre et de se rendormir.

 

Quand Allie sortit du sommeil pour de bon, quelques heures plus tard, elle bondit de son lit. Il était déjà presque neuf heures. Elle ôta son peignoir et prit son nécessaire de toilette. Elle ne croisa personne, ni dans le couloir, ni dans la salle d’eau. En prenant une douche rapide mais brûlante, elle songea à sa conversation d’hier avec Carter. Ils avaient beau ne pas s’être disputés, une étrange impression continuait à la tourmenter. Quand Allie revint dans sa chambre, elle décida de cacher la lettre dans son armoire. Elle allait arrêter de la transporter sur elle. De toute façon, elle n’avait même plus besoin de la sortir de l’enveloppe pour la relire, elle en connaissait chaque mot par cœur. Et malgré les risques contenus dans chacun d’eux, Allie était convaincue que son choix d’aller à la rencontre de son frère était le bon, quoi qu’en dise Sylvain ou quoi que Carter aurait pu en dire, s’il avait été au courant.

 


~

 

PS : pour découvrir celle de alittlematterwhatever qui a remporté la troisième place, cliquez ici, pour celle de Clèm (deuxième place), ici et celle d'Emilie (première place), ici

Partager cet article

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Hors-sujet
commenter cet article

commentaires

Aline 30/03/2013 15:54


Cinquième ?! Mais tu méritais d'être première. C'est vraiment très bien écrit.

HanaPouletta 30/03/2013 16:45



Wahou, ça c'est du compliment ! J'suis toute émue et contente, merci beaucoup :) ♥



Feflie 20/03/2013 14:50


Felicitation ! Bon par contre, je n'ai pas lu le 2e tome encore alors j'hesite a lire ta nouvelle... Il y a des spoilers ? ^^

HanaPouletta 21/03/2013 13:41



Merci ! :))) Je pense qu'il vaut mieux attendre alors, si tu veux si tu chroniques le livre je te le rappelerai dans un commentaire, parce que je serais vraiment heureuse d'avoir ton avis :D



Stéphanie plaisir de lire 17/03/2013 23:47


quel talent !!!! félicitations c'est super !

HanaPouletta 18/03/2013 16:37



Whaou, merci, tu me fais rougir



Anne-C 17/03/2013 02:00


J'adore j'adore j'adore ! Tu écris vraiment bien ! :) Tu mérites vraiment !

HanaPouletta 17/03/2013 09:57



Merci, ça me touche énormément ♥



Selena 13/03/2013 00:36


Félicitation!!! Génial ta nouvelle! J'aime beaucoup!

HanaPouletta 13/03/2013 08:04



Merci beaucoup ♥



En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur