Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 18:41

Guillaume Musso - 7 ans après....

 

Présentation de l’éditeur

Après un divorce orageux, Nikki et Sebastian ont refait leur vie, très loin l’un de l’autre. Jusqu’au jour où leur fils Jeremy disparaît mystérieusement. Fugue ? Kidnapping ? Pour sauver ce qu’elle a de plus cher, Nikki n’a d’autre choix que de se tourner vers son ex-mari qu’elle n’a pas revu depuis sept ans. Contraints d’unir leurs forces, ils s’engagent alors dans une course-poursuite, retrouvant une intimité qu’ils croyaient perdue à jamais…

 

Mon avis

Je me suis fixé l’objectif de lire tous les romans de Guillaume Musso, mais je n’en suis pour l’instant qu’à mon quatrième. En tout cas, pour le moment, tous m’ont plu. Plus ou moins, bien sûr. Mon chouchou reste « La fille de papier ». Celui qui m’a le moins convaincue est « L’appel de l’ange ». (Je ne l’ai d’ailleurs pas chroniqué, parce que je ne savais vraiment pas quoi en dire. J’avais aimé, sans plus, et ça s’arrêtait là.) « 7 ans après… » se situe-t-il plus du côté du premier ou du deuxième… ?

 

Bon, au vu de la couverture, on se doute que le roman se déroule au moins en partie à Paris, et pour moi c’était déjà un bon point. En fait, on voyage beaucoup dans ce livre, et on sent que l’auteur a réellement visité les lieux qu’il décrit… D’ailleurs, les descriptions sont parfois un peu trop poussées, dans le sens où on dirait que l’auteur a voulu tout nous faire voir et ça surcharge un peu le roman.

 

Guillaume Musso est également friand de références. Comme il s’agit de référence à la culture populaire pour la plupart je n’ai pas eu de souci à comprendre, mais trop c’est trop et c’est parfois agaçant quand il y a trois marques/noms/œuvres cités dans le même paragraphe. Il utilise aussi beaucoup d’anglicismes et même si j’adore la langue de Shakespeare, je n’aime pas voir 36 000 mots en italique sur la même page. Le livre est écrit en français, tout de même. Sinon, j’aurais lu un roman en anglais à la place.

 

Mais assez parlé de la forme. L’histoire est, comme d’habitude, originale et truffée de rebondissements. On ne voit vraiment pas passer le temps quand on lit ce livre. Petit bémol : aux alentours de la page 180, j’avais déjà deviné un gros pan de la fin de l’histoire. Je n’arrêtais pas de me tracasser sur le fait que j’avais bien deviné ou pas. Je voulais une révélation surprise à la fin, un retournement complet. Il n’y en a pas eu, et j’avais raison, mais je n’avais pas tout résolu, donc j’ai adoré la fin de l’histoire, une chute à la hauteur des autres livres de Musso. Très, très bon point.

 

Par contre, je n’ai pas aimé l’épilogue. Pas du tout. À la limite, pour en savoir si peu, j’aurais préféré qu’il n’y en ait pas.

 

Je me plains, je me plains, mais avec un style vif, des personnages bien construits (on connaît toujours un pan de leur histoire pour s’y attacher) et une chute rocambolesque, on a là les ingrédients d’un bon Musso ! Il ne décevra pas ses fans, mais bon, je pense qu’ils l’ont déjà tous lus, et le suivant aussi d’ailleurs, et que je suis à la traîne. Pour les détracteurs de Musso par contre, ce nouveau roman ne changera sûrement rien à votre opinion !

 

Mon ressenti

7,75/10

 

7 ans après…, de Guillaume Musso, éditions Pocket (7,80€)

Aussi disponible en grand format chez XO Éditions (21,90€).

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 20:09

Edmond la fête sous la lune

 

Présentation de l'éditeur

Edmond l'écureuil habite au milieu d'un grand châtaignier. Mais il est si timide qu'il ne connaît aucun de ses voisins. Un soir, on frappe à sa porte...

 

Mon avis

C’est le côté rétro des dessins qui m’a au départ attirée et l’ambiance qui s’en dégageait. Pour le décor et les personnages, on a droit à des couleurs vives, en contraste avec la nuit au-dehors du grand châtaignier dans lequel vit Edmond…

 

J’avoue avoir un peu négligé l’histoire au profit de ces belles illustrations et, au moment de commencer l’album je ne savais pas trop la thématique de celui-ci.

 

En fait, Edmond l’écureuil, timide, plaira sans aucun doute aux enfants dans le même cas. L’album prouve que ça a du bon quand, au lieu de rester chez lui à faire de la confiture de noisettes, lire des romans d’aventure et fabriquer des pompons, Edmond se mêle à la fête organisée par son voisin du-dessous. Il ne laisse pas tomber ses passions, non : il les partage avec ses nouveaux amis.

 

Alors, certes, tout ne va pas toujours comme sur des roulettes dans la vraie vie, mais ce livre rassurera les enfants et leur montrera qu’il ne faut pas avoir peur de sortir de sa bulle (plus facile à dire qu’à faire, je sais, je suis passée par là et j’y repasse encore parfois) ! Un album sur l’amitié et la timidité plus qu’agréable à regarder qui, finalement, m’a charmée sur tous les points. Le côté absurde de certaines idées (la « tarte à rien », par exemple) ajoute un côté poétique très bien représenté par le titre.


Mon ressenti

4,5/5

 

Feuilleter l'album

 

Edmond la fête sous la lune, de Astrid Desbordes, illustrations de Marc Boutavant, éditions Nathan (10€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 15:07

AOUT-copie-2.PNG

 

Bonjouuur,


(C'est la rentrée mais je ne déprime pas, est-ce le fait que j'entame ma dernière année avant l'école supérieure qui fait ça ?) Allez, plus que quelques mois et je devrais publier mon bilan du mois écoulé au 31 du suivant ! Bon, trêve de plaisanterie, mieux vaut tard que jamais, comme on dit, non ?


~


[Lecture commune] 1. Le Club des incorrigibles optimistes, de Jean-Michel Guenassia  (3,5/5)

 

[Lecture commune] [Chronique à venir]  2. Les quatre filles du docteur March, de Louisa May Alcott (3,5/5) 

 

[Chronique à venir] 3. Gossip Girl, tome 1 : Ça fait tellement de bien de dire du mal, de Cecily vont Ziegesar (5/5)

 

[Plaisir coupable] 4. High School Musical : Premiers pas sur scène, de N.B. Grace (2,75/5)

 

5. Tom, petit homme, tout petit homme, Tom, de Barbara Constantine (3,75/5)

 

6. The Lying Game, tome 2 : Ne jamais dire jamais, de Sara Shepard (4,5/5)

 

7. Journal d’un dégonflé, tome 1 : Carnet de bord de Greg, de Jeff Kinney (3,5/5)

 

8. J’ai failli te dire je t’aime, de Federico Moccia (4,5/5) 


9. Spellman et associés, de Lisa Lutz (4/5)

 

10. Bridget Jones, tome 2 : L’âge de raison, d’Helen Fielding (4/5)   


[Chronique à venir] 11. 7 ans après, de Guillaume Musso (3,75/5)

 

12. Une planète dans la tête, de Sally Gardner (3,75/5)

 

13. Le Corps de Liane, de Cypora Petitjean-Cerf (3,5/5)

 

14. Rosie contre le reste du monde, de Romain Gadiou, illustrations de Sébastien Tiquet (4/5)

 

15. Un homme à distance, de Katherine Pancol (4/5)

 

16. Journal d’Hirondelle, d’Amélie Nothomb (2,5/5)

 

~


  J’espère que, si rentrée il y a eu, celle-ci s’est bien passée, et que contrairement à moi vos profs vous ont donné des livres intéressants à lire ! Désolée de me faire moins présente ici et sur vos blogs, j'ai un peu moins de temps pour ça mais je tiens toujours la barre et je viendrai bientôt faire un tour des blogs. ;-)

 

Bonne semaine et bonnes lectures,

 

HanaPouletta

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Bilans
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 14:55

Catherine Girard-Audet - La vie compliquée de Léa Olivier Tome 3 : Chantage.

 

Présentation de l’éditeur

L'hiver est arrivé, et la vie de Léa Olivier est toujours aussi chaotique. Alors que Manu lui offre enfin son aide, les nunuches lui mettent des bâtons dans les roues. Comme si ce n'était pas assez, Léa doit aussi jongler avec les histoires d'amour de son frère, le nouvel appareil dentaire de Marilou, les travaux qui s'accumulent et les aléas de son coeur. Pourquoi est-ce que Thomas lui fait encore tant d'effet si elle file le parfait bonheur avec Eloi? Et est-ce normal de réaliser qu'elle et Eloi sont plus différents qu'elle ne le croyait ? Avec la fin de l'année scolaire qui approche à grands pas, Léa ne demande qu'une chose : survivre jusqu'aux vacances !

 

Mon avis

Troisième tome des aventures de Léa Olivier ! L’année scolaire se termine et la vie de Léa est toujours aussi compliquée. Alors que sa vie sociale est de plus en plus remplie, Léa a un chum, se rapproche d’Alex (son ex) et Jeanne (sa « prof particulier » d’anglais), et a toujours son poste au journal de l’école… ainsi que les nunuches sur le dos.

 

Pour la première fois, j’ai par moment eu l’impression qu’on tournait en rond. Ce sont des histoires à la « je t’aime moi non plus » qui peuvent lasser à force. Juste quand je commençais à me demander où l’auteur voulait en venir, cependant, il y a eu du nouveau ! Je ne vous dirai rien (ou plutôt, pas grand-chose), mais il se passe dans ce tome quelque chose que j’attendais depuis longtemps, et je ne crois pas être la seule. :-) La fin aussi est plutôt tranchante, pas de cliffhanger, et pourtant, j’ai hâte de lire la suite.

 

Je me suis également rendu compte que, plus la série avance, plus je préfère Marilou à sa meilleure amie. Je la trouve plus mature et ses conseils plus pertinents. Parfois, Léa se comporte comme une gamine, ou comme si l’auteur voulait lui faire faire ou dire quelque chose de stupide afin qu’il se passe quelque chose. Parfois, Léa fonce droit dans le mur, et heureusement que Marilou est là pour recoller les morceaux.

 

Ce tome ne porte pas ce titre pour rien : il y a du chantage à tous les étages et Léa se trouve parfois face à des choix cornéliens pour une fille de son âge. Encore une fois, elle pourra compter sur l’aide de Marilou, mais aussi de ses amis de Montréal pour y voir clair. Elle se rapproche d’ailleurs d’Alex, son ex (ça rime !) et ne voit pas pourquoi cela dérange tant Eloi, son copain (alors qu’elle reconnaît que ça ne lui plairait pas de le voir lui avec son ex, no comment).

 

Toujours le thème de l’adolescence, de l’école, et les embûches sur le chemin des jeunes ; leurs relations entre eux, avec leurs parents, le déménagement, etc. Petite anecdote : j’étais dans la salle d’attente de l’orthodontiste quand j’ai lu dans le livre que Marilou allait se faire poser des broches (des plaquettes) ! Raison de plus pour que je l’aime de plus en plus. (^-^) Tous ces thèmes sont proches des préoccupations des jeunes et l’ensemble du livre est réaliste. Je sais que nombreux sont les lecteurs à s’y reconnaître.

 

Toujours aussi le langage canadien, ses expressions particulières ; de même que les spécialités culinaires du pays, et quelques balades dans Montréal pour nous dépayser complètement ! Les dernières pages sont d’ailleurs des cartes et des infos supplémentaires comme un lexique pour faciliter la compréhension. Je crois que les tomes suivants vont entamer un nouveau cycle dans la série, avec plein de changements pour Léa (et Marilou), et que ça tombe juste à pic.

 

Mon ressenti

8,75/10

 

La vie compliquée de Léa Olivier, tome 3 : Chantage, de Catherine Girard-Audet, Kennes Editions (14,20€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 13:59

Marie Sellier - Coeur de pierre - Camille Claudel et Rodin.

 

Présentation de l’éditeur

À la découverte de Rodin et Camille Claudel !

 

Mars 1913, au 19 quai de Bourbon, sur l’île de la Cité, à Paris. Le jeune Émile est réveillé en pleine nuit par un fracas épouvantable. Le bruit vient du logement du rez-de-chaussée où habite une femme étrange, une sorte de clocharde qui se barricade le jour et sort furtivement la nuit. Qui est-elle ?

Le lendemain, Hortense, la sœur d'Emile, se rend avec son amie Luce chez le célèbre sculpteur Rodin qui a proposé de faire leur portrait. Au fil de la conversation, Rodin évoque une mystérieuse artiste qui ressemble fort à la femme du rez-de-chaussée du19 quai de Bourbon… Et si c’était elle ? 

 

Mon avis

J’avais déjà lu « Le fils de Picasso » de la même auteure et il ne m’avait franchement pas parlé. Mais, encore une fois, découvrir la vie d’un artiste me faisait envie, et j’ai eu envie de retenter le coup.

 

Ce fut une très bonne idée ! J’aime vraiment la façon d’écrire de Marie Sellier. Autre point à souligner : on sent que l’auteur a écrit pour le cinéma car elle utilise un procédé génial : elle utilise la fin de chaque chapitre pour rebondir sur le suivant, ce qui donne l’impression de regarder un film.

 

L’histoire de « Cœur de pierre » est plutôt sombre. Elle raconte la passion qui a uni Camille Claudel et Rodin, mais des années plus tard. On sait donc que Rodin pense toujours à Camille et que cette dernière a sombré dans la déchéance. On découvre pièce de puzzle par pièce de puzzle mais il reste incomplet à la fin et j’ai été déçue du fait que l’auteur ne nous dise pas si cette histoire de complot était vraie ou non. Sinon, il y a des éléments clairement annoncés comme de la fiction, ici la famille Bouchon, nous permettant d’approcher les deux artistes.

 

Un mélange réalité/fiction réussi porté par un style d’écriture très agréable à lire. Je suis contente de ne pas être restée sur ma déception ! (Petit bonus : j’adore la couverture.)

 

Mon ressenti

4/5


Cœur de pierre : Camille Claudel et Rodin, de Marie Sellier, éditions Nathan (5€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 13:46

Jean-Paul Nozière - Mon Américain.

 

Présentation de l'éditeur

« Il est Américain, il parle trois langues, il a un père consul et une mère écrivain = une preuve par 9 évidente : nous devons détester ce garçon. »

 

Un nouveau vient d'arriver dans la classe de 4e de Marina. Il s'appelle Jérémie Crew, et arrive tout droit de Los Angeles. En plus, il a lu plein de livres ! Il paraît trop frimeur aux yeux de la classe, qui se met à le détester d'emblée. Sauf Marina, jeune martiniquaise, impressionnée mais aussi charmée, surtout lorsqu'il choisit de s'asseoir à côté d'elle en lui annonçant qu'elle lui plaît. Un vrai changement pour elle, qui a peu d'amis. Bientôt, Marina et Jérémie deviennent amoureux. Mais Jérémie reste très secret et adopte parfois une attitude si bizarre que Marina commence à douter de ce qu'il prétend être… 

 

Mon avis

Les points d'interrogations remplaçant les étoiles du drapeau américain sur la couverture sont autant de questions que suscite l'arrivée de Jérémie dans le collège Boris-Vian.

 

Que viendrait faire ici un élève aussi riche ? Rapidement, Jérémie se fait houspiller par ses camarades, et est appelé le Ricain ou Obama à cause de ses origines. Fort caractère, il répond aux profs, est souvent insolent, mais ne subit pas les pots cassés grâce à sa situation.

 

La seule personne avec qui il s'entend bien à l’école est Marina. Réservée, la jeune fille est passionnée de lecture et écriture. Elle est vite charmée par le mystère qui entoure Jérémie et par les comptes-rendus qu'il lui fait de sa vie à Los Angeles. Cependant, des failles apparaissent dans son récit.

 

Le lecteur est baladé d’énigme en énigme, comme Marina. En tant que lecteur ado ou adulte, on voit venir certaines choses... mais d'autres pas, pour ma part.

 

J'ai aimé le style du livre, ses personnages, la naissance de la relation entre Marina et Jérémie. L'ambiance du collège est plutôt bien rendue (même si j'ai trouvé que Marina n'avait pas beaucoup de devoirs) et on est tenus en haleine jusqu'à la fin.

 

Une bonne intrigue et de chouettes personnages, je pense que ce livre peut plaire à un public large chez les enfants. « Mon Américain » a une touche en plus par rapports aux autres romans abordant la vie au collège : Jérémie ! Et l’auteur a évité le piège de la fin bateau, ce qui était risqué avec un tel scénario.

 

Mon ressenti

3,75/5

 

Mon Américain, de Jean-Paul Nozière, éditions Nathan (5€) 

 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 13:05

Jean-Michel Billioud et Cyrille Meyer - Louis XIV à Versailles.

 

Présentation de l'éditeur

Découvrez de quelle façon le Roi-Soleil a su faire rayonner son château !

 

Quand Louis XIV s'installe-t-il à Versailles ? Qui a construit ce château ? C'est quoi la Cour ? Quelle est la journée type du Roi ? Comment fonctionne le château ? Pourquoi y a-t-il une ménagerie à Versailles ? Que devient Versailles après Louis XIV ? 13 doubles-pages pour découvrir Louis XIV et Versailles. Le Roi est tout-puissant et protecteur des arts, Versailles livre les secrets de son parc et de ses fêtes majestueuses. 

 

Mon avis

Les circonstances ont voulu que mon cours d’histoire de l’année passée soit plutôt pauvre (mais je ne dirai rien de plus sinon je vais avoir des problèmes avec mon école), alors que, justement, je partais en voyage scolaire à Paris et ses alentours pour, entre autre, visiter Versailles…

 

Ce livre m’a permis de rattraper un peu ce que je ne savais pas à ce moment là et j’espère pouvoir visiter l’intérieur du château une prochaine fois en connaissance de cause. Je connaissais ses dimensions incroyables et j’ai appris d’autres choses tout aussi abracadabrantes et ludiques pour les enfants.

 

Le livre est illustré par des dessins et la dernière planche nous propose une photographie récente du château, de nuit. (Mais rassurez-vous, il est éclairé, ok je sors.)

 

Ce livre nous apprend ce qu’il se passe au château aujourd’hui, les personnes qui gravitaient autour du roi, l’horaire d’une journée de celui-ci… Un beau livre (pas cher avec ça) pour enfants offrant une vue d’ensemble de Versailles. Par contre, petite précision : les fontaines du château sont peut-être en service de mars à octobre, mais pas les jours où j’y vais, en tout cas.

 

Mon ressenti

4/5

 

Louis XIV à Versailles, de Jean-Michel Billioud, illustrations de Cyrille Meyer, éditions Nathan (6,50€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 12:51

Hélène Montardre - Alexandre le Grand - Jusqu'au bout du monde.

 

Présentation de l'éditeur

Jusqu'au bout du monde, une collection unique qui concilie fiction et documentaire !

 

Alexandre est le fils de Philippe, le roi de Macédoine. Celui-ci lui le forme depuis son plus jeune âge à devenir un grand souverain. Alexandre a d'ailleurs déjà accompli quelques exploits, parmi lesquels dompter le cheval Bucéphale, qui l'accompagnera plus tard dans ses conquêtes…
Mais Philippe est assassiné. À 20 ans, Alexandre monte sur le trône de Macédoine. Son ambition est grande, et il veut poursuivre le rêve de son père : porter le rayonnement de la Macédoine au plus haut, au plus loin. Ce qu'il découvre par-delà les contrées et les frontières va l'émerveiller… Cette soif de découvertes, tout autant que ses qualités de chef et de stratège, l'emmènera jusqu'au bout du monde. 

 

Mon avis

Ce roman est un résumé très, très concis de l’histoire d’Alexandre le Grand ; de sa conquête de territoires bien au-delà de sa Macédoine natale. Chaque événement est bouclé en quelques lignes et cela m’a laissé un goût de trop peu.

 

J’ai tout de même aimé l’histoire et ai terminé le roman en ayant l’impression d’avoir appris des choses, ce qui est toujours agréable. À la fin du livre, l’auteur apporte des précisions sur la réalité et la fiction et rappelle la chronologie de l’histoire.

 

J’ai également apprécié les libertés que l’auteur s’accordait : elle a tenté de deviner les pensées et réflexions du héros à propos des dilemmes auxquels il est confronté en tant que jeune roi, et cela apporte plus d’âme au roman, atténuant un peu cet aspect mécanique de « résumé ».

 

Mon ressenti

3,5/5

 

Alexandre le Grand : Jusqu’au bout du monde, d’Hélène Montardre, éditions Nathan (5€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 16:39

Romain Gadiou - Rosie contre le reste du monde.

 

Présentation de l’éditeur

Je ne suis pas blonde, je ne suis pas grande, je n'aime pas les poneys. Et je vous préviens, je n'ai pas le temps de me décrire en quelques lignes. J'ai assez à faire avec ma mère dégoulinante de baisers, ce débile d'Olive qui me colle aux collants, et tous les habitants du quartier du Pinson Joyeux bloqués en mode bonne humeur obligatoire. Moi, tout ce que je demande, c'est qu'on me laisse tranquille.
Heureusement, j'ai plein d'idées pour qu'on me fiche enfin la paix. Ah, et au fait, je m'appelle Rosie. 

 

Mon avis

Recevoir ce livre fut une surprise. « Rosie » est une série animée mais je n’en avais jamais entendu parler… Ce fut donc une découverte totale pour moi.

 

Rosie est une petite-fille à qui je serais incapable de donner un âge, mais elle n’est pas bien vieille. Parfois, pourtant, elle semble pourtant avoir quelques années de plus tant elle est cynique. Elle est une héroïne pour enfants avec beaucoup de personnalité. (C’est le cas de le dire !)

 

On accroche ou on n’accroche pas à son caractère, par contre.  Il y a de l’humour noir à toutes les pages. Et personnellement, j’ai tellement souri et ri que mon frère me l’a emprunté. C’est le deuxième livre de l’année qu’il veut lire spontanément (d’ailleurs, quand je lui dis « tu devrais lire ça », il ne m’écoute pas, et je n’insiste pas longtemps car il n’y a rien de pire pour faire fuir un lecteur) et le deuxième de cette collection, ce n’est peut-être pas un hasard…

 

Il est d’ailleurs d’accord avec moi : le livre est drôle, mais plaira-t-il aux enfants de 8 ans ? C’est à partir de cet âge-là que les éditions Nathan conseillent ce livre mais je me demande si les enfants comprendront toutes les subtilités du texte au style plutôt mature. Cependant, je tiens à nuancer car je ne les prends pas pour des idiots. Et même si mon frère trouve que le roman donne un mauvais exemple aux enfants (et que je ne le contredirai pas car Rosie est une héroïne « du côté obscur de la force », aimant faire des blagues pas très sympathiques à ses voisins), je pense que la plupart comprendront bien qu’il s’agit d’une fiction à ne pas imiter (et que ça ne leur traverserait même pas l’esprit, d’ailleurs, les blagues en question sont plutôt difficiles voire impossibles à mettre en place). Maintenant, il faut voir si Rosie les fera rire. Voici quelques extraits (nos préférés à mon frère et moi) pour vous faire une idée du ton général du livre :

 

« Je n’ai jamais compris à quoi servait cet endroit. Vous savez, ce gros bâtiment très laid avec des grandes portes et des chaises à l’intérieur. Et puis des tables aussi et des petits enfants idiots qui ont la morve au nez. Et une personne très mal élevée qui crie beaucoup en pointant son doigt vers vous. Comment ça s’appelle déjà ?... Ah oui, l’école. »

 

« Chaque jour dans les tréfonds de mon laboratoire secret, caché dans le sous-sol de ma maison, je travaille sans relâche à l’amélioration de la vie de mes contemporains. C’est ainsi qu’au fil des ans j’ai imaginé la fameuse catapulte à voisin, le ratatineur d’enfant roux, la muselière à maman ou le calendrier de l’avent électrifié. »

 

Ce livre n’a peut-être pas le charme d’un bon vieil album pour enfant car les dessins du livre sont issus de l’animé. Mais la mise en page reste agréable et je me suis franchement régalée au niveau de l’écriture et des péripéties de Rosie. Je pense que les lecteurs de l’âge de mon frère (plus ou moins 12 ans) seront les plus touchés. Mon frère accorderait 4 étoiles sur 5 au livre… et moi aussi.

 

Rosie contre le reste du monde, de Romain Gadiou, illustrations de Sébastien Tiquet, éditions Nathan (9,90€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 13:24

Une planète dans la tête

Présentation de l’éditeur

« Je me demande si...
Si le ballon de foot n'était pas passé par dessus le mur.
Si Hector n'était pas allé le chercher.
S'il n'avait pas gardé l'abominable secret pour lui.
Si...
Alors, je me raconterais sans doute une autre histoire.
Voyez-vous, les "si" sont comme les étoiles, innombrables. »


Depuis que ses parents ont du fuir la répression d'un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la "zone7", celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence... Dyslexique, il subit a l'école brimades et humiliations jusqu'au jour ou il se lie d'amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s'évader sur Juniper, la planète qu'ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace... Ont-ils été supprimés ?

 

Mon avis

Vous pensiez avoir tout lu en dystopie ? La mode ayant suivi « Hunger Games » a fini par vous lasser ?

 

Quand j’avais lu « L’Enclave » d’Ann Aguirre, autre dystopie, j’y avais trouvé un souffle d’air frais dans le style. Ce changement est exacerbé dans « Une planète dans la tête » et, ici, même l’histoire nous change com-plè-te-ment.

 

Nous sommes en 1956 [merci à Maliae !], dans une version du monde différente de la nôtre mais remplie de références à notre propre  Histoire. Car, plus qu’un simple livre de divertissement, plus qu’un calque sur des dizaines d’autres livres, « Une planète dans la tête » nous fait réfléchir à ce qui aurait pu arriver.

 

De plus, ce livre est un peu le porte-parole des enfants dyslexiques. Standish fait partie de la « zone 7 » avec son grand-père. Il a perdu ses parents et son ami, son frère, Hector. Les rêves qu’ils partageaient les rapprochaient de n’importe quel ados. Mais Standish est rejeté pour sa différence, considéré comme un abruti et relégué au fond de la classe. Il est pourtant celui qui veut toucher les étoiles.

 

Dès la première page, on se pose des questions : qu’est-il arrivé à Hector ? Et aux parents de Standish ? Mais pour ce qui est des éléments de l’univers de l’auteur, tout est expliqué clairement et rapidement. Les mots les plus simples peuvent frapper le plus fort, le style est concis mais les mots bien choisis. Standish dit qu’il collectionne les mots : certes, il ne sait ni lire ni écrire, mais ça ne l’empêche pas d’écouter et d’emmagasiner un vocabulaire que beaucoup de jeunes de son âge n’ont pas. Il n’y a presque pas de descriptions et la place laissée à l’imagination du lecteur pour l’aspect visuel, cette fois, du monde créé par Sally Gardner est déroutante.

 

Ce livre est dur. Il est un voyage bref (les chapitres ne font jamais plus de 3 pages, plutôt que « encore une page », je me disais « encore un chapitre » donc le livre est rapidement avalé) mais éprouvant dont je me souviendrai longtemps.

 

En bref, un beau message de tolérance et d’espoir ; une ode à la famille et l’amitié. Selon moi, ça passe ou ça casse. Chez moi, c’est plus que passé, lisez les deux premiers chapitres pour vous faire une idée et laissez vous tout de suite emporter (ou au contraire pas du tout) par ce roman poétique et original…

 

Mon ressenti

8/10

 

Une planète dans la tête, de Sally Gardner, éditions Gallimard Jeunesse (16€)

 

Le livre sortira le 26 septembre.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur