Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 21:35

blog2ans.png

 

Amis du soir, bonsoir !

 

Bon, mieux vaut tard que jamais, hein. Cette journée du 23 juin est déjà presque finie que je me décide à vous poster cet article spécial bloganniversaire.

 

Parce que, et oui, j’ai un peu de mal à y croire mais ça fait déjà deux ans que « Books and iced coffee » a été créé et, en même temps, j’ai encore plus de mal à me rappeler comment je vivais avant. (C’est sérieux, ça peut sembler vraiment nunuche mais mon blog fait entièrement partie de ma vie. Je crois que mes amis blogueurs comprennent.)

 

J’ai un peu de mal à croire que l’année passée, au même moment, la page Facebook du blog comptait 176 fans et encore plus de mal à réaliser qu’elle en contient 359 aujourd’hui (plus ou moins, selon le bon vouloir de Face-de-bouc).

 

J’ai un peu de mal à croire qu’il y ait toujours des gens pour me lire et pour poster des commentaires/m’envoyer des mails !

 

En un an, il s’est passé plein de choses pour le blog et moi. Et j’ai du mal à croire qu’elles soient arrivées ! Citons, en vrac : la cinquième place du concours Night School, de nouveaux partenariats – avec Hachette jeunesse, Gallimard jeunesse, Kennes éditions –, 11 réponses de mon groupe favori sur Twitter, des corrections de manuscrits (et mon nom dans les remerciements ! O :)), l’adresse du blog au dos d’un livre, une interview pour un hebdomadaire pour enfants belge… Bon, ok, ces « … » donnent l’impression qu’il y a 36 000 trucs géniaux non répertoriés qui suivent, mais c’est juste pour ne pas donner l’impression d’être le genre de fille qui s’amuse à dresser une liste exacte des choses les plus sympas qui lui soient arrivées en un an. Raté ? Ahem. Tais-toi, cerveau.

 

Donc, puisque de toute façon je pense qu’après deux ans vous êtes au courant que je débloque parfois un peu, je voulais juste vous faire remarquer cette coïncidence étrange…

 

Ce matin, je me réveille et, en bonne accro aux réseaux sociaux et autres que je suis, je me rends sur l’interface de mon blog pour lire les commentaires et… que vois-je ? Le compteur était à 1717 commentaires le jour du 2ème anniversaire du blog alors que j’aurai 17 ans dans deux semaines !!! J’exagère ? Bon, soit, une chance que je n’aie pas regardé l’heure à 17:17 aujourd’hui (je fais un vœu à chaque fois que je tombe sur une heure magique), sinon j’y aurais peut-être vu des signes de l’Apocalypse.

 

Mais peut-être devrais-je passer aux remerciements avant que cet article soit définitivement perdu… ? En essayant de ne pas être trop pompeuse, je remercie : les personnes qui me lisent (vous), les personnes que je lis (les auteurs des livres que je chronique ici), les maisons d’éditions qui me font confiance (voir onglet « Partenaires »), mes amis blogueurs (voir, notamment, onglet « Partenaires »), les auteurs qui me font confiance (en m’envoyant leurs manuscrits pour lecture ou correction) et/ou qui sont proches de leurs lecteurs (sur Twitter par exemple) (je ne cite personne par peur d’oublier des noms), les personnes qui me supportent (ma famille, mes amis, mon chien) (ça commence à ressembler à un discours pour les Oscars), les personnes qui m’envoient des suggestions pour « Comme un air de famille » et « Les stars en couverture », mon carburant (le café glacé) (toujours fidèle au poste) et toutes les personnes qui se demandent si elles sont incluses dans ces remerciements : oui, vous l’êtes.

 

Stay tuned, quelque chose de plus intéressant que du blabla suivra ce soir ou demain (selon l’effet que le cappuccino au caramel que je viens de boire va avoir sur mon organisme)…

 

MERCI, MERCI, MERCI !

 

En route vers les 3 ans ?

 

Bisous… à bientôt ! :-)

 

HanaPouletta

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Hors-sujet
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 16:50

Ma vie toute pourrie

 

Présentation de l’éditeur

Je m’appelle Sam Wallis, j’ai 13 ans, et aujourd'hui, ma vie est… toute pourrie. Gemma, ma meilleure amie du monde entier, vient de déménager à des millions de kilomètres. Avec elle, je rigolais, je faisais des listes de « points positifs/ points négatifs », et j'assumais mes sweats roses avec des chevaux. Maintenant qu’elle est partie, tout ce que je faisais me semble nul et puéril et j’en arrive à me demander si ce n’est pas moi qui suis nulle et puérile. Surtout depuis que je me suis ridiculisée à vie devant David Matthieson, alors qu’il m’avait souri (!!!) Bref, je vous l'avais bien dit, ma vie est toute pourrie…

 

Mon avis

La vie de Sam Wallis change radicalement le jour où elle apprend que sa meilleure amie, Gemma, déménage aux îles Hébrides. Mais peut-être pas tout à fait de la manière dont elle l’entendait… car quand son ex-meilleure amie Cat réapparaît, Sam a la certitude de ne pas se retrouver toute seule. Cependant, cette amitié, ainsi que le sourire que lui a adressé David Matthieson, va lui donner des envies de changement, car Sam se trouve trop nunuche. Elle se pose aussi des questions sur les sentiments de David pour Cat et doit faire face à un climat d’électricité entre ses parents. Bref, sa vie lui semble… toute pourrie.

 

Le scénario paraît assez classique, et il est vrai que ce roman ne révolutionnera pas le genre. Néanmoins, je ne vais pas bouder mon plaisir : ce livre m’a beaucoup plu et je me suis particulièrement attachée à Sam. Certes, elle a l’occasion de réaliser quelques fameuses bêtises au cours de ces 280 pages mais elle m’a paru mature pour ses 13 ans le reste du temps. Elle ne m’a jamais agacée (alors que d’autres héroïnes plus âgées m’ont déjà donné envie de me frapper la tête contre mon livre, sauf que j’aime trop les bouquins pour faire ça) et je crois que les jeunes filles s’identifieront à elle. Je me suis personnellement notamment reconnue dans ses échanges par mail avec sa meilleure amie.

 

Il y a plusieurs trucs très, très bien faits. Le livre est plein d’humour, j’ai souvent souri et parfois ri. En plus, certains gags feraient un film parfait selon moi ! Je m’en suis fait la réflexion lors de plusieurs passages. Et, sous ses dehors légers, « Ma vie toute pourrie » aborde des sujets comme la séparation des parents, l’alcoolisme, le harcèlement, etc. L’éloignement progressif (pour mieux se retrouver ou pas ?) par mail de Sam et Gemma se fait de manière progressive et délicate. Même si on est à mille lieues du roman moralisateur et plombant, je vous rassure ! C’est simplement que, tout en détendant le jeune lecteur, le roman peut éveiller quelque chose en lui.

 

À la fin, plusieurs événements importants pour Sam arrivent simultanément et la lecture s’accélère. Ce n’est donc pas une longue suite de réflexions d’une ado en crise, il se passe pas mal de choses dans la vie « toute pourrie » de l’héroïne. (Je tiens à le souligner : il ne faut pas croire en lisant le titre que Sam va se plaindre tout le long du livre. Je vous garantis que vous allez rigoler, ou du moins sourire, et non pas pleurer ou ne serait-ce que soupirer.)

 

Certaines situations sont un peu tirées par les cheveux et j’avais un peu de mal à croire que des jeunes de 13 et 18 ans puissent s’entendre à ce point, mais ça ne m’a pas dérangée plus que ça, le livre reste ce qu’il faut de crédible dans l’ensemble. Les échanges de mails de Gemma et Sam ainsi que les échanges Facebook y sont aussi pour quelque chose, je pense.

 

Ce livre est moderne, vif et touchant. Il se dévore plus que ce qu’il ne se lit et je le conseille à tous ceux qui ont aimé « Le journal de Katie Sutton ». Et vice-versa !

 

Mon ressenti

9/10

 

Ma vie toute pourrie, de Jenny Smith, éditions Nathan (14,50€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 19:45

Littéralement : Star Wars Coffee : Que la mousse soit avec toi !

 

Bonsoir les amis,

 

Comment allez-vous ? Moi ça va impecc', pourtant vous l'aurez probablement compris, je suis en examen, mais...

 

1) J'ai appris pas plus tard qu'aujourd'hui que j'ai été retenue pour être chroniqueuse chez Gallimard Jeunesse.

 

2) Le chanteur des Plain White T's s'est rappelé mon existence et m'a remerciée dans la langue de Molière sur Twitter quand je lui ai dit que le clip de « Should've Gone to Bed » avait ensoleillé ma journée.

 

MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII.png

 

Bref, ce n’est pas la perspective toute proche de cet examen de QEJS (acronyme du nom barbare de « Questions Économiques Juridiques et Sociales ») qui va m’empêcher d’être de bonne humeur. Ca me rend juste un peu nerveuse.

 

Bon, c’est pas tout ça, mais je vous écrivais au départ pour vous annoncer qu’il y aura une absence de mises à jour d’ici au 20 juin… Date de ma libération !

 

Et, juste pour rappel, même si je me doute que la date est inscrite sur votre calendrier, ou enregistrée dans la mémoire de votre téléphone, le 23 juin c’est l’anniversaire de qui ?? De mon blogounet ! Et qui dit « bloganniversaire » dit…

 

 

 

Je vous laisse sur cette note de suspense. À bientôt !

 

HanaPouletta

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Hors-sujet
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 19:37

Légendes de Corse (Contes et légendes, #67)

 

Présentation de l’éditeur

Les meilleures légendes de l'île de beauté racontées par Francette Orsoni, une auteure conteuse corse !

Au bord d'une rivière, un jeune homme rêve d'amour en contemplant, à la dérobée, une fée qui peigne sa chevelure magnifique. Dans son atelier, un forgeron rusé et désintéressé trompe la Mort venue le chercher. Sous un orage terrible, un berger voit ses moutons transformés en rochers. En haut des montagnes, une pauvre jeune fille se met en route, fière et dure, pour rejoindre son riche fiancé… Figures tragiques et facéties du destin : écoutez, la Corse se laisse conter !

 

Mon avis

J’ai un faible pour les contes des Milles et une nuit, et je connais un petit peu mes classiques, mais à part ça, je ne suis pas une grande lectrice de contes, honte à moi…

 

Il y a un truc qui me plaît particulièrement dans ce type d’histoires : les contes permettent souvent de se faire une idée des coutumes, des traditions, de l’histoire d’un pays ou d’une région. C‘est le cas ici pour ces légendes de Corse qui, en quelques récits, dépeignent son atmosphère.

 

J’ai donc passé un bon moment, le livre se lit vite, et comme je vous le disais dans cet article, les livres jeunesse me laissent rarement un souvenir impérissable, c’est vrai. Et l’atmosphère est à mille lieues de celle qui me plaît dans les contes orientaux ! Mais ça reste un joli voyage qui me donne envie d’approfondir ma découverte de la culture corse.

 

En fait, je vous conseille cette collection en général, version album ou non, qui est intéressante à posséder pour la richesse de son catalogue. Il me reste « Les amants légendaires » dans ma PAL et vous pouvez lire ma chronique des « Contes des milles et une nuit » ici. :-)

 

Mon ressenti

7/10

 

Contes et légendes : Contes et légendes de Corse, de Francette Orsoni, éditions Nathan (7,90€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 20:20

 

Présentation de l’éditeur

Enzo entre en sixième 11. Pour lui qui fêtera ses 11 ans le 11/11 et dont le prénom comporte les lettres du chiffre onze, ce n'est pas forcément un bon présage ! Il en fait des cauchemars jusqu'au jour de la rentrée. Mais le premier jour de classe, sa journée s'illumine quand il repère la jeune Eva. Et miracle, elle est à côté de lui en cours de SVT ! Alors il oublie ses problèmes de "petit" du collège : l'emploi du temps compliqué, le bazar à la cantine, et ses parents qui se disputent à la maison. Mais bientôt arrive un nouvel élève dans sa classe. C'est Owen, l'air cool et la parfaite tête de futur petit copain d'Eva. Enzo le déteste au premier regard… 

 

Mon avis

Ce que j’aime dans les livres pour enfants, c’est qu’ils sont une transition parfaite entre deux livres plus conséquents : ils sont rapides à lire, et léger à digérer !

 

Mais, par conséquent, je les oublie souvent vite… Ça n’enlève rien à leur qualité, bien sûr, c’est simplement dû à mon âge, je pense, sans vouloir me faire passer pour plus vieille que je ne le suis, mais c’est un peu dommage.

 

Je dois dire que ce livre-ci a un petit truc en plus. Le style d’écriture y est pour beaucoup : entre les effets de style, l’humour (« […] ce qui était une sacrée évolution même si ça ne faisait pas de moi un Pokémon légendaire ») et les références (« il arrivait des États-Unis et il ressemblait à Jacob dans Twilight »), j’ai souri à plusieurs reprises.

 

En plus, toute cette histoire de chiffre 11 est originale et m’a beaucoup plu. Moi-même je tombe souvent sur 11:11 quand je regarde l’heure qu’il est et non ce n’est pas l’heure à laquelle je me lève ! Mais Enzo lui, porte carrément pour prénom l’anagramme de « onze », est né le 11/11, est en sixième 11 etc. C’est le sol côté un peu « irréaliste » du roman, mais dans le genre « irréaliste » qui fait du bien, pas qui rend le livre perturbant. Le fait que l’histoire prenne un tournant inattendu à la fin n’est pas étranger au fait que ce livre marque un peu plus que les autres romans du même genre.

 

Selon moi, c’est un livre parfait pour les enfants qui débarquent au collège. Il parle aussi des parents, des petites-sœurs, du premier amour, de l’amitié, bref, de thèmes universels. Cependant, il n’est pas moralisateur pour un sou et raconte avant tout une belle histoire avec un style d’écriture qui sort du lot. Je pense qu’il plaira aux lecteurs chevronnés comme à ceux dont ce n’est pas franchement le truc. Je vais essayer de le faire lire à mon petit-frère !

 

Mon ressenti

8,75/10

 

Enzo, 11 ans, sixième 11, de Joëlle Ecormier, éditions Nathan (5€)

 

Le livre sort le 13 juin.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 20:42

Soeurs Sorcières, Livre 1

 

Présentation de l’éditeur

Cate, Maura et Tess vivent dans une Angleterre imaginaire du début du XXe siècle. À 17 ans, les femmes doivent normalement choisir entre se marier et rejoindre les ordres. Mais en plus d'être femmes, elles sont sorcières. Si quelqu'un le découvre, les Frères les enverront à l'asile ou les feront disparaître, comme toutes les autres. Depuis la mort de leur mère, Cate vit dans la peur, avec la mission de protéger ses sœurs.
Mais ses 17 ans approchent et tout s'accélère : son ami d'enfance la demande en mariage, alors qu'un autre jeune homme fait chavirer son cour. Et bientôt, Cate doit se rendre à l'évidence : malgré tous ses efforts, le danger se referme sur elle et ses sœurs comme un étau.

 

Mon avis

Ce roman est un mélange de plein de choses dont je raffole dans les romans. Comme elles sont ordonnées très clairement dans ma tête, je vais pour une fois être plus systématique (le fait de copier mes cours 36 000 fois en les synthétisant déteint peut être sur ma manière d’écrire…) et vous en dresser une petite liste :

 

1)      L’aspect historique. Le livre se passe à l’aube du XXème siècle en Nouvelle-Angleterre et l’auteur nous plonge dans l’ambiance, même si l’univers avec les communautés des Frères et les Sœurs sont de sa création. Ce qui est en fait un autre point positif…

2)      Les liens qui unissent les trois sœurs. Ce n’est pas toujours rose, certes, mais réaliste et touchant. Cate – la narratrice - est l’aînée et très protectrice à l’égard de ses cadettes depuis la mort de leur mère. Maura, un an plus jeune, est un peu agaçante sur les bords, elle est celle que j’ai le moins aimé. Tess, par contre, est la petite sœur parfaite, un peu trop pour être crédible peut-être… Mais peu importe. :-) J’aurais bien aimé avoir le point de vue des trois sœurs même si j’ai beaucoup aimé Cate. Elle est mature et réfléchie, elle soupèse toutes les options, mais avec raison, pas de manière exagérée, ne se jette pas dans la gueule du loup, ne tombe pas dans des pièges stupides…

3)      Les personnages secondaires : Mrs O’Hare, Sachi,… même Elena, pas ma préférée mais un personnage bien construit. Et Finn… ;-)

4)      Le mystère qui plane sur la prophétie. J’avais deviné un élément assez vite mais le reste demeure plutôt flou et relance l’intérêt du lecteur pour la suite.

5)      Les dialogues succulents qui sauvent le début du livre un peu trop riche en tergiversations.

6)      Les dilemmes cornéliens auquel est livrée Cate, justement. Cela ne plaira pas à tous, mais personnellement, passé le début où j’ai été surprise, j’ai trouvé ça intéressant, étant donné que Cate est une chouette héroïne. Je n’aurais peut-être pas dit la même chose si elle avait été moins mature. Mais je crois que dans ce cas les dilemmes ne se seraient pas posés, car elle n’aurait tout simplement pas réfléchi aussi longtemps !

7)      Le côté féministe. Par le biais du mythe des sorcières, ce roman plaide la cause de la liberté des femmes. Il aborde aussi l’homosexualité.

8)      La sorcellerie. Qui avait laissé la place aux vampires et aux anges ces dernières années. Et, par conséquent, les formules  magiques à la Harry Potter.

 

La plupart de ces points ont titillé votre intérêt ? Alors je pense que ce livre vous plaira ! Un roman pour ados intelligent et plutôt original dont j’attends impatiemment la suite.

 

Mon ressenti

8,75/10

 

Sœurs sorcières, Livre 1, de Jessica Spotswood, éditions Nathan (15,50€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 20:41

Enclave (Razorland, #1)

 

Présentation de l’éditeur

La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.

Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter.
Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte
qui lui glace le sang:les monstres sont devenus
intelligents.
Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel… 

 

Mon avis

Si je vous disais que « Enclave » racontait l’histoire apocalyptique d’une communauté pauvre, minoritaire par rapport à une communauté riche, vous penseriez qu’il s’agit d’une énième dystopie réchauffée et peu intéressante, n’est-il pas ?

 

Et bien peu importe, parce que ce truc que je viens de vous inventer n’a rien à voir avec « Enclave ». Bon, l’ambiance apocalyptique chère à la dystopie est bien entendu présente, mais l’action se déroule dans des souterrains (que j’aurais bien aimé voir davantage décrits d’ailleurs). C’est un peu oppressant par moment, mais j’ai bizarrement trouvé ce roman… rafraîchissant.

 

Oui, oui, vous avez bien lu. Ohlala j’ai un problème avec le mot « oui » mais peu importe. Respire. Bon. Reprenons : oui, oui (ahhhhh !), vous avez bien lu : j’ai trouvé ce roman rafraîchissant. Autant que peut l’être un roman où la mort rôde dans tous les coins, empuantissant l’atmosphère… bon, je vous passe les détails.

 

Je disais donc ce roman est rafraîchissant selon moi, grâce à sa plume notamment. C’est très étonnant et même un peu agaçant au début car j’étais perturbée, mais ça n’a pas tardé à me passer : les phrases sont très brèves, le style sied à l’action (quoique parfois tout se passe un peu trop vite, « emballé c’est pesé ») mais moins aux émotions, et quand je m’attendais à ce qu’il y en ait… et bien, j’ai été déçue.

 

Mais en même temps, cela convient bien à Trèfle, notre héroïne. Elle a vécu 16 ans sous terre, sait à peine lire, ne connaît rien du monde du dessus et a été corrompue par les dires des dirigeants de son monde. Elle est loin d’être bête, mais naïve, et surtout froide et pragmatique : c’est une chasseuse, point. Et petit à petit, les événements vont lui permettre de remettre ça en question et je ne serais pas étonnée de la voir évoluer de plus en plus dans la suite de l’histoire. Certaines citations le laissent présager en tout cas, et je pense que c’est un coup de maître de l’auteur que d’être aussi délicate dans la construction d’un personnage dont elle n’a absolument pas vécu la situation. Je n’ai pas lu d’autres de ses romans donc je ne sais pas comparer, mais si elle a totalement adapté son style d’écriture pour se mettre dans la peau de Trèfle, chapeau !

 

J’ai trouvé que Ann Aguirre instillait en plus une dose de suspense, grâce aux interrogations que l’univers suscite, tout en donnant assez d’indices pour ne pas nous perdre. Au début, je l’étais un peu, et finalement, je suis à la fois contente de ce que « j’ai » découvert et impatiente de lire la suite, et cela sans cliffhanger agaçant.

 

Du côté des personnages secondaires, Del est prometteur, même si on en sait peu sur lui. Il n’y a qu’une ébauche d’histoire d’amour, ce qui change une fois. Et j’ai aimé le paradoxe de certains personnages, leurs fragilités, leurs forces. J’espère vraiment en savoir plus sur eux étant donné qu’on en a déjà peu de la part de Trèfle.

 

En fait, il n’y a que l’écriture qui me laisse sur ma faim niveau informations, surtout du côté des personnages. Mais en même temps, cela permet au livre de se lire rapidement, il y a des rebondissements et tout s’enchaîne comme un film sous le crâne du lecteur. Cela peut donc être un point négatif comme positif, cela dépend de votre humeur : souhaitez-vous lire un livre haletant ou un roman rempli d’émotion ? En tout cas, « Enclave » est un roman original comme il m’a rarement été donné d’en lire ! Et pour ce qui est du bandeau sur la couverture, on peut rapprocher Trèfle de Katniss mais les deux romans sont très différents.

 

Mon ressenti

8,75/10

 

Razorland, tome 1 : Enclave, de Ann Aguirre, éditions Hachette, collection Black Moon (17€)

 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 22:24

MAI

 

Bonsoir !

 

Le voici le bilan du mois de mai, complètement pourri niveau météo mais bon côté lecture. Pas de coup de cœur mais un résultat plus que satisfaisant en temps de révisions (ouf, j’ai le temps de placer quelques pages dans mon horaire !), un livre sur lequel je traînais fini ,et 5 autres tweets des Plain White T’s. Je vous dis ça sur le ton neutre de la fille blasée à qui ça ne fait ni chaud ni froid mais en vérité je dois m’empêcher de faire des bonds quand j’y pense. J’essaye juste de ne pas trop effrayer mes visiteurs et les personnes autour de moi. Bon, je crois que je vais changer de sujet, ma carapace se craquelle. Vous voulez voir des captures d’écran ? O:-) [EDIT : OK, rendez-vous à la fin de l'article !]

 

~

 

1. Mishima n’était pas un héros, de Laurence Caron (3,75/5)

 

2. Le faire ou mourir, de Claire-Lise Marguier (5/5)

 

3. Time Riders, tome 5 : Les flammes de Rome, d'Alex Scarrow (4/5)

 

[Nouvelle] 4. La fille du déménageur, de Caroline Vermalle (4/5)

 

[Nouvelle] 5. Hana, de Lauren Oliver (4/5)

 

[Nouvelle] 6. Sublimes Lunes, de Kami Garcia et Margaret Stohl (4/5)

 

[Nouvelle] 7. Lady Susan, de Jane Austen (4/5)

 

[BD] 8. Les énormissimes aventures des Dinominus, de Gary Northfield (4/5)

 

[BD] 9. Raymond : Vive les potes !, de Romain Gadiou et Sébatien Tiquet (3,75/5)

 

10. Il était fait pour moi, de Rebecca Serle (4/5)

 

11. Une guitare pour deux, de Mary Amato (4,5/5)

 

12. Feed, de Mira Grant (4,5/5) [Chronique à venir]

 

 

~

 

La longueur (ou plutôt, dans ce cas-ci, la « courteur ») de certains livres, que ça soit des nouvelles ou des livres pour enfants, y sont pour beaucoup dans le nombre de livres que j’ai réussi à lire ce mois-ci, révisions obligent. Mais courage, c’est la dernière ligne droite ! Dans un mois, je vous fais un bilan empreint de l’odeur des vacances d’été avec de longueurs heures de lecture en perspective. Si c’est pas une motivation, ça…

 

Et vous ? Comment s’est passé votre mois de mai ? Êtes-vous en vacances ou sur le point de l’être ?

 

HanaPouletta

 

♥♥♥ 

 

(Cliquez pour agrandir)

 

tweetA.png tweetB-copie-1.png tweetC.png tweetD.png tweetE.png tweetF.png tweetG.png

 

#1 : 

- J'ai reviewé l'EP sur mon blog (en français !) (+ lien)

- On ne sait pas le lire :(


#2 :

- Voici la review que je vous avais envoyée - en anglais maintenant - dans laquelle je parle d'écrire un livre sur vous ! (+ lien)

- Très sympa ! Merci !

 

[Les 3 suivants sont des photos sur le thème #shouldvegonetobed - j'aurais mieux d'aller dormir - le titre d'une de leurs dernières chansons. Je suis sûre que si vous envoyez les vôtres ils vous répondront, ils ont lancé un genre de "concours" en fait !]


#3 :

- Euh, quand j'aurais #mieuxfaitd'allerdormir, il me faut pas mal de café...

- T'as même mis les mots ! Yeah !


#4 :

- Je pense qu'on aurait vraiment #mieuxfaitd'allerdormir sur celle-ci ! (+ photo ridicule que vous pourrez voir sur Twitter si le ♥ vous en dit)

- Des fantômes ?!


#5 :

- Haha ! Je suis contente que vous n'en ayez pas marre de mes tweets et de mes photos ! Voici une autre où j'aurais #mieuxfaitd'aller dormir. (+ photo ridicule que vous pourrez voir sur Twitter si le ♥ vous en dit bis)

- Airguitar ?! (je ne sais pas pourquoi je vous "traduis" ça en fait...)


#6 :

- Oh, vous allez poster votre 2000ème tweet, félicitations ! Est-ce qu'il va être spécial ? :)

- Merci pour le tuyau !

 

[Et ils ont dédicacé leur 2000ème tweet à leurs fans, c'est trop chou. Et c'est grâce à moi ! OK, je sors.]


#7 : 

- Est-ce que "Radios In Heaven" a vraiment été écrite pour ton arrière-grand-mère ? J'ai lu ça sur un site.

- Oui, c'est bien ça !

 

[J'adore cette chanson et je m'y identifie vraiment. Je comprends mieux pourquoi...]

 

Voilà-voilà. :-)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Bilans
commenter cet article
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 17:42

 

 

 

Ce quatrième numéro de « Short » entre les mains (mais le premier que je lis), j’ai été surprise par le format. Il est en fait à pleine plus grand qu’un livre de poche, ce qui est pratique à transporter et s’adapte parfaitement au concept de la short littérature : des textes et des strips (BD de 1 à 12 cases) à lire en 1 à 20 minutes, à tout moment et n’importe où.

 

C’est pour ça que j’ai délaissé ma maniaquerie mes habitudes et ait décidé de me laisser un peu porter par le hasard. (Lu sur Twitter : « Croire en la chance en ouvrant une page au hasard ! », posté par le compte de Short Edition.) Je lisais un texte puis l’autre, sans tenir compte de l’ordre des pages, feuilletant, attirée par un titre, puis un autre. Pour finir par re-parcourir les pages une par une pour vérifier que je n’avais rien oublié.

 

Bien entendu, certains textes (certains sélectionnés par les lecteurs, d’autres par l’éditeur), m’ont davantage plu que d’autres, mais il n’y en a aucun que je n’ai pas aimé. Pourtant, si je suis friande de poésie, pas mal de nouvelles ont tendance à me laisser de marbre – même si ce genre que j’évitais au départ me parle de plus en plus. Les différents formats de textes (Nouvelles, Strips, Poétiks et Très Très Courts) sont bien répartis (ce qui est intéressant pour les maniaques irrécupérables ceux qui les liront tout de même dans l’ordre) et, surtout, les styles varient énormément d’une œuvre à l’autre. De l’humour à la tristesse, en passant par la poésie et l’humour noir, chacun y trouvera son compte. Et souvent, la chute des textes vaut vraiment la peine de ne pas aller lire la fin en douce (dit celle qui a des yeux ayant tendance à aller voir du côté du bas de la page… ;-)) !

 

Mes chouchous sont tout de même : « Seules tes rides salées », « Instant de vie », « La Douce Heure », « C’est trop tard », « Les Vieux Noctambules » et « Un type banal » ; pour leur poésie, leur construction et/ou leur style ; voire leur belgitude pour ce dernier. Côté strip, « Oursemou - Un rêve idiot » m’a fait sourire et « Louise » est visuellement très beau.

 

En quelques mots, je vous conseille « Short », un mélange entre magazine (on a droit à un numéro par trimestre) et livre (le format rappelle davantage celui d’un recueil de textes, d’où le prix qui peut être étonnant au départ) ; un concept vraiment innovant qui m’a fait découvrir de vraies perles !

 

Short, n°4, Printemps 2013, 128 pages, 12€ (9€ par numéro si abonnement)

Aussi disponible en Ebook.

 

Pour en savoir plus, commander, s'abonner, voter ou... envoyer vos textes, cliquez ici !

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Hors-sujet
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 23:09

Une guitare pour deux

 

Présentation de l’éditeur

La mère de Tripp lui a confisqué sa guitare tant qu'il ne sera pas plus sociable et meilleur élève. Le matin de la rentrée, Tripp décide d'emprunter en cachette la vieille guitare du lycée. Lyla, quant à elle excellente élève et musicienne hors pair, a besoin de s'entraîner pour ses concerts de violoncelle. Les deux adolescents doivent occuper la même salle de répétition du lycée, Tripp les jours impairs, Lyla les jours pairs. Ils entament une correspondance, d'abord acide puis plus complice, en se laissant des petits papiers dans la salle. Bientôt le guitariste rebelle et la violoncelliste sage que tout oppose se retrouvent autour de leur passion commune : la musique. Cette relation intense leur apprendra à se découvrir eux-mêmes et les aidera à traverser les pires drames… 

 

Mon avis

Quand j’ai entendu parler de ce livre pour la première fois, je pensais qu’il s’agissait d’une romance pour ados sur fond de musique. Après m’y être intéressée de plus près, j’ai compris que le livre s’adressait à un plus jeune public que ce qu’on peut penser au premier abord.

 

Ne vous attendez donc pas à une lecture y-a, vous risqueriez d’être déçu(e) et peut-être de reprocher à ce livre de ne pas aller en profondeur ! Ce n’est pas mon cas, j’ai démarré ma lecture en sachant que les personnages seraient un peu plus jeunes que moi et j’ai passé un très bon moment.

 

Ce livre ne se lit pas, il se dévore. Il commence sur les chapeaux de roues pour les amateurs de romans épistolaires : à travers des messages que s’échangent Tripp et Lyla, partageant la même salle de répétition au collège. Le premier parce que sa mère (surnommée la Termite) lui a confisqué sa guitare, et que l’école peut lui en prêter une ; la deuxième pour s’entraîner au violoncelle en vue d’une audition importante.

 

Ces messages brefs, plein d’humour, sont le point de départ de la rencontre entre les deux protagonistes, et entre Lyla et un nouvel instrument. Car, de plus en plus, elle préfère la guitare au violoncelle…

 

Du coup, tous les deux sont réunis un peu clandestinement dans cette salle de répétition. Tripp parce qu’il ferait mieux d’aller en cours de soutien et parce que sa mère ne doit pas être au courant du fait qu’il a réussi à se procurer un instrument ; et Lyla parce qu’elle est censée être une violoncelliste, pas une guitariste. Un lien se crée entre eux, en musique. Quand ils sont ensemble tout va bien, mais ce qu’ils cachent à leurs proches devient de plus en plus lourd à porter.

 

Le juste mélange entre épistolaire et narration est un des plus du livre ; la mise en page (que ce soit celle des extraits des carnets des personnages, de leurs interros ou des post-it qu’ils s’envoient) en est un autre ; les personnages un autre encore. J’ai beaucoup aimé leurs échanges, leur humour et leur amour pour la musique. À la fin du livre sont rassemblées les paroles des chansons de Tripp et Lyla, leurs traductions et les accords pour les jouer à la guitare.  

 

Je crois que ce livre se veut volontairement rythmé, avec des chapitres courts. Il se lit vite mais ne s’oublie pas tout de suite pour autant. La fin est plus grave, mais je pense que « Une guitare pour deux » se veut avant tout sans prétention. Une jolie histoire sur le thème de l’amour, de la famille et de l’amitié, et tout ce que la musique peut faire pour (re)lier le tout ! Ce livre m’a beaucoup touchée et je le conseille aux amoureux de musique ; aux jeunes lecteurs de 12/13 ans comme aux plus âgés à qui le côté « jeunesse » plaît.

 

Mon ressenti

9/10

 

Une guitare pour deux, de Mary Amato, éditions Nathan (14,50€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur