Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 20:06

 

Présentation de l’éditeur

Shakespeare n’a rien compris. Son chef d’œuvre le plus connu ? Complètement à côté de la plaque. Vous voyez bien de quoi je parle, Roméo et Juliette. Cette histoire ne parle pas seulement d’amour. C’est avant tout un drame. Qui a fait des morts. D’ailleurs, ça n’était pas censé se finir comme ça. Si vous lisez attentivement, vous vous apercevrez qu’il y avait déjà quelqu’un dans le tableau avant que Juliette n’arrive. Quelqu’un que Roméo aimait beaucoup. Elle s’appelait Rosaline. De l’avis général, Roméo et Juliette, aveuglés par leur passion, ont été les malheureuses victimes du destin. C’est faux. Juliette n’avait rien d’une douce et innocente jeune fille torturée par la fatalité. Elle savait exactement ce qu’elle faisait. Et Roméo ? Roméo avait déjà une âme sœur, moi. Il était fait pour moi. C’est avec moi qu’il aurait passé le reste de l’éternité si elle n’était pas venue me le prendre. Peut-être qu’alors la catastrophe aurait été évitée. Peut-être qu’ils seraient encore vivants. Et si la plus grande histoire d’amour jamais contée n’était pas la bonne ?

 

Mon avis

Le point de départ de ce roman est sans doute une réflexion très pertinente : dans « Roméo et Juliette », la pièce culte de Shakespeare, qu’en est-il de Rosaline, la jeune fille pour qui Roméo craquait avant de rencontrer Juliette… ?

 

« Il était fait pour moi » relate son point de vue dans une version moderne de cette histoire que tout le monde connaît.

 

L’histoire d’amour naissante entre (non pas Roméo mais) Rob et Rosaline, meilleurs amis d’enfance tourne court lorsque la cousine de cette dernière débarque dans leur lycée, et avec elle, un secret de famille qui fleure la trahison… Entre Rob et Juliette, c’est le coup de foudre. Que va-t-il arriver à Rosaline ?

 

Le roman est plutôt bien fait mais il me laissait au départ un goût de trop peu. Je trouvais dommage que certaines choses me paraissent illogiques. Bon, dans la pièce originale aussi, on ne peut pas dire que tout soit toujours cohérent, mais ça me choque plus dans un environnement qui m’est contemporain ! (^-^) Je ne comprenais pas toujours les motivations des personnages et j’avais l’impression que l’auteur opérait des détours pour coller au mieux avec l’histoire de base, sans tenir vraiment compte de leur psychologie... C’est ce qu’il m’a semblé, en tout cas.

 

L’histoire des familles de Rob et Juliette m’a un peu semblé tirée par les cheveux. J’ai aussi eu parfois un peu de mal à comprendre l’attachement de Rosaline pour Rob, qui ne me semblait pas si irrésistible que ça, mais quand elle se rappelle leurs souvenirs d’enfance, ça paraît plus clair.

 

Ce n’est pas très important mais j’ai trouvé certaines images bizarres. L’estomac qu’on aspire par le nombril et puis qu’on ravale et autres variations sur le thème de l’expectoration… Un peu étrange, vu le contexte !

 

J’ai par moment décroché à cause de ces quelques petits couacs, mais l’atmosphère et l’idée de départ originale ont réussi à me faire m’accrocher, et ça en valait la peine. Pour un personnage qui prend de plus en plus d’importance, par exemple… Et puis, le livre se lit vite et est bien construit ; les émotions bien décrites. Le roman réussit malgré tout à happer le lecteur. L’ambiance est plus à la romance qu’au roman de lycée américain, ça change une fois des stéréotypes.

 

En quelques mots, un début en demi-teinte, qui n’exploite pas tout son potentiel, pour une fin en apothéose. Et une réflexion intéressante pour les fans de « Roméo et Juliette ». « Il était fait pour moi » est également fidèle à l’histoire originale de la pièce… Mais comme vous avez pu le constater, il y a néanmoins quelques ajouts ou modifications. À vous donc de lire pour voir où la ressemblance s’arrête ! Et moi, je m’interroge sur le destin de Rosaline, celle de Shakespeare. Le dramaturge y a-t-il seulement songé ?

 

Mon ressenti

8,5/10 (qui aurait envie de se transformer en 9 s’il n’y avait ces petits couacs du début)

 

Il était fait pour moi, de Rebecca Serle, éditions Hachette, collection Bloom (15€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 15:58

Raymond : Vive les potes !

 

Présentation de l’éditeur

Heureusement qu’y a les copains !

 

Quand on est le rouquin à lunettes, tout n’est pas toujours rose. Heureusement, Raymond a ses copains : ensemble, ils essaient de comprendre les mystères de la vie (comme les filles ou encore les filles), et parviennent toujours à rire des situations les plus improbables…

 

Mon avis

Je ne connaissais pas le dessin animé Raymond, mais je me suis rendu compte qu’il devait exister et que ce livre en était adapté après quelques pages seulement, tant les dessins et les dialogues étaient vivants. Je pense donc que les enfants fans du dessin animé devraient tout autant apprécier leur héros en version papier ! En plus, le format du livre, entre BD et roman, est original et plaira sans doute aux jeunes lecteurs qui hésitent entres les deux.

 

Étant plus âgée que le public visé, ce ne sont pas les histoires les plus originales que j’ai lues, les ingrédients types du dessin animé pour enfants sont présents et les dénouements sont parfois un peu cliché, mais chaque histoire comporte des situations amusantes. Par exemple, les allergies d’Yvon, qui reviennent régulièrement et m’ont fait sourire à chaque fois. Je crois qu’enfant, j’aurais adoré ce dessin animé, Raymond est un petit bonhomme très attachant. Alors, à 16 ans, j’ai apprécié cette lecture, et si un jour je tombe sur un épisode de Raymond à la TV, je ne zapperai pas, comme je l’aurais sans doute fait sans avoir lu ce livre ! (^-^)

 

Mon ressenti

8,5/10


Raymond : Vive les potes !, de Romain Gadiou et Sébastien Tiquet, éditions Nathan (9,90€)  

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 19:40

Les énormissimes aventures des Dinominus

 

Présentation de l’éditeur

La vie d’une bande de tous petits dinosaures dotés d’une ÉNORME imagination !

Cinq tout petits dinosaures associent leurs grands esprits pour monter les plans les plus improbables. Pas un jour sans une idée stupide : visiter les intestins d’un brontosaure, faire le voyage jusqu’à la lune en morve spatiale, attendre la petite souris (tricératops, évidemment) ou encore chercher à démontrer l’existence du terrible Voldemorve. A lire sans modération…

 

Mon avis

Cela semble peut-être un peu étrange, mais je vais commencer cette chronique en vous parlant de mon frère. En quelques mots, il  a douze ans, il adore les jeux vidéos violents et il refuse systématiquement de lire les livres que je ne cesse de lui conseiller.

 

Et donc, je reçois ce livre et sans grand espoir lui dis : « si tu veux, tu pourras le lire aussi et j’ajouterai ton avis dans ma chronique » (j’ai déjà dû lui dire ça 20 fois, sans succès).

 

Et là, à mon grand étonnement, il prend le livre, le feuillette puis commence à le lire et une demi-heure plus tard… il l’avait fini !!! Je lui demande ce qu’il en a pensé et puis je lui dis que finalement on en parlera quand je l’aurai lu aussi (même dans les livres pour enfants j’ai peur des spoilers pour ne pas l’énerver en ne comprenant rien à ce qu’il me raconterait).

 

Le lendemain, je lis le livre moi aussi et quand mon frère voit que je le referme il me dit : « alors, c’est un bon livre, hein ? »

 

Alors franchement, ça, ça a le mérite d’être souligné au moins 50 fois !

 

Mon frère lit, mais très peu. Des BD, et les livres qu’on lui impose à l’école. Comme beaucoup d’enfants et jeunes, en fait (même si les lecteurs sont plus nombreux que la plupart ne le pense…).

 

Selon nous, le livre n’est pas « à partir de 7 ans » comme indiqué sur le site des éditions Nathan mais plutôt à conseiller vers 10/12 ans. Je pensais que ça ferait un peu bébé pour cet âge-là mais mon frère dit que non car, je cite « ils disent quand même “bouffer” à un moment ». Moi, ce qui m’a surtout marquée, c’est le fait qu’on voit la maman tricératops placer discrètement le fruit de la fée tricératops sous un buisson quand sa fille s’est cassé une corne. Mon frère ne l’avait pas remarqué, mais si vous avez des enfants ou des frères et sœurs très observateurs, cela soulèvera peut-être quelques questions chez eux, à voir donc avec leur conception de la petite souris. :-)

 

A l’unanimité, notre histoire préférée (il y en a 7 en tout) est « Le jeu de la crotte et du hasard ». La deuxième favorite de mon frère est « De la morve à la lune ». Comme vous pouvez le constater, les titres en valent la peine et mon préféré est « Voyage au centre de mon frère », je me bidonne à chaque fois que je le lis. (^-^)

 

Les dessins m’ont beaucoup plu, il y a beaucoup de détails dans les paysages ; dans « Vingt brillants sous les mers » particulièrement, les dessins des fonds marins sont vraiment beaux ! Mon frère les a trouvés « originaux ». Les Dinominus sont faciles à différencier, chacun a sa propre personnalité et chaque enfant s’identifiera probablement plus à l’un ou à l’autre.

 

En bonus, il y a un jeu à photocopier et découper et deux planches où il faut chercher le crabe qui a volé le collier de Natacha, un genre de « Où est Charlie ? » au niveau adapté aux enfants (et qui ne vous fera pas vous arracher les cheveux si c’est vous qui devez chercher).

 

Un livre original et vraiment distrayant, j’ai ri et savouré les dessins ! En plus, je trouve le prix plus que raisonnable. Et je suis très contente qu’il ait plu à mon frère. Si vous connaissez des réfractaires à la lecture…  

 

Mon ressenti

9/10

 

Les énormissimes aventures des Dinominus, de Gary Northfield, éditions Nathan (9,90€)  

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 18:20

Lady Susan

 

Présentation de l’éditeur

Lady Susan est veuve. Afin d'assurer son avenir, elle voudrait marier sa fille de seize ans à Sir James Martin, un homme riche et stupide. Mais à trente-cinq ans, Susan, brillante manipulatrice, est également une très jolie femme qui en paraît dix de moins. Pourquoi ne pas se chercher, elle aussi, un deuxième époux ? Et les prétendants ne manquent pas. Car Susan s'est forgé une réputation de séductrice sans vergogne, n'hésitant pas à entretenir une relation avec un homme marié tout en courtisant d'autres hommes, plus jeunes qu'elle. 

 

Mon avis

Il y a un moment que je voulais lire un roman de Jane Austen. Je savais que celui-ci était un peu différent des autres et pour cause… il s’agit d’un roman épistolaire, un genre que j’apprécie beaucoup.

 

Il est épatant de voir avec quel talent Jane Austen nous dépeint son personnage principal à travers des lettres uniquement. Amusant de découvrir ce que les autres pensent de cette femme volage et superficielle mais intelligente, et de lire les motivations et les ruses de cette Lady Susan.

 

Je ne me suis pas du tout attachée au personnage principal, une femme obnubilée par ses conquêtes et l’argent, totalement indifférente au sort de sa fille unique ; mais le fait qu’il s’agisse de lettres permet de voler d’un personnage à un autre, et la prose succulente de Jane Austen fait que – même si d’habitude je n’aime pas ne pas m’identifier au héros/à l’héroïne –  ici, ce n’est pas nécessaire pour apprécier sa lecture, car ce n’est pas ce qui fait le livre.

 

On découvre que tout plein de destins sont liés à cette Lady Susan et je tournais les pages avec avidités pour savoir comment chaque personnage allait réagir. La précision avec laquelle les dialogues sont retranscrits est un peu étrange étant donné qu’il s’agit d’un échange de courriers, mais je dois dire qu’il aurait été dommage de s’en priver tant ils sont bien écrits…

 

Avant de lire cette nouvelle, j’avais eu l’occasion de la croiser dans les avis de mes amis sur Goodreads, et certains reprochaient notamment à Jane Austen de ne pas avoir gardé le format épistolaire jusqu’au bout. En effet, les dernières pages sont une conclusion à part entière. Mais Jane précise bien que la correspondance a été interrompue, et je ne vois pas pourquoi elle aurait été infidèle à la version de l’histoire qu’elle avait en tête de créer. :-)

 

En quelques mots, un style unique, une galerie de personnages très variés (et si vous vous emmêlez les pinceaux il y a une liste des personnages au début du livre) et un format original. Je vous conseille cette nouvelle, et j’ai hâte de découvrir le reste de l’œuvre de Jane Austen, on ne m’en a dit que du bien !

 

Mon ressenti

9/10

 

Lady Susan, de Jane Austen, éditions Hachette, collection Black Moon nouvelles (7,90€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 20:07

 

Présentation de l’éditeur [ATTENTION SPOILERS SI VOUS N'AVEZ PAS LU LES DEUX PREMIERS TOMES mais vous pouvez lire ma chronique sans souci]

Ce jour-là, mon meilleur ami Link n'a pas réussi à finir son petit déjeuner gargantuesque.
Ce jour-là, Link s'est rendu compte qu'il avait changé physiquement : quelques centimètres supplémentaires, un visage plus mature ...
Ce jour-là, il a appris qu'il se transformait en incube.
Le premier et unique "Linkube" de Gatlin.
Gatlin, cette délicieuse petite bourgade du sud des Etats-Unis où mon histoire avec Lena l'Enchanteresse avait commencé.

 

Mon avis

Marrant comme, ici aussi, cette nouvelle s’inscrit plutôt bien pour moi ! (La nouvelle « Hana » chroniquée un article plus bas était tombée à pic pour moi qui n’ai lu que le premier tome de « Delirium ».) Je n’en suis justement qu’au tome 2 de la saga des Enchanteurs – shame on me – et « Sublimes Lunes » se situe entre « 17 Lunes » et « 18 Lunes » (comme le laisse penser la couverture d’ailleurs, qui est un mélange de celles de ces deux tomes).

 

Le troisième tome de la série est dans ma PAL et j’ai bien envie de l’en sortir enfin maintenant. Si cette saga n’est pas une de ces sagas chouchous dont je veux lire la suite illico presto, j’aime son ambiance particulière. Je l’avais presque oubliée et j’ai donc été, en fait, agréablement surprise.

 

C’est peut-être le film qui m’avait induite en erreur. Le titre de la nouvelle, si proche de celui du film (« Sublime Créatures »), m’a sans doute remis ce dernier un peu trop en mémoire. Je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur les livres à la place !

 

Mais revenons à « Sublimes Lunes » en particulier. J’ai aimé que ce livre raconte l’histoire de Link, c’est un personnage très attachant. Ne vous attendez donc pas à des scènes romantiques entre Ethan et Lena, même si, bizarrement, ce premier est le narrateur. Et il en sait beaucoup sur l’action alors qu’il n’apparaît « physiquement » que peu dans le récit ! J’ai un peu de mal à comprendre d’où est venue cette idée à Kami Garcia et Margaret Stohl. Peut-être voulaient-elles assurer une continuité avec les autres tomes ? Mais ça reste illogique, et dommage, alors que la nouvelle est intéressante.

 

Les titres des chapitres rajoutent une petite touche d’humour supplémentaire. J’ai eu quelques difficultés à resituer l’histoire mais la nouvelle n’est pas assez complexe pour que cela m’ait vraiment dérangée. De préférence, ne faites pas comme moi, et lisez cette nouvelle en ayant lu la série un peu avant, même si ce n’est pas un drame si vous êtes dans le même cas que moi. Malgré ce narrateur qui m’a beaucoup perturbée, j’ai passé un très bon moment de lecture. Fans de la série, pas une seconde d’hésitation ! À moins que vous ne l’ayez déjà lue… ? :-)

 

Mon ressenti

8,75/10 [juste pour ce couac point de vue du narrateur qui m’a obsédée]

 

Sublimes Lunes, de Kami Garcia et Margaret Stohl, éditions Hachette, collection Black Moon nouvelles (5,90€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 15:54

Hana

 

Présentation de l’éditeur

Hana vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. Un monde où un Protocole a été mis au point pour immuniser les jeunes contre le delirium. Alors que la date de son opération approche, Hana regrette l’absence de sa meilleure amie Lena. Elles sont devenues si différentes ! La très docile Lena refuse d’assister à des concerts clandestins, tandis que Hana ne manque pas une occasion d’expérimenter l’interdit. Pour elle, ce dernier été de sa vie d’avant devient synonyme de musique effrénée, de danse, et même d’amour.

 

Mon avis

Ce livre tombe vraiment à pic pour moi ! J’ai lu le premier tome de « Delirium » il y a un petit temps, et si j’avais bien aimé, je craignais de me mettre à la lecture du deuxième car j’ai lu plein de trucs entretemps.

 

Si vous êtes dans le même cas que moi, cette nouvelle, en fait un tome « 1,5 » vous rafraîchira la mémoire. « Hana » raconte l’histoire du premier tome, du moins les passages clés, du point de vue du personnage du même nom (très sympathique le nom, soit dit en passant ;-)). Et le fait que je me rappelle avoir déjà lu tel ou tel moment est plutôt bon signe pour que je me lance dans la suite.

 

Par contre, si vous n’avez pas besoin de ce rappel, peut-être que lire cette nouvelle directement après le tome 1 vous paraîtra un peu redondant. Elle constitue néanmoins un complément intéressant à l’histoire, donc même si vous ne la lisez pas à la suite du premier tome, je crois qu’elle reste à lire pour ceux qui aiment cette série.

 

Durant cette petite soixantaine de pages, je me suis laissé porter par la plume de Lauren Oliver, ai replongé très facilement dans son univers, malgré les presque deux années qui me séparaient de ma première immersion dans cette société où l’amour est considéré comme une maladie.  

 

Mon ressenti

9/10


Hana, de Lauren Oliver, éditions Hachette, collection Black Moon nouvelles (5,90€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 10:21

La fille du déménageur

 

Présentation de l’éditeur

Est-ce que c'est toujours compliqué, l'adolescence ?

Est-ce que c'est toujours maladroit, un papa ?

Vincent, déménageur divorcé, est une montagne de muscles dotée d'un mental de roc. Mais lorsque son ex-femme lui annonce que leur fille unique de seize ans a tenté de se suicider, le colosse s'effondre. Puis se relève, avec une idée fixe : montrer à sa fille que la vie vaut le coup d'être vécue. Mais comment ?


Mon avis

Honnêtement, si toutes les nouvelles Black Moon me tentaient, c’était « La fille du déménageur » qui m’intriguait le moins. En fait, c’était surtout la couverture qui ma plaisait. J’adore les Converse.

 

Pourquoi ? (Non, pas « pourquoi j’aime les Converse ? » mais « pourquoi ce fut principalement la couverture qui me donna envie de lire ce livre ? »). Eh bien, parce que Lauren Oliver, Margareth Stohl et Kami Garcia, ainsi que Jane Austen, je suis habituée à les lire et/ou à les croiser au cours des chroniques que je lis sur les blogs… Caroline Vermalle, non. C’est seulement après avoir fini ses deux nouvelles que je me suis rendu compte que j’avais déjà entendu parler d’un de ses romans. Et maintenant, j’espère bien la rencontrer plus souvent sur la toile.

 

En fait, c’est tout d’abord son écriture qui m’a marquée. Il y a dans ce petit livre des phrases si belles qu’on les relit plusieurs fois. Je voulais vraiment prendre mon temps, mais je l’ai lu d’une traite ; le livre est court mais je voulais garder la deuxième nouvelle pour le lendemain étant donné l’heure qu’il était. J’ai craqué.

 

Ensuite, ce sont les histoires en elles-mêmes qui m’ont touchée. Elles sont contemporaines, simples à comprendre, mais il y a beaucoup de poésie derrière. J’ai vraiment frôlé le coup de cœur. Une très belle surprise, en somme. :-)

 

Mon ressenti

9/10

 

La fille du déménageur, de Caroline Vermalle, éditions Hachette, collection Black Moon nouvelles (5,90€) 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 00:00

 

Présentation de l’éditeur

Ne jouez pas avec le temps… 


Liam aurait dû mourir en mer en 1912, Maddy dans un accident d'avion en 2010, Sal dans un incendie en 2026. Mais une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders. Leur mission : éviter que les voyages dans le temps ne détruisent l’Histoire.


En voulant empêcher des Américains venus du futur de coloniser la Rome antique, Liam, Maddy et Sal se retrouvent tous les trois piégés sous le règne de Caligula, l’empereur fou. Coupés de leur Base, comment peuvent-ils revenir dans le présent et rétablir le cours de l’Histoire ?

 

Mon avis

L’Antiquité a toujours été une période qui m’a toujours fascinée, et j’ai une fois répondu à un questionnaire qu’il s’agissait de l’époque de l’Histoire au cours de laquelle j’aurais le plus aimé vivre si j’avais dû en changer… avant de me rétracter. Non, je ne crois pas que je m’y serais plu. Un jour ou deux peut-être, mais pas toute une vie. Ce livre a renforcé mon impression, d’autant plus que la version modifiée de Rome à laquelle nos agents ont affaire est assez particulière ! Il est agréable de s’y promener, mais à travers des pages seulement… si on a parfois l’impression d’être aussi en danger de mort que les personnages, au moins ne l’est-on pas réellement ! Ce n’est pas le tome qui m’aura le plus remuée les tripes dans le sens où je l’entends (les reptiliens… brrrrrrrr), mais j’ai encore une fois vécu une aventure intense. Mon intérêt pour l’intrigue générale – qui se précise de tome en tome –, quant à lui, est à son paroxysme.

 

À cause d’hommes du futur qui sont venus tenter d’éviter la fin du monde en imposant leur système politique à Rome, l’empereur Caligula a régné plus longtemps que prévu et, en 2001, son culte est célébré. Liam et Bob se rendent à Rome où Caligula sème le chaos, persuadé d’être un Dieu. Une nouvelle vague temporelle a lieu et pour Maddy et Sal, restées à New York, leur ville n'a jamais existé. Pour couronner le tout, des clones ressemblant comme deux gouttes d’eau à Bob et Becks sont à leurs trousses… Quelles peuvent bien être  leurs motivations ?

 

Bon, je dois reconnaître que je n’ai pas entièrement compris les motivations des hommes du futur, participant au « projet Exodus ». En quoi imposer un certain système politique à Rome allait-il améliorer les choses ? Peut-être ai-je été inattentive à un moment clé, ou peut-être que je ne vois pas quelque chose qui clignote comme un gyrophare sous mes yeux, je ne sais pas, mais si quelqu’un pouvait m’apporter une explication, je lui en serais reconnaissante. :-) 

 

Fermons la parenthèse, si j’oublie cette question perturbante, j’ai une fois encore passé un très bon moment. « Time Riders » est une série qui sait se renouveler, avec des révélations aux bons moments, des chapitres courts et rythmés et des personnages qu’on est bien content de côtoyer neuf tomes durant.

 

Chaque tome est plus spectaculaire que le premier, il est plus qu’agréable d’avoir la sensation de lire un livre bien documenté tout en sentant que l’auteur s’est éclaté à créer cet univers. Je ne le dirai jamais assez, si l’Histoire vous passionne et que vous aimez les livres plein d’action, jetez-vous sur cette série. Sa lecture en est haletante et passionnante.

 

Mon ressenti

9/10

 

Time Riders, tome 5 : Les flammes de Rome, d’Alex Scarrow, éditions Nathan (15,50€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 15:02

Bonjouuur !

 

Voici un petit article sur les stars en couverture que je pensais vous poster la semaine passée... J'avais bien fait de ne pas promettre vu qu'il n'en a rien été. Comme je vous l'avais expliqué, il y a une semaine, en ce moment-même, j'étais à Paris... C'était juste magique, et aujourd'hui il me reste cette tasse pour noyer mon chagrin :

 

Paris.jpg

 

Ah mais non, c'est vrai, je ne peux pas boire de café parce que la chaleur risquerait de faire resaigner mes gencives desquelles on a arraché deux dents de sagesse, suis-je bête ! Bon j'arrête de me plaindre. (^-^)

 

Parlons de quelque chose de moins douloureux...

 

Les Plain White T's m'ont twittée une deuxième fois !!! O:-)

 

 

Mais passons au vif du sujet...

 

~

 

L'élite et Bonnie Wright

 

http://www.images-booknode.com/book_cover/3775/la-selection,-tome-2---l--lite-3775372-250-400.jpg bonnie-wright-actress-red-hair-ginger-462138.jpg

 

Shut Out et Anne Hathaway

 

http://4.bp.blogspot.com/-pZKUOrx9zm4/Tm0S14SRsuI/AAAAAAAAArQ/shJhT4hS84A/s1600/shut+out.jpg InStyle-2008-HQ-anne-hathaway-2029145-1366-1200.jpg

 

Troubles et Romy Schneider

http://www.rom1.fr/chris_blog/wp-content/uploads/2011/10/romy_schneider2.jpg

 

(Merci à Ned !)

 

L'étrange pouvoir de Finley Jane et Megan Fox

 

Megan-Fox.jpg

 

(Merci à Ned une seconde fois !)

 

Les gardiens de l'éternité et...

 

Jonathan-Rhys-Meyers.jpg

 

Jonathan Rhys Meyers pour Ned

et Tobey Maguire pour moi !

 

Les Anges des Ténèbres et...

 

 

Lucy-Hale-lucy-hale-13647305-500-375.jpg les anges des ténèbres

 

Lucy Hale pour Charabistouilles

et Alexandra Daddario pour moi !

 

~

 

[Comme d'habitude, il est indiqué de qui vient la trouvaille... sinon, elle est de moi.]

 

J'espère que ça vous a plu, merci encore une fois à Ned et Charabistouilles pour leur aide ! :-)

 

A bientôt,

 

HanaPouletta

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Les stars en couverture
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 20:12

 

Présentation de l’éditeur

A soixante-douze ans, tout lui semble difficile, insurmontable. Une nuit de septembre 2001, Michel Caron décide d'en finir. Comment appréhender un tel geste ? Comment échapper à la culpabilité, au sentiment d'impuissance, au gouffre béant s'apprêtant à dévorer une famille entière ? Sa fille Laurence s'interroge sur son départ et sa personnalité complexe ; un chemin de vie, parsemé de points d'interrogation en suspens. 
Homme de théâtre et de cinéma, ténor à la voix d'or, Michel Caron a vécu son art de la scène de la Scala de Milan aux planches de Tokyo. Sur les traces de son père, Laurence Caron signe avec pudeur et sensibilité un témoignage qui nous touche tous, où hommage, enquête et deuil, s'entrelacent pour un dernier au revoir.

 

Mon avis

Derrière ce titre très mystérieux, dont l’origine n’apparaît qu’à la toute fin du livre, se cache un très beau témoignage sur le deuil.

 

Laurence Caron nous parle du suicide de son père, Michel Caron, avec beaucoup de pudeur et sur le thème d’une question lancinante : pourquoi est-il passé à l’acte ?

 

Et en plus, pourquoi n’a-t-il laissé aucune lettre pour l’expliquer ? C’est surtout ce dernier point qui la hante et on sent que l’écriture de ce livre constitue une thérapie pour elle, ce qui le rend si poignant.

 

Il est vrai que, par moment, les anecdotes sur sa famille m’ont un peu moins parlé, après tout, il ne s’agit pas de la mienne, mais la plupart étaient racontées de manière à captiver le lecteur, comme dans les témoignages intéressants et bien construits.

 

En parlant de la construction du roman, il n’y a pas de chapitres numérotés, mais l'auteur divise son ouvrage en groupes de paragraphes plus ou moins longs pour marquer le passage à une autre idée. Quelques lettres et notes ponctuent le tout. Pour autant, il n’y a pas de côté « raccommodage », tout s’imbrique et coule comme une rivière limpide, les différents fragments du témoignage s’imbriquent parfaitement.

 

Ce livre communique beaucoup d'émotions, il est un questionnement passionnant. Mais peut-on forcément apporter des réponses à tous les drames ? Où chercher les preuves, à partir de quoi formuler ses hypothèses ? Il vous reste à lire pour le découvrir...

 

Si ce livre est très personnel, bien sûr, il reste pudique, ce qui en fait un bel hommage tout en permettant aux gens de s’y retrouver. Un passage m’a même procuré des frissons. « Mishima n’était pas un héros » aborde un thème et les questions qu’il implique intéressants. Un livre bref mais poignant, à la construction originale, en phase avec son sujet.

 

Autres chroniques : Didier Roumilhac pour "Opérette, théâtre musical" ; Bernard Morlino pour "La République du livre numérique"

 

Mon ressenti

8,5/10

 

Mishima n’était pas un héros, de Laurence Caron, éditions Publibook (16€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur