Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 20:52

 

Présentation de l’éditeur

Il y a quatre cents ans, le monde tel que nous le connaissons a connu une fin tragique. Désormais, sur la côte de ce que l’on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu’une fois tous les cinq ans, à un Prince d’été dont l’histoire enfiévrera la cité le temps d’une année. Pour June Costa, la vie n’est qu’art.


Ses œuvres géniales – des peintures murales aux hologrammes, en passant par des tatouages lumineux – impressionnent, voire irritent ses professeurs tout autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine pour jouir d’une célébrité instantanée et de tous les privilèges qui vont avec. Un rêve qu’elle n’avait jamais remis en question… jusqu’à ce qu’elle rencontre Enki.


Fraîchement élu Prince d’été, Enki est le garçon dont tout le monde parle à Palmares Três. Mais lorsque June le regarde, elle voit plus loin que ses fascinants yeux d’ambre et sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total, comme elle. Ensemble, June et Enki décident alors de créer un chef-d’œuvre qui restera gravé à jamais dans les annales de Palmares Três, attisant la flamme rebelle qui se lève contre les restrictions anti-technologie qu’impose le gouvernement matriarcal.


Mais June va bientôt tomber profondément et tragiquement amoureuse d’Enki… Or, à l’instar de tous les Princes d’été qui l’ont précédé, Enki va devoir être sacrifié. 

 

Mon avis

Le livre terminé, quand je relis le résumé, je ne le trouve pas mensonger, pas du tout. Pour autant, il m’avait donné une idée du livre à des années lumières (ou presque) de ce qu’il est en réalité…

 

Il y a quelques points qui m’ont, au choix, dérangée ou, du moins, perturbée.

 

Le premier est que, bien que Palmares Três, la ville pyramidale sur les ruines de l’ancien Brésil semble magnifique, j’ai eu un gros, gros problème avec les descriptions. Au début, je n’arrivais à rien visualiser ! Et jusqu’au bout, les descriptions m’ont laissé une impression de flou, même si j’ai fini par avoir une idée plus précise de la ville. Dès que les personnages accomplissaient une action qui demandait un long passage descriptif, je devais m’accrocher pour au final arriver à une représentation faiblarde. Et ça m’ennuyait, parce que la ville de June avait l’air tout simplement magnifique, l’auteur a inventé un univers très riche.

 

Le deuxième est que les nombreux termes en portugais parsemant les pages ne sont pas traduits et ne facilitent pas non plus la compréhension de l’univers de l’auteur. Par moment, je n’avais aucune idée de quoi on parlait.

 

Le troisième est lié aux mœurs des personnages. Tout le monde couche avec tout le monde et que ça leur semble tout à fait normal. Je sais, le livre se déroule dans le futur, et l’auteur a imaginé un univers très spécial, une évolution de notre société vraiment étrange, mais tout de même, ça m’a fait bizarre. Il y a plusieurs scènes vraiment sensuelles, le langage est loin d’être cru mais la mentalité des gens dans ce livre le réserve à un public averti. J’ai trouvé que cela donnait un côté malsain au livre au début, l’ambiance m’a rappelée celle de « Rouge est l’océan » mais me mettait beaucoup plus mal à l’aise. Bizarrement, en le refermant, cela ne me choque plus ; on finit par s’y habituer car le roman « hypnotise », mais je suis bien contente d’avoir rédigé un brouillon de chronique dans ma tête en cours de lecture, car je trouve que c’est un point tout de même important à souligner ! Ce qui m’a le plus étonnée, c’est que j’étais en train de lire tranquillement et puis en plein milieu (page 69…) bam !, « Tu es la meilleure artiste de la ville, m’avait confié Gil quand nous avions treize ans, le jour où nous avons fait l’amour pour la première fois. » Je précise que, cinq ans plus tard, June et Gil sont toujours aussi amis, et se partagent volontiers l’affection du Roi d’été.

 

Cependant, il y a d’autres choses qui m’ont beaucoup plu.

 

Commençons par les personnages. June, l’héroïne, a un fort caractère mais, même si par moment elle m’agaçait (je l’ai trouvée légèrement arrogante sur les bords et je ne comprenais pas son entêtement à en vouloir à sa mamãe…), je l’ai beaucoup appréciée, elle et son courage, et son amour pour l’art. Sa souffrance quand elle découvre qu’Enki aime son meilleur ami, et qu’elle se rend compte qu’elle avait des sentiments pour le Roi d’été. Et puis, comment ne pas parler d’Enki ? Il est sans conteste le personnage le plus fascinant du livre, difficile à cerner, fascinant… et comment ne pas avoir le ventre noué en pensant au destin qui l’attend, alors qu’il le prend si naturellement ? Il éblouit le lecteur comme il a ébloui June. Gil est persuadé de pouvoir le sauver, June non. Qu’en adviendra-t-il ?

 

Et puis il y a aussi la place de l’art, si important pour June et Enki, ce qui va les lier l’un à l’autre, la tension qui plane entre eux. Toute l’histoire liée au Roi d’été, sacrifié chaque année, la société matriarcale de Palmares Três, le vent de révolution qui souffle sur les habitants, les fluxeurs (des espèces d’accros du Twitter du futur), etc. Une ambiance vraiment étrange plane sur le livre.

 

En bref, j’ai fini par y prendre goût, alors que ce livre me mettait mal à l’aise au départ. Pour finir, il a exercé une étrange fascination sur moi, grâce à ses personnages et son histoire, et j’ai adoré. Mais j’ai conscience qu’il ne plaira pas à tout le monde. « Le Prince d’été » est le livre le plus troublant de la collection R, j’en garde de forts souvenirs plusieurs semaines après l’avoir fini. Si mes avertissements, qui me semblaient nécessaires, ne vous font pas peur, lancez-vous !

 

PS : un petit mot sur la couverture, qui est vraiment sublime et correspond à 100% au personnage de June ! J'aime quand autant de soin est apporté à la couverture. :)

 

Mon ressenti

9,25/10


Le Prince d’été, d’Alaya Dawn Johnson, éditions Robert Laffont, collection R (17,90€)   

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 20:44

 

Présentation de l’éditeur

Entre l'an 1984 et le monde hypnotique de 1Q84, les ombres se reflètent et se confondent. Unies par un pacte secret, les existences de Tengo et d'Aomamé sont mystérieusement nouées au seuil de deux univers, de deux ères... Une odyssée initiatique qui embrasse fantastique, thriller et roman d'amour, composant l’œuvre la plus ambitieuse de Marukami. 

 

Mon avis

Ce roman est ensorcelant. On dirait un puzzle géant, pas vraiment complexe, car « 1Q84 » n’est pas compliqué à comprendre, mais néanmoins très riche, il y a plein de pièces à mettre en place. Murakami ne les livre pas forcément à la fin des chapitres, mais plutôt subtilement, et ça rend encore mieux. Le lecteur se rend compte de plein de choses alors que les personnages continuent leur chemin, en alternant les chapitres. Il y a un lien qui les unit et leurs histoires sont liées même s’ils ne se rencontrent jamais dans ce livre (mais ça n’a rien d’agaçant contrairement à ce que l’on pourrait croire).

 

Du coup, l’histoire d’amour n’est pas encore mise en place et, même si je n’ai pas absolument besoin d’une histoire d’amour dans un roman, dans celui-ci, cela m’a perturbée dans le sens où l’absence de sentiments est un peu bizarre. Je suis peut-être un peu fleur bleue mais je ne saurais dire pourquoi dans ce roman-ci en particulier ça m’a perturbée. On est loin du romantisme des romans YA avec les histoires d’un soir d’Aomamé et la relation de Tengo avec une femme mariée, et après en avoir aligné plusieurs à la suite, ça fait un peu bizarre.

 

Je n’ai pas eu d’affection particulière pour les personnages non plus, ce qui est peut-être lié. Pour autant, si je n’ai su m’identifier ni à Aomamé ni à Tengo, l’auteur a réussi a très bien les construire, comme tous ces personnages d’ailleurs. J’ai tout de fois été touchée par Fukaéri, c’est sans doute toute l’histoire autour d’elle et de son roman qui m’a le plus touchée même si celle d’Aomamé et Tengo m’interroge et me poussera à lire la suite.

 

Il y a des passages narratifs très longs, ils ne sont jamais compliqués à lire mais je me suis tout de même parfois ennuyée. Cela dépendait. J’étais soit embarquée et incapable de lâcher le livre, soit je devais relire des paragraphes entiers parce que je me rendais compte que j’avais décroché, même si le message que voulaient faire passer ces phrases était en fait très simple, je ne me rappelais pas les avoir lues…

 

Je ne pourrais pas vous raconter l’histoire tant elle est riche et il vaut mieux tout découvrir en lisant si le livre a titillé votre curiosité. Je peux néanmoins vous dire que « 1Q84 » est une version parallèle du monde de 1984, et que ça apporte quelques modifications dans le quotidien des protagonistes… À la fin de ce premier tome, on a qu’une ébauche de réponse, mais une ébauche très intéressante.

 

Il y a une petite dose de fantastique, c’est très étonnant mais ça s’intègre plutôt bien dans l’ambiance du roman. Cette dernière est difficile à qualifier mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle est enveloppe le lecteur dans un cocon, je n’avais jamais rien lu de pareil.

 

En bref, un roman d’une très grande qualité où l’imagination de l’auteur est débridée et le style au service d’une histoire au départ pas évidente. Il n’y a pas vraiment d’action mais un suspense savamment distillé. « 1Q84 » est un roman qui se lit extrêmement vite malgré son épaisseur, j’ai vraiment envie de connaître le fin mot de l’histoire et c’est rare que je sois prise d’une envie aussi impérieuse dans le cas d’une série ! (^-^)

 

Mon ressenti

9/10


1Q84 livre 1 : Avril-Juin, de Haruki Murakami, éditions 10-18 (9,60€)  

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 20:14

http://static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/2/2/6/2/9782226219893FS.gif

 

Présentation de l’éditeur

« Je fixe les mots noirs comme des petites araignées, les regarde tisser leur toile. Il y a quelque chose de plaisant à remplir une page blanche, même si je n'avouerais jamais cela à Lynda. Ce cahier vierge, elle me l'a donné quand je suis allée la voir mardi.
   - Ecrire dans ce cahier t'aidera à te souvenir.
   - Et si je n'en ai pas envie ?
   - Tu devrais, à mon avis.
   - Ça ne changera rien.
   - Faudrait peut-être que tu essaies.
   J'ai levé les yeux au ciel. »

 

Alice Kuipers, l’auteur remarqué de Ne t’inquiète pas pour moi, nous offre le roman subtil et délicat d’une adolescente qui renaît peu à peu à la vie.

Un livre étonnant, déchirant, splendide. 

 

Mon avis

Ce livre est bref, grâce (ou à cause ?) de sa forme (de journal intime), il se lit très rapidement… Mais on peut en tirer plein de choses.

 

« 2 filles sur le toit » est l’histoire de deux sœurs, l’une vivante, l’autre non. Ce journal est vraiment intime car il nous dévoile les pensées de la sœur rescapée, Sophie, après le drame. Le ton est extrêmement juste, c’est comme si la voix de l’héroïne résonnait sous notre crâne… L’auteur a réussi à rendre son personnage très réel, on pourrait presque croire à un témoignage. Il y a quelque chose dans les métaphores utilisées et le style qui m’ont en tout cas donné cette impression.

 

J’ai adoré le fait que Sophie écrive parfois certains mots en majuscule pour appuyer ce qu’elle dit, ce n’est qu’un détail, qui apporte pourtant beaucoup, je trouve. Les poèmes qu’elle écrit sont quant à eux magnifiques. Je retranscrirais bien le plus beaux d’entre eux ici, mais étant donné qu’il faut attendre la toute fin pour le connaître en entier, je n’en vois pas trop l’intérêt si ce n’est de vous spoiler.

 

La culpabilité et les sentiments de Sophie touchent vraiment le lecteur et même si on (n’) a (la chance de) jamais avoir vécu une histoire semblable à la sienne, il est très facile de la comprendre, même quand elle agit d’une manière qui semble discutable, notamment avec sa mère ; elle n’essaye pas de se justifier, elle explique pourquoi elle agit comme ça sans se chercher d’excuses, elle s’en veut, beaucoup, et on ne peut donc pas lui en vouloir. On souhaite juste qu’elle aille mieux.

 

Le temps que Sophie fasse son chemin, on apprend petit bout par petit bout la tragédie dont elle a été victime. Je VOULAIS savoir et pourtant quand j’ai su que la révélation complète était imminente, j’ai fermé mon livre quelques instants pour me préparer à ce qui allait suivre. Le livre se lit d’une traite pour peu qu’on en ait le temps tant il emporte le lecteur dans un tourbillon d’émotions. Une lecture pas facile mais très belle.

 

À livre bref, chronique brève. Mais j’espère vous avoir donné envie de le lire en quelques mots !

 

Mon ressenti

9,5/10


2 filles sur le toit, d’Alice Kuipers, éditions Albin Michel, collection Wiz (13,50€)   

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 18:19

Alan Vega, conversation avec un indien

 

Présentation de l’éditeur

Figure majeure et fascinante de l'underground new-yorkais, Alan Vega a marqué profondément l'histoire du rock'n'roll, avec son groupe Suicide ou en solo, autant que le champ des arts plastiques, par ses installations lumineuses.


De la sculpture à l'expérimentation sonore, de l'activité politique engagée aux courses hippiques, d'Elvis aux figures du Christ, de Spinoza à la judéité, "Alan Vega, conversation avec un indien" est une incursion dans l’oeuvre foisonnante de l’artiste ; une lecture nomade, urbaine, poétique et polyphonique, scandée par les voix d’agnès b., Bob Gruen, Pascal Comelade, Dirty Beaches, Marc Hurtado, Perkin Barnes, Christophe, Martin Rev… 

 

La page Facebook.

 

Mon avis

J’ai commencé ce livre en sautant dans l’inconnu : je n’avais jamais entendu parler d’Alan Vega.

 

Le livre n’est pas mauvais en soi mais je n’ai tout simplement pas pu l’apprécier car je n’arrivais pas à m’intéresser à cet artiste que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam.

 

J’ai alors souhaité découvrir son œuvre et j’ai écouté « Frankie Teardrop », la chanson la plus connue de Suicide… et la chanson ne m’a pas du tout parlé !

 

Alex Zhang-Huntai du groupe Dirty Beaches en a dit :

 

« Mon pote me dit d’écouter attentivement cette merde ; j’ai eu un choc ! J’entendais quelqu’un hurler, je n’avais pas vraiment d’avis, je n’aimais pas cette musique, elle était trop troublante. »

 

… mais aussi :

 

« J’ai commencé à comprendre avec le temps, les liens avec l’époque, l’histoire, la musique, les paroles. Mais il m’a fallu beaucoup de temps pour commencer à l’apprécier. »

 

Espérons que ce soit le cas pour moi !

 

J’ai apprécié les extraits d’interviews, de Vega ou de personnes qui le connaissent, mais tous les passages sur l’histoire du groupe m’ont profondément ennuyée, ce n’est pas comme s’ils avaient porté sur un artiste que j’appréciais.

 

Pourtant, je crois pouvoir affirmer sans me tromper que si vous êtes fan d’Alan Vega, ce livre vous plaira. J’aurais adoré avoir un livre aussi complet et vivant sur un artiste dont je suis fan. Il y a un lien vers une vidéo très bien faite, des photos, des extraits de textes, etc. qui ont allégé ma lecture.

 

Je ne remets pas la qualité de l’ouvrage en question, je suis admirative des recherches qui ont été menées, mais le thème m’a laissée de marbre. C’est pourquoi j’ai du mal à mettre un ressenti sur ce livre ! 


ALAN VEGA, Conversation avec un indien, d’Alexandre Breton, éditions Le TexteVivant, collection Fusion (10€)   

 

Acheter ce livre.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 22:45

MARS

 

Bonsoir les amis,

 

Désolée pour ce retard monstre, pour un bilan en plus… Mais je suis malade, mon rythme de mises à jour est donc un peu décalé.:/

Mieux vaut tard que jamais, disons. (^-^) 

 

~


1. Go just go, de Joe Schreiber  (4/5)

2. Tess, de Thomas Hardy (4,5/5)

3.  Jappeloup, le roman du film, de Gudule (3/5)

4. The Agency, tome 3 : Les secrets du palais, de Y.S. Lee (4/5)

5. Coco Chanel, de Brigitte Labbé et Michel Puech (3/5) 

6. Les filles de Brooklyn, de Jessie Elliot (4,5/5)

[Lecture VO] 7. Fixing Delilah, de Sarah Ockler (4/5)

8. Vida, de Patricia Engel (5/5)

9. Lycée Out, de Claire Loup (3/5)

10. Le pianiste sans visage, de Christian Grenier (3/5)

11. La prophétie de Glendower, de Maggie Stiefvater (4,5/5)

12. Tamara, tome 9 : Diego…, de Darasse, Bosse et Zidrou (4/5)

13. Immortels, tome 2 : La Traque, de Cate Tiernan (4/5)

14. La circulation des idées, collectif (3,75/5)

15. Addict, de Jeanne Ryan (4/5)

16. Le Prince d’été, de Alaya Dawn Johnson (4/5) [Chronique à venir]

17. Sur un air de Mozart, de Flore Talamon (3,75/5)

 

~


  Un joli mois, avec 16 romans lus et 1 BD… et un gros coup de pour Vida !

 

Mis à part cette maladie (les oreillons…), avril commence bien pour moi, non seulement côté lecture mais aussi musique, puisque les Plain White sortent un EP (disque durant entre 10 et 30 minutes) ! :D Vous pouvez l’écouter ici et il sera disponible à la vente dès demain.

 

J’espère que votre mois de mars s’est aussi bien passé, et bonne soirée !

 

HanaPouletta

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Bilans
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 22:15

http://img.over-blog.com/300x200/4/57/93/84/tdl.png

 

      Bonsoir !

 

Mercredi passé, j'ai été faire une nouvelle Tournée des Librairies avec mon amie Sarah et je poste mon article avec quelques jours de retard. (^-^) Je suis désolée, il me reste à poster mon bilan de mars et quelques chroniques, je vais essayer de ratrapper ça ce weekend !

 

J'espère que ce compte-rendu vous plaira, vous verrez qu'une petite poulette que ma maman m'a trouvée s'est invitée sur les photos. :D Et si vous souhaitez également organiser une Tournée des Librairies, toutes les infos sont ici. :)

 

~

 

1er arrêt : la première librairie

 

Mars13-178.jpg

 Le Monde de Charlie, de Stephen Chbosky

 

Depuis le temps que je voulais l’acheter, celui-là ! Au départ je pensais l’acheter en anglais car Emma était sur la couverture, mais finalement, elle est sur la couverture française aussi alors... Paresseuse moi être.

 

Achat de Sarah : Les indiscrétions d'Hercule Poirot, d'Agatha Christie.

 

2ème arrêt : une bouquinerie (Oxfam)

 

Mars13-184.jpg

 Les pages de notre amour, de Nicholas Sparks

 

Je regarde toujours s’il y a des livres de Nicholas Sparks à vendre dans cette bouquinerie et, pour une fois j’ai été exaucée ! En plus c’est un des titres qui se trouvait en tête de ma wishlist. :D (Et il ne m'a coûté que 1,50€ !)

 

 La Troisième vengeance de Robert Poutifard, de Jean-Claude Mourlevat

 

Un livre que j’ai déjà lu et adoré mais malheureusement je l’ai prêté (une prof qui demandait des livres à prêter pour ses élèves) et on ne me l’a jamais rendu… Perdre un livre est quelque chose qui m’énerve très, très, trèèèèèès fort ! Je suis contente d’avoir pu me le reprocurer, pour 1€, même si ce n’est pas la même chose… Je n'aime pas l'idée de savoir ce livre perdu dans la nature.

Un conseil, même si je pense que beaucoup le suivent déjà : même si ça vient d’une prof, ne prêtez pas vos livres. Et si vous choisissez de les prêter à des personnes de confiance, NOTEZ-LE, elles peuvent oublier. Voilà pour l'astuce du jour lol. 

 

 

Cinquième avenue, de Candace Bushnell

 

Ca fait longtemps que je n’ai pas lu de chick-lit et j’aime bien la couverture. (^-^) Je l'ai payé 2€.

 

La Splendeur du silence, d'Indu Sundaresan

 

Euh, je ne sais pas trop pourquoi je l’ai acheté lol. Je l’ai regardé, reposé, je suis repassée devant, je l’ai re-regardé. Ce n’est pas le genre de livres que je lis d’habitude mais il m’attirait, je ne sais pas pourquoi, mais je sais que ce genre d’impression m’a déjà valu de belles surprises, alors je prends le risque (pour 2€ reversés à une association, Oxfam, il n’est pas bien grand).

 

Achats de Sarah : Les petits secrets d'Emma, de Sophie Kinsella ; Gracie Lindsay, de A.J. Cronin et La vallée de la peur, d'Arthur Conan Doyle.

 

3ème arrêt : ma librairie préférée 

 

Mars13-176.jpg


 The Lying Game, tome 2 : Ne jamais dire jamais, Sara Shepard

 

J’ai longuement hésité entre ce livre et l’intégrale de Pretty Little Liars, mais comme le thème est le même dans les deux séries, je crois qu’il vaut mieux que j’en termine une puis commence l’autre. Et il vaut mieux que je termine une série tout court, en fait… N'est-ce pas Sarah ? :D

 

Achat de Sarah : Sauve-moi, de Guillaume Musso.

 

4ème arrêt : la troisième librairie


J’ai hésité quelques secondes avec « Glitch tome 1 » vu que j’ai gagné le deuxième au concours de nouvelles Night School et l’intégrale des Menteuses qui me narguait encore, mais la vue de...

 

Mars13-175.jpg

 

Starters, Lissa Price

 

... a balayé toutes mes hésitations. Depuis le temps que je voulais le lire ! D’ailleurs, Sarah m’a dit qu’elle pensait que je l’avais déjà et quand ma mère m’a vue déballer mes sacs, elle m’a dit : « tiens, tu ne l’avais pas déjà ? » Alors, pendant quelques secondes, j’ai cru être devenue folle mais non, je crois que je leur ai tellement rebattu les oreilles avec qu’elles ont fini par croire que je l’avais… mais non, je ne l’ai pas. Je ne l’avais vu dans aucune des librairies visitées jusqu’à présent donc j’ai su que je devais l’acheter. :-)

 

Achat de Sarah : La Cité des Ténèbres, les origines, tome 1 : L'ange mécanique, de Cassandra Clare.

 

5ème arrêt : un magasin de livres et dvd neufs et d'occasion

 

Mars13-182.jpg

 

La Dernière Chanson, Nicholas Sparks

 

Je crois que c’était mon jour de chance ! Deux livres d’occas’ de Nicholas Sparks en une journée, c’est le jackpot !  En plus, je crois qu’on ne sait plus acheter celui-ci.

 

6ème arrêt : une librairie-papeterie

 

Je m’étais dit que je n’allais rien acheter, à la rigueur un livre de poche mais comme on dit (n’est-ce pas Sarah ? :-) ) « jamais 8 sans 9 », alors…

 

Mars13-172.jpg

 

Avant toi, Jojo Moyes


... a rejoint ma PAL. Et si je n'avais pas trouvé cette excuse bidon j'aurais pu en inventer une autre : la couverture s'accorde très bien avec le logo que j'utilise pour illustrer les articles des Tournées des Librairies...

 

Achat de Sarah : Raison et sentiments, de Jane Austen. (Avec une jolie couverture !)

 

Résultat : il était presque 14 heures quand on a mangé, chez Exki, comme d'habitude... mais on n’a pas vu le temps passer.

 

~

 

Et voilà. (^-^)

Je me suis complètement lâchée pendant cette Tournée et j’ai plein de nouvelles idées pour Comme un air de famille et Les stars en couverture, merci Sarah pour ton aide. :D

 

Bon weekend !

 

HanaPouletta

 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Tournées des Librairies
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 10:02

La Petite Sirène

 

Présentation de l’éditeur

Une petite sirène tombe amoureuse d’un prince. Elle demande à une sorcière de transformer sa queue de poisson en jolies jambes pour essayer d’aller conquérir celui qu’elle aime. Mais bien des épreuves l’attendent sur terre...

 

Mon avis

Encore un album de la collection « Les petits cailloux » dont les dessins sont très beau. J’ai aimé que la Ariel de ce livre soit différente de celle de Disney tout en lui ressemblant un peu, car je crois que ça peut être un peu perturbant pour les enfants (me connaissant, ça m’aurait énervée (^-^)). Pour autant, la fin est celle du vrai conte et pas du film. Elle est plus triste mais termine sur une note positive : Ariel reste toujours présente dans l’écume de la mer et nous regarde. L’occasion de ne pas faire découvrir un conte trop rose bonbon aux enfants tout en les ménageant un peu ! Deux pages de jeu à la fin permettent de vérifier si l’enfant a été attentif en remettant les images du conte dans l’ordre  (j’ai joué le jeu :-)).

 

Mon ressenti

4/5

 

La Petite Sirène, d’après un conte d’Andersen, illustrations d’Alexandra Huard, éditions Nathan, collection Les petits cailloux (5,50€)   

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 09:52

Les Amoureux du ciel

 

Présentation de l’éditeur

L’histoire d’un amour impossible, à mi-chemin entre la terre et le ciel…

La fille de l’Empereur Céleste tombe amoureuse d’un jeune paysan. Mais il leur est interdit de vivre ensemble sur terre. Transformés en étoiles, séparés par la Voix Lactée, ils ont le droit de se retrouver chaque année. Alors une nuée de pies leur fait un passage pour leur permettre de cheminer l’un vers l’autre…

 

Mon avis

Tout d’abord, un mot sur les dessins : ils m’ont d’emblée plu ! Je les trouve splendides, très colorés, et j’adore les yeux des personnages. :-) Quant au conte, je ne le connaissais pas et je l’ai trouvé un peu machiste d’abord, avec cette histoire de robe et le chantage qui y est lié (« je te rends ta robe si tu m’épouses ») et puis, au final, très poétique. Il s’agit d’un mythe dit « cosmogonique » comme expliqué à la fin (non, ce n’est pas moi qui ai su sortir ça comme ça (^-^)), qui tente donc d’expliquer la naissance du monde et des astres, dans ce cas-ci des étoiles et ça m’a embarquée.

 

Mon ressenti

4/5

 

Les Amoureux du ciel, illustrations de Peggy Nille, éditions Nathan, collection Les petits cailloux du monde (5,50€)   

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 09:35

Le nouveau doudou

 

Présentation de l’éditeur

Ce matin, Soledad est arrivée sans Loupette, sa petite poule grise. Et à sa place, sur l’étagère à doudous, elle a déposé Pimpin, un lapin rose… Mais où est donc passée Loupette ? 

 

Mon avis

Qui n’a jamais eu de doudou ? Oh, je suis sûre qu’il existe des personnes qui s’en sont passées, mais elles doivent être en minorité ! (^-^) C’est pourquoi les enfants pourront sans conteste s’identifier à la petite Soledad dont le doudou est une petite poulette grise appelée Loupette.

 

L’ayant oubliée chez sa grand-mère, la petite fille emmène à l’école le lapin Pimpin à la place. Le nouveau venu fait beaucoup jaser les autres doudous qui pensent au départ que Soledad a perdu ou s’est fâchée avec Loupette…

 

Le fait qu’il y ait toute sorte de doudous (tigre, éléphant, ours,… et même un vieux bout de tissu qui m’a rappelé des souvenirs *sifflote*) permettra sans doute aux enfants de penser à leur propre doudou. Mais le livre parle aussi du partage et permet de dédramatiser un peu le fait d’avoir oublié son doudou quelque part. Un joli album sur un thème qui touche tous les enfants.

 

Mon ressenti

4/5


Le nouveau doudou, de Hubert Ben Kemoun, illustrations de Charlotte Roederer, éditions Nathan (10€) 

 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 14:10

Le Secret du Gladiateur

 

Présentation de l’éditeur

Marcus est effondré. Son père, le gladiateur Fulgur, a failli périr dans l’arène. La férocité de son adversaire était telle que Fulgur s’interroge : l’homme lui en voulait-il personnellement ?

Lorsque son père est victime d’une autre agression, Marcus n’hésite plus : il veut découvrir la vérité, coûte que coûte.

 

Mon avis

J’ai été agréablement surprise par ce livre. Au départ, l’Antiquité est une période qui m’intéresse beaucoup, et en lisant je me suis rappelé de mes cours d’Histoire d’il y deux ans, preuve s’il en est que cela m’intéresse. (^-^) Mais le thème des gladiateurs en particulier n’est peut-être pas ce qui m’attire le plus.

 

Heureusement pour moi, peut-être malheureusement pour d’autres, il n’y a qu’un seul combat. Mais même s’il n’y a pas beaucoup d’action, on entre vite dans l’histoire : Marcus tente de découvrir pourquoi un homme s’en est pris aussi violemment et déloyalement à son père, et pourquoi l’homme en question a parlé de le tuer, lui, le jeune et inoffensif Marcus, âgé de 13 ans et souffrant d’une patte folle. Parallèlement à cela, le jeune homme découvre des informations troublantes sur son passé…

 

Le livre tient en haleine et j’ai trouvé la fin originale. Tous les mots propres à l’époque sont bien expliqués et j’en ai découvert de nouveaux. Finalement, les passages sur les gladiateurs m’ont appris de nouvelles choses sur ce thème sans m’assommer de combats, comme je le redoutais !

 

Mon ressenti

3,75/5

 

Le Secret du Gladiateur, de Laure Bazire, éditions Nathan (5€) 

 

Le livre sortira le 4 avril.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur