Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 10:06

http://ramatahata.files.wordpress.com/2014/02/tumblr_mkfnzuuxcz1rvynjbo1_1280.jpg

 

bonjour.png

 

Si je ne maîtrise tout à fait que ma langue maternelle, j'ai un péché mignon : les mots étrangers intraduisibles. J'ai sélectionné mes préférés pour en faire un petit article. J'espère que ça vous plaira ! Et je jouerai peut-être au même jeu dans l'autre sens : quels sont les mots que les francophones sont les seuls à utiliser ?

 

Note : si vous cliquez sur les mots, vous accéderez à leur prononciation sur le très utile site Forvo.


1)  Cafuné (portugais brésilien) : désigne le fait de passer ses doigts dans les cheveux de son cher et tendre. Oui, il existe un mot pour ça ! En plus, il me rappelle le mot "café" alors je l'apprécie particulièrement. :-) EDIT : pas seulement de son amoureux en fait, mais aussi de sa maman, son frère, ses amis, etc. Merci Leticia !

 

2) Culaccino (italien) : plus terre à terre, celui-ci. Ce mot représente la marque laissée par un verre frais sur une table. Maintenant que je le connais, une image très précise se forme dans ma  tête en lisant le mot... et ça me paraît logique d'en avoir un pour désigner ce genre de choses.

 

3) Komorebi (japonais) : "la lumière du soleil qui filtre à travers les feuilles des arbres". Une définition claire, belle et  imagée.

 

4) Limerence (anglais) : plus longue dans la durée qu'un simple "crush", mais sans la réciprocité qu'implique une relation, "limerence" désigne l'affection qu'une personne ressent pour une autre de manière maladive ; obsessionnelle. Euh oui, effectivement, la définition commence de manière totalement romantique et puis... patatras. Je pense qu'il est utilisé un peu à tort et à travers alors qu'il concerne une réelle pathologie ! Mais je l'aime bien.

 

5) Mångata (suédois) : "le reflet de la lune qui trace un chemin sur l'eau". Limpide et poétique, non ?

 

6) Tsundoku (japonais) : un mot spécial bibliophile. En effet,  désigne l'acte d'acheter un livre puis de le laisser traîner sans le lire parmi des piles d'autres bouquins également non lus... Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait purement et totalement fortuite. [sifflote]


7) Saudade (portugais) / sodade (cap-verdien) : je pense que beaucoup connaissent celui-ci. Il désigne une "mélancolie empreinte de nostalgie", mais sans l'aspect maladif qu'on lui attribue généralement  ; un désir intense pour une chose aimée puis perdue, mais pour laquelle on a  un espoir de retour. J'aime le fait qu'il y ait un mot pour désigner une mélancolie où tout espoir n'est pas perdu.

 

8) Waldeinsamkeit (allemand) : désigne la peur d'être seul(e) dans les bois. J'aime bien ce mot parce qu'il n'évoquait rien du tout chez moi au départ (mais une fois que j'ai lu sa définition, j'ai rapproché "wald" de "wood" - bois). En plus, il ferait un bon titre de film d'horreur !

 

N'hésitez pas à partager vos trouvailles dans les commentaires !

 

signature.png

 

Sources texte : * / * / * / *

Source image : *

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Hors-sujet
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:26

Divergente, tome 3

 

Présentation de l'éditeur

Tris et ses alliés ont renversé leurs ennemis, mais le combat ne s'arrête pas là : la ville a été mise à sac par la guerre. La société de factions en laquelle elle croyait autrefois est rongée par la violence et les luttes de pouvoir.

 

Quand on lui offre une chance d'explorer le monde au-delà des limites qu'elle connaît, Tris est prête. Peut-être qu'au-delà des frontières, Tobias et elle trouveront une nouvelle vie, sans mensonges ni trahisons. Mais le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

 

 

Mon avis

Je suis un peu perdue.

 

Est-ce que j'ai aimé ce livre ? Je l'ai lu en moins de 24 heures et il y a même un moment où j'ai levé les yeux et où je me suis rappelée qu'il fallait que je mange. Ce qui me semble assez explicite.

 

Mais dans le même temps, étant donné que je ne me rappelais plus rien de l'intrigue des autres tomes, et à peine de quelques personnages (Tris et Quatre, pas de problème, Dieu merci, mais au niveau des personnages secondaires, ça commence déjà à coincer sérieusement), il y a plein de choses qui m'ont échappé. Je ne pouvais pas vraiment imputer la faute au roman, j'ai donc poursuivi vaille que vaille.

 

Il n'empêche que ça m'a gâché une partie de l'intrigue. J'ai eu du mal à comprendre tous les enjeux. Je ne me rappelais même plus qui Tris avait tué et dans quelles circonstances dans les tomes précédents et du coup, le pardon qu'elle recevait de tout le monde me paraissait un peu étrange, voire écœurant...

 

Bon, j'avais eu l'occasion de lire certaines chroniques. Et, de manière générale, il y a deux points sur lesquels je m'oppose à beaucoup.

 

Tout d'abord, j'ai trouvé l'histoire intéressante. Toutes les révélations qui nous sont faites m'ont satisfaite, les explications aussi. Mais étant donné que je ne savais pas raccrocher les wagons aux autres tomes (franchement, c'était presque comme si je ne les avais jamais lus !), peut-être que cette histoire tombe comme un cheveu dans la soupe, je ne sais pas en juger.

 

Peut-être que c'était mon devoir de lectrice de relire les autres tomes pour tout saisir... Mais franchement, lire les tomes au rythme de leur parution, c'est déjà pas mal, si je devais à chaque fois recommencer une série pour lire sa suite, je ne m'en sortirais pas. Est-ce la faute de l'auteur ? La mienne ? En tout cas, je sais que je n'ai pas été la seule dans ce cas.

 

Ensuite, j'ai aimé la fin. (Oui, cette fin dont tout le monde parle d'un air horrifié.) Certes, elle est dérangeante, et dans une certaine mesure, je peux dire que je la déteste. Mais elle m'a semblé logique et en continuité avec la série (ça, au moins, c'est une sensation dont je peux être sûre !). Je regrette d'avoir été spoilée par inadvertance, j'y aurais ressenti les justes émotions. Je comprends cependant qu'on puisse être déçu(e) et j'ai de la peine pour les fans qui attendaient autre chose de leur série favorite. Je ne me suis personnellement jamais trouvée dans cette situation, mais je peux comprendre ce qu'on doit ressentir. De là à envoyer des menaces de mort à l'auteur... il y a un grand pas que je ne franchirai pas ! C'est l'histoire que Veronica Roth a créée, je respecte la manière dont elle a voulu l'exécuter et l'écrire et je ne pense pas qu'elle aurait pu faire autrement, à moins de ne pas être sincère avec ses lecteurs.

 

J'avais eu un gros coup de cœur pour le premier tome, et le deuxième en était un plus petit. La série devient de moins en moins bien car je pense qu'elle perd d'une certaine diversité... le premier tome était plein d'action, le deuxième aussi, mais moins il me semble (j'ai d'ailleurs plus de souvenirs du premier que du deuxième, étrangement). Dans le troisième, on ne bouge pas beaucoup. Il y a de l'action, mais elle se simplifie, en fait. Plusieurs passages se ressemblent, le livre est en fait plat. (Jusqu'à cette fin qui chamboule tout, mais dont le spoiler dont j'ai été victime a quelque peu annulé l'effet de choc !)

 

Pourtant, l'écriture est rythmée et cet univers me tient à cœur. Comme Tris et Tobias d'ailleurs, qui eux marquent à travers les tomes et le temps qu'on laisse entre la lecture de chaque. Ce livre a aussi une ambiance pesante. [SPOILER] On dirait que Tris et Tobias n'ont pas eu le droit à leur histoire d'amour. [FIN DU SPOILER] C'est une série sombre et dramatique, mais je trouve son histoire bien faite, ainsi que ses deux personnages principaux, et l'écriture est belle.

 

Je ne sais pas trop pourquoi en fait, j'avais conscience en lisant qu'il ne se passait pas grand chose, j'avais parfois l'impression d'être en attente de THE événement (la fin), et pourtant je continuais à lire et à apprécier ma lecture. Je pense que je peux tout simplement dire que je m'attendais à être déçue, que ce tome est effectivement selon moi en deçà des précédents, mais que j'apprécie toujours cet univers. Selon moi, ça reste un bon roman, c'est tout simplement dommage que le coup de ne m'ait pas accompagnée au fil des 3 tomes.

 

Mon ressenti

8/10

 

Divergente, tome 3, de Veronica Roth, éditions Nathan (16,90€)

 

Le livre sortira le 15 mai 2014.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 15:12

 

Présentation de l'éditeur

Ne jouez pas avec le temps !


Liam aurait dû mourir en mer en 1912, Maddy dans un accident d'avion en 2010, Sal dans un incendie en 2026. Mais une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders. Leur mission : éviter que les voyages dans le temps ne détruisent l’Histoire.

 

Piégés à Londres lors du grand incendie de 1666, Liam et Rashim, la dernière recrue des Time Riders, ne peuvent repartir à la base. Ils échappent aux flammes en embarquant sur un navire pirate. Afin d'être repérés par Maddy et Sal postées dans le futur, ils n'ont d'autre choix que de devenir eux-mêmes de grands pirates et de marquer l'Histoire de leur empreinte…

 

Mon avis

"Les seigneurs des mers" est le 7ème tome de "Time Riders" ; série qui comptera en tout 9 livres. La fin approche ! Et je ressens un mélange d'excitation et de tristesse à cette pensée...

 

J'avais dans l'idée que ce tome-ci me plairait moins. En effet, j'ai vite le mal de mer, ou plutôt, je n'aime pas l'idée de m'y trouver des longs mois et je m'embrouille vite dans les termes techniques de navigation.

 

Mais, comme les autres livres d'Alex Scarrow, celui-ci a réussi à me faire dépasser mes appréhensions. Il y a tellement d'action et de rebondissements, le style est si vif qu'on ne peut que se laisser prendre au jeu. Et, si je n'étais pas 100% rassurée, j'ai apprécié naviguer en compagnie de Rashim et Liam, devenant de plus en plus confiante et absorbée dans le récit au fil des chapitres (même s'il ne faut pas s'attendre non plus à ce que je me jette sur les aventures de pirates maintenant).

 

Comme d'habitude aussi quand je me plonge dans cette série, il y a une tension qui s'installe en moi tant j'ai peur pour les personnages ! J'ai peur qu'ils restent coincés à une autre époque... et dans ce tome-ci particulièrement. Mais ce n'est pas une sensation désagréable car elle est la preuve que l'univers et les personnages me tiennent à cœur.

 

Par contre, l'intrigue si riche n'avance pas énormément ici, comparé aux autres tomes qui valaient leur pesant de cacahuètes en révélations (le 6ème en tête de liste). Mais je pense que ce tome était nécessaire, il nous laisse entrevoir des possibilités pour nos héros. Il permet aux lecteurs d'avoir des réponses à des questions qu'ils auraient pu se poser une fois l'histoire bouclée, avec des "et si" pour les commencer. En plus, il est plus profond que les autres en introduisant un thème inédit : l'esclavage.

 

Encore une fois, un très bon tome. J'ai tellement hâte de lire le suivant... de connaître le fin mot de l'histoire... et pourtant ! Maddy, Sal, Liam, et les personnages qu'ils ont rencontrés au fil de ces nombreux tomes ont déjà commencé à me manquer comme ils commencent à s'éloigner. Heureusement qu'il reste 2 tomes. :-) J'espère qu'Alex Scarrow épargnera ses pauvres lecteurs déjà bien tourmentés mais leur réservera un final éblouissant, digne de la série ! Quand je pense que le premier tome m'avait moyennement convaincue...

 

En bonus, voici un passage qui m'a particulièrement fait rire (car c'est aussi pour ça que j'aime "Time Riders" !) :

 

"- Je vois que vous avez rebaptisé le bateau que je vous ai donné, remarqua Modyford. Charlotte ne vous plaisait pas ? C'était pourtant un fort joli prénom, dit-il, légèrement vexé.

- Oh... eh bien... dit Rashim, en lançant un regard à Liam.

- C'est à cause d'une superstition, sir Thomas, affirma Liam. Le second bateau d'une flotte doit toujours porter un nom avec les initiales MC.

- Vraiment ? s'écria le gouverneur, l'air perplexe.

- Oh oui, insista Liam. C'est une vieille coutume maritime, pour sûr. N'est-ce pas, capitaine ? lança-t-il à Rashim, histoire de lui renvoyer la balle.

- Quoi ? Oh oui... beaucoup de bateaux portent ces, euh... ces initiales. Hum... Le Marie Céleste... le Marie Curie... le Miley Cyrus..."

 

Mon ressenti

8,75/10

 

Time Riders, tome 7 : Les seigneurs des mers, d'Alex Scarrow, éditions Nathan (15,90€)

 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 18:25

 

Présentation de l'éditeur

La tour Eiffel a des ailes accessible pour les plus petits dans une version album !

 

La tour Eiffel a des fourmis dans les jambes, ou plutôt dans les piliers ! La dame de fer décide donc d’aller faire un petit tour à la mer. Et son escapade va lui faire vivre de drôles d’aventures et de belles rencontres…

 

Mon avis

L'histoire est complètement loufoque : la tour Eiffel qui part en balade, même les enfants se rendent compte que ce n'est pas vraiment possible. Mais cet album glisse intelligemment des détails par-ci, par-là, sur la taille et le poids de la tour, afin de mieux la visualiser, et sur les monuments et événements qui font la France pour apprendre des choses. Un joli tour de France avec son symbole international pour guide.

 

Mon ressenti

3/5

 

La tour Eiffel a des ailes, de Mymi Doinet, illustrations de Aurélien Débat, éditions Nathan, collection Album Nathan (10€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 18:06

 

Présentation de l'éditeur

"Vous croyez aux signes ? La foudre qui frappe une voiture dont vous sortez à l'instant, un chat noir qui traverse votre chemin...
Vous voyez ce que je veux dire ? Le hasard, peut-être. Moi, je n'y ai jamais cru, à ce genre de trucs. Avant de le rencontrer, lui."


Chez Anna est un petit café où le temps s'est arrêté. Katrina y vit paisiblement avec sa grand-mère. Jusqu'au jour où la magie et la poésie s'immiscent dans sa vie.

 

Mon avis

Je me demande un peu comment je n'ai pas pu lire ce livre avant. Je lorgne dessus depuis sa sortie ! Et il a attendu sagement dans ma PAL (enfin sagement je ne sais pas, peut-être que ma PAL prend vie la nuit #ModeToyStoryOn) depuis des mois... Mais je pense que j'attendais le bon moment pour le lire, car j'en attendais beaucoup. Avec un titre pareil, en même temps...

 

Je pense que ce qu'il y a de plus délicieux dans la lecture, et ce qui fait qu'un livre nous touche, c'est qu'on se retrouve dedans. Pas besoin de lire sa propre biographie pour ça (sinon à quoi bon lire ? On lit pour s'évader, non ? #ModeIntrospectionOn), il suffit d'un détail, par-ci, par-là. D'un paragraphe ou même d'une phrase. Un personnage. Un lieu. Une passion. Bref, n'importe quoi, quelque chose qui chatouille un truc à l'intérieur de nous, qui nous fait sourire, qui nous fait sentir spécial parce que ce livre parle un peu de nous, ou qui nous aide tout simplement à sentir qu'on est pas seul dans telle ou telle situation.

 

Il y a quelques mois, j'avais lu "The Teashop Girls", un livre délicieux mais riche en théine... alors que je carbure plutôt à sa rivale, la caféine ! (#TeamCafé) (#StopAuxHashtags) (#Promis) Et bien, "Café givré" lui ressemble vraiment dans les grandes lignes. Ici aussi, la grand-mère de l'héroïne tient un café/salon de thé (biffer la mention inutile) qui est dépassé par l'arrivée d'un café/salon de thé (biffer la mention inutile) plus moderne qui lui vole presque tous ses clients.

 

Mais ça s'arrête là. Dans "Café givré", le fantastique s'immisce avec l'arrivée de Malcolm, un jeune homme que Katrina a trouvé dans l'arrière-cour du café tandis qu'elle sortait les poubelles (soooo romantique, je sais). Elle ne se doutait pas qu'en ayant pitié de lui et en lui donnant de quoi se sustenter, elle allait profondément changer son destin. Car Malcolm se met en tête de la remercier pour sa bonne action, attirant sur elle bonheur... et poisse.

 

Il y a quelques bons quiproquos et l'histoire partage de belles valeurs sans faire dans la gnangnantise (non, ce mot n'est pas homologué par le correcteur orthographique), même si je suppose que, pour certains, il y aura un peu trop de bons sentiments au programme.

 

Bizarrement - à mon avis, des personnes ayant lu le livre vont bientôt se demander si tout tourne rond chez moi, si je n'ai pas abusé de café justement, ou si je ne suis pas en manque - ce livre m'a rappelé... "Twilight". Attention, ce que je dis est une simple élucubration de ma part. Mais étant donné que le livre se déroule dans l'état de Washington et qu'il y a 2-3 allusions aux vampires, je me suis demandé si l'auteur ne s'était pas posé la question de savoir ce qui se serait passé dans "Twilight" avec un ange... ce qui aurait donné ce livre. Mais l'histoire du café est authentique et les personnages ne ressemblent pas du tout à Edward et Bella. Et puis, même si "Twilight" aura toujours une place spéciale dans mon cœur, je dois dire qu'il y a quand même (je m'en rends compte maintenant) beaucoup de longueurs et de dialogues romantiques et irréalistes, ce qu'il n'y a pas dans "Café givré". Cette comparaison était un compliment hein, et peut-être juste une divagation de mon esprit.

 

Amour, amitié, famille... sont les valeurs que ce livre prône sans être moralisateur pour un sou. L'histoire n'est pas compliquée, mais il y a dans ce livre une forme d'humour, de poésie et des détails qui le rendent réalistes, ce qui en font un livre spécial, un livre doudou... Les amateurs de café et de jolies histoires seront comblés ! Ce livre, sous des dehors légers, est peut être bien plus profond qu'il ne le paraît. Ce qui est agréable, c'est que c'est l'histoire du café, et Malcolm qui y est forcément lié, qui priment sur une éventuelle histoire d'amour.

 

Mon ressenti

9/10

 

Café givré, de Suzanne Selfors, éditions Flammarion (11,50€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:44

Le carnet de Groku

 

Présentation de l'éditeur

Le jour où la photo de mes fesses a commencé à circuler, je n'ai pas pleuré. J'ai noyé ma honte dans le cacao. Deux tablettes de chocolat. Trois, pour être honnête. Puis, l'estomac au bord des lèvres, je me suis approprié cette insulte, cette vérité : "gros cul". J'ai un tout petit peu bafoué les règles d'orthographe : "groku". Ça dérange déjà moins, non ? Allez, je lui ai même ajouté une majuscule : Groku.

"Je suis Groku", me suis-je répété. Ce même jour, j'ai créé mon blog. J'ai juste balancé en ligne la photo prise à la piscine. Et j'ai ajouté cette présentation minimaliste : "Je m'appelle Groku". Le lendemain, j'avais déjà des commentaires. Alors j'ai continué à écrire et c'est devenu un journal intime. Tous les soirs, je découvrais les commentaires avec délectation. Ils flattaient un ego qui en avait besoin, mais ne m'apportaient guère de solutions.

Jusqu'au jour où une certaine Kilodrame m'a écrit. Elle parlait d'un régime miracle. Un régime qui tenait sur un carnet. Alors je me suis lancée. Et oui, j'ai maigri. Oui, j'ai enfin découvert la vie. Mais pas celle que j'imaginais.

 

Mon avis

L'histoire de départ m'a intriguée dès le départ. Manon, 14 ans, est complexée par son poids, plus encore depuis qu'une photo de ses fesses a circulé dans l'école. Cela l'a poussée à créer un blog où elle se confie sur son mal-être et son envie de maigrir. Soutenue par les commentaires, elle continue d'écrire et fait la connaissance d'une certaine Kilodrame qui posséderait le secret d'une vie meilleure, sans complexe.

 

C'est le côté révoltant, cruel et pourtant pas si rare que ça du sale coup dont Manon a été victime, le fait que beaucoup de gens sous-estiment les conséquences que des événements de ce genre peuvent avoir, ainsi que le statut de blogueuse de Manon qui ont achevé de me donner envie de découvrir son histoire Je n'ai pas lu énormément de livres sur les problèmes de nourriture mais je me rends compte que c'est un thème qui m'interpelle beaucoup et que je me plais à rencontrer dans mes lectures.

 

Et bien, pour qui veut lire une histoire sur la nourriture, ce livre le/la servira ! Il en est question à chaque page, au détour de chaque phrase. Ce livre est un récit très intime. Sachant que ce n'est pas une autobiographie, ça passe peut-être plus facilement, sinon cela pourrait mettre mal à l'aise (certains en auraient peut-être besoin). Pour autant, il existe de nombreuses Groku et de nombreuses Kilodrame dans la réalité. "Qui a vraiment un rapport naturel et sain à la nourriture aujourd'hui ?" se demande cette dernière, à juste titre. Oui, la nourriture est partout, les images de minceur aussi. Et parfois, cela fait des étincelles.

 

Ce livre a une construction intéressante, très introspective comme je l'ai déjà dit mais aussi du point de vue du parcours de Manon.... l'histoire prend une tournure particulièrement à la fin qui m'a agréablement surprise.

 

J'ai moins apprécié certains détails : l'histoire de la jeune fille avec Thomas, par exemple. Dans la vie réelle, est-il vraiment réaliste qu'une jeune fille effacée et complexée en froid avec les pestes de l'école se fasse courtiser par le garçon populaire sur lequel elle craque depuis des années ? Et ne me comprenez pas mal, je ne dis pas ça parce que Manon n'en vaut pas la peine ou quoique ce soit, mais je parle en terme de réalisme, étant donné que le roman est pour le reste très bien fait de ce point de vue-là, je trouve. Je suis aussi en conflit par rapport au fait que si Manon n'était pas sortie avec Thomas, certaines choses auraient été différentes pour elles, je ne peux pas extrapoler sans spoiler. Mais je n'aime pas fort quand l'héroïne dépend à ce point du garçon de l'histoire. Manon est aussi assez franche que pour vouloir entamer une conversation Skype avec une fille rencontrée sur Internet. Pas sûre de la morale de l'affaire, même si je ne prends pas les jeunes lecteurs pour des débiles non plus.

 

Je suis donc moins convaincue par l'histoire parallèle à la relation qu'a Manon avec la nourriture. Elle participe sans doute au réalisme du livre (tous les ados ont des préoccupations) mais elle aurait pu le desservir. (Par contre, le problème du regard des autres est très important ici.) Reste qu'il s'agit d'un livre bien fait pour ceux qui s'intéressent aux troubles alimentaires ; qui fait prendre conscience d'à quel point le déclenchement de ces troubles est instable et soudain, mais aussi qu'il ne faut pas forcément attendre des conséquences pour les prendre au sérieux... il y a un point de non-retour à ne pas dépasser. Le livre fait aussi découvrir aux lecteurs qu'il y a autour de ces troubles toute une série de symptômes, même si le livre n'approfondit pas cet aspect, et qu'il aurait pu être bien plus hard. Ce qui le rend selon moi parfait pour les 13/14 ans. Ce livre est réaliste et intéressant, mais passez votre chemin si vous cherchez un livre vraiment "coup de poing". "Le carnet de Groku" y va plus en douceur, c'était peut-être le but.

 

Mon ressenti

7,5/10

 

Le carnet de Groku, de Sophie Laroche, éditions Hachette, collection Bloom (12,90€)

 

Le livre sortira le 19 mars.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 16:27

http://decitre.di-static.com/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/0/9/2/5/9782092548721FS.gif

 

Présentation de l'éditeur

Harriet Manners sait que :

 

·         - le mot « momie » dérive d’un terme égyptien signifiant « bouillasse noire et gluante ».

·         - la lune s’éloigne chaque année de la Terre, de 3, 8 cm.

·         lors d’un éternuement, tous les organes s’arrêtent, le coeur compris.

 

Harriet Manners, jeune anglaise de 15 ans, est une geek. Une intello. Difficile donc de se faire des amis lorsqu’on porte une telle étiquette. Alors, lorsqu’elle se retrouve choisie malgré elle par une agence de mannequins, elle se dit que c'est l'occasion de changer son image.

 

La geek saura-t-elle devenir chic ?

 

Mon avis

Mes chers amis, je pense avoir découvert en "Geek Girl" un antidote. A quoi ? A ces pertes d'envie de lire dont les lecteurs sont parfois victimes... Je l'étais et, si j'attendais ce livre avec impatience, quand je l'ai reçu, je n'avais pas franchement la tête à lire. Du coup, j'avais un peu peur de le gâcher mais j'ai essayé de lire quelques pages sans grand espoir, pensant le reprendre quelques jours plus tard.

 

Retournement de situation ! Il a suffi d'un chapitre pour que je sois ensorcelée et PRISONNIERE DU LIVRE. Généralement, c'est le genre de truc qui arrive avec un thriller où le tome 36 d'une série qu'on suit avec passion. Mais ici, ce n'est pas du tout le cas... et je connais les autres raisons.

 

       1) Je suis d'abord tombée sous le charme de l'inventivité et la fraîcheur de la plume d'Holly Smale et de son héroïne. Le ton est donné en quelques lignes à peine.

 

       2) Les chapitres sont très courts et émaillés d'humour et d'anecdotes qui font que même si vous avez la nausée, littéralement ou pas, ils passeront comme une lettre à la poste.

 

          3) J'ai beaucoup souri, parfois ri.

 

          4) Même si on rigole, rassurez-vous, il y a un fond : il faut rester soi-même. Ce qui est toujours agréable à entendre.

 

        5) Je ne pense pas être une geek, même si j'en ai les lunettes, et même si la définition me correspond en partie, ce qui fait que je me suis identifiée juste ce qu'il faut à Harriett. Comme le livre est écrit à la première personne, ce n'est pas désagréable de se reconnaître ne serait-ce qu'un peu dans la personnalité de la narratrice.

 

6) Mais je suis loin d'avoir une culture générale aussi développée que la sienne. Du coup, j'ai appris des trucs cool dans ce livre. Comme le fait que le chewing-gum est interdit à Singapour, par exemple.

 

Certes, l'histoire est du réchauffé : nous avons devant nous deux amies, l'une a un rêve... mais c'est l'autre qui est l'héroïne du bouquin. Et on se doute que c'est elle qui va réaliser le rêve de l'autre (alors qu'elle n'en a rien cirer). Je pourrais même rapprocher "Geek Girl" de "Sœurs pour la vie" juste pour le pitch de départ. Le but de l'auteur n'était pas, on le sent bien, de créer une histoire hyper originale. Le livre n'a pas besoin de ça pour mériter cet adjectif ! Son ton et ses personnages lui suffisent amplement.

 

Les personnage sont très typés, et en fait, j'imagine parfaitement ce livre adapté en BD avec des dessins pleins de peps, voire en film, ce serait encore plus hilarant. Les personnages ont des réactions parfois théâtrales et des caractères typés (sans tomber dans l'excès qui agace). Il y a Nat, la meilleure amie au caractère bien trempé ; Toby l'admirateur pas du tout secret d'Harriett dont rien que le nom évoque un petit chien ; le père adolescent attardé ; Annabel la belle-mère avocate toujours en tailleur et légèrement psycho-rigide ; Yuka, sorte de croisement entre Anna Wintour et Lady Gaga, Willbur et son langage imagé... Plein de situations cocasses, de malentendus ; il ne faut pas chercher de logique, Il y a des trucs franchement loufoques et ça participe au charme du livre et à sa légèreté. Et oui, il y a des clichés mais on sent que l'auteur en joue plutôt qu'elle n'est tombée dans leur piège..

 

Ahhhh, je suis si contente que "Geek Girl" existe ! J'avais perdu toute raison de vivre toute envie de lire et ce livre m'a tout simplement paru tombé pile au bon moment. Si vous avez envie de sourire, de rire, de vous vider la tête ; si vous avez perdu l'envie de lire, si vous avez envie de lire un livre pas prise de tête... "Geek Girl" est fait pour vous. RDV le 30 avril ! Et pour une fois, "livre pas prise de tête" ne signifie pas pour moi "aussitôt lu, aussitôt oublié"... Ce livre m'a fait du bien au moral et je penserai à revenir vers lui à l'avenir.

 

Mon ressenti

9,5/10  

 

 

Geek Girl, tome 1, de Holly Smale, éditions Nathan (15,90€)

 

Le livre sortira le 30 avril.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 20:15

Bonsoir !

 

Si on m'avait dit quand j'ai posté le premier "Comme un air de famille" qu'un jour je posterais le 15ème, je ne dis pas que je ne l'aurais pas cru mais j'aurais peut-être légèrement douté de mon inspiration. Et j'aurais été plutôt contente. J'espère que vou aussi ça vous plaît toujours. :-)

 

Enjoy!

 


 

De l'avant

 

 

Ruban blanc

 

 

Kaléidoscope

 

 

Emblême

 

 

Et pour finir, une couverture...

 

 

... qui m'a rappelé une publicité entrevue dans un magazine !


 

[Toutes les recherches sont de moi.]

 


 

Pour rappel, vous pouvez consulter les autres "Comme un air de famille" ici, n'hésitez pas à me signaler d'éventuelles couvertures manquantes, ça arrive encore bien. ;-) Merci !

 

  HanaPouletta

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Comme un air de famille
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 14:49

 

Présentation de l'éditeur

Être méchant, ça s'apprend !

Au Centre de redressement de Veldin Drexler, on rééduque les Mauvais Méchants pour en faire des Méchants Accomplis. C'est le cas de Rune, piètre sorcier ; de Jezebel, fille de Dracula, qui préfère le chocolat chaud au sang ; et de Loup Junior, fils du Grand Méchant Loup, qui a sauvé un enfant de la noyade. En désespoir de cause, on leur confie un complot, dernière chance pour eux de se racheter : ils doivent kidnapper une princesse, enlever un bébé, trouver un homme de main pour en faire leur esclave et renverser un royaume – tout cela en une semaine. S'ils échouent, ils peuvent dire adieu à leur carrière de Méchant.

 

 

Mon avis

Rune est un sorcier étudiant dans une école qui a pour vocation de remettre sur le droit chemin des Méchants qui ont mal tourné. Comprenez : qui ont commis un acte de gentillesse. Afin de passer au grade de méchanceté supérieur, il se voit confier un complot : voler un bébé, kidnapper une princesse, mettre un homme de main à son service et renverser un royaume.

 

Ce que j'ai préféré dans ce livre c'est que, sans remettre en cause la cohérence du récit (je veux dire par là qu'il y a un début et une fin, et entre les deux des actions qui s'enchaînent de manière logique), il ne se prenne pas au sérieux. On sent que l'auteur a une imagination très fertile et qu'elle s'en est donné à cœur joie, ne rejetant aucun rebondissement un peu fort ! J'ai également aimé l'idée que ces méchants essayent à tout prix de faire des mauvaises actions et que le complot dont Rune a hérité tourne vite... au n'importe quoi.

 

Ce livre a des faux airs d'Harry Potter, avec son marais magique aux allures de filet du diable, le tirage au sort de trois élèves qui rappelle celui de la coupe de feu, son trio de "héros" (les guillemets sont très importants, je vous rappelle que nous avons affaire à des Méchants avec une majuscule), un sorcier à longue barbe et un autre aux cheveux gras... Mais il est loin d'être calqué sur les livres de J.K. Rowling.

 

Il m'a aussi un peu rappelé "Shrek", avec ses multiples allusions aux contes de fée traditionnels, ce qui lui donne un petit côté parodique. Il s'agit d'un roman s'inscrivant dans un univers de fantasy, certes, mais dont la principale caractéristique est le côté comique. Bon, contrairement à beaucoup, je n'ai pas ri aux éclats. (Je me suis d'ailleurs sentie un plus vieille que je ne le suis en constatant ça.) Mais j'ai trouvé le livre complètement barré.

 

Un roman pour enfant qui peut toucher un public plus large. Une dernière chose : en imaginant l'action dans ma tête, je voyais des personnages de dessin animé. Je ne serais franchement pas étonnée qu'un dessin animé débarque un jour, je pense que ça donnerait super bien. Et j'adore la couverture !

 

Mon ressenti

8/10

 

L'avis de ma partenaire blogueuse Phebusa, qui m'a donné envie de lire le livre ! Et celui de Stéphy ici !

 

L'école des mauvais méchants : Complot 1, de Stephanie S. Sanders, éditions Nathan (12,90€)


Le livre sortira le 6 mars.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 15:51

Les princes charmants n'existent pas

 

Présentation de l'éditeur

"Cher voisin,

 

J'ai trouvé cette lettre qui semble vous appartenir. Je me permets de vous la retourner. Pas trace de votre corps écrasé dans la cour ! Vous avez été bien avisé de jeter seulement la lettre. Après tout, l'amour pourrait frapper à nouveau à votre porte. Rien de pire qu'un chagrin d'amour, ou peut-être si... Ne jamais en avoir vécu aucun ?

 

Prompts rétablissements

 

Votre voisine du 34, 1er étage,

 

Nora C…"          

 

Mon avis

Le roman s'ouvre sur une lettre de Nora à... Ava Gardner. Si Ava est l'idole de Nora et que c'est pour elle qu'elle commence à prendre la plume, c'est pourtant à Rodrigue que les autres lettres du roman sont destinées. Rodrigue, ce voisin dont la lettre de rupture s'est retrouvée fichée dans les géraniums de Nora. S'ensuit une longue correspondance... que Nora est bien décidée à préserver, rejetant coûte que coûte la réalité et une romance d'adolescents banale !

 

Le personnage de Nora, qui porte tout le roman sur ses épaules, est un personnage agréable et réaliste. Je pense que beaucoup d'adolescentes peu sûres d'elles se reconnaîtront en elle : Nora est très complexée, très romantique et elle admire une personne à qui elle rêve de ressembler.  Ne sommes-nous pas nombreux(ses) dans ce cas ? :-) En plus, elle a non seulement une passion pour la cuisine mais aussi pour l'écriture. Ca se ressent très fort dans ses jolies lettres (sa passion pour l'écriture, pas pour la cuisine ;-)), matures juste ce qu'il faut car Nora est parfois un peu trop idéaliste peut-être. Et Rodrigue réagit d'une manière crédible même s'il est lui aussi mature. Peut-être que certaines personnes plus extraverties auront envie de donner un coup de pied dans le derrière de Nora, c'est vrai que j'ai aussi parfois trouvé qu'elle tournait un peu trop autour du pot. Mais sa meilleure amie, Julie, s'en chargera pour vous, ne vous inquiétez pas. En fait, Nora n'est pas l'adolescente type telle qu'on se la représente aujourd'hui, elle se distingue par ses goûts originaux, mais sans être non plus l'adolescente au look atypique ou l'intellectuelle que tout le monde rejette... Bref, les clichés traditionnels que je déteste et qui sont malheureusement plutôt courants dans la littérature jeunesse !

 

Pour moi, l'auteur a trouvé un juste milieu à de nombreux point de vue. Un juste milieu entre les passages romancés et ceux épistolaires. Un juste milieu entre les objectifs (par rapport à leur histoire d'amour) de Nora et ceux de Rodrigue. Et un juste milieu entre le romantisme et la modernité. Bref, il est facile d'y trouver son compte et de croire à cette jolie romance ! Et libre à nous d'imaginer la suite de l'histoire...

 

Un petit mot sur la couverture : je trouve qu'elle fait très "young adult" alors que, ne vous y trompez pas, le ton du roman est plutôt jeunesse (à partir de 12/13 ans je dirais). En fait, je pense que c'est la première fois que ça m'arrive avec un livre (il faut croire qu'il m'a inspirée !)  je me suis fait un trip à imaginer la couverture dans ma tête, avec deux balcons qui se rejoignent et peut-être un jeu avec la métaphore du pré de la fin du livre... Mais je m'emballe ! J'adore le titre, par contre...

 

Mon ressenti

7,75/10

 

L'avis de Stéphy !

 

Les princes charmants n'existent pas, de Maïa Brami, éditions Nathan (14,90€)

 

Le livre sortira le 3 avril.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur