Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 14:33

Zombies Don't Cry (Living Dead Love Story, #1)

 

Présentation de l’éditeur

Règle n°1 : Ne jamais sortir avec quelqu'un sans l'avoir présenté à mon père.

 

Règle n°2 : Le couvre-feu est fixé à 23 heures - non négociable.

 

Règle n°3 : Ne. JAMAIS. Faire le mur.

 

Pourquoi personne n'avait précisé qu'un enfreignant ces trois règles à la fois, même pour un garçon canon, on risquait tout simplement sa vie ? Parce que je vous parle, mais en fait, je crois que je suis morte ...

 

Mon avis

La quatrième de couverture laisse présager un roman un peu barré, un mélange entre le livre de zombies et la chick-lit. Et au final… Le livre s’est avéré encore plus décalé que je ne le pensais ! Parfois, j’étais un peu déboussolée, mais je me ressaisissais vite. J’ai été surprise par le fait que même quand il se passe des choses tragiques, il y a une petite phrase qui vient contrebalancer la tristesse… Ce manque d’émotion est étonnant mais il fait partie de l’atmosphère du livre. Il n’y a rien de sérieux, sauf à la fin, qui promet de laisser davantage de place pour les sentiments dans la suite (parce qu’il y aura un tome 2).

 

Ce qui est complètement fou également, c’est la version revisitée du mythe des zombies. L’auteur a créé une « nouvelle théorie de la transformation des zombies » : ils sont frappés par la foudre. C’est ce qui est arrivé à Maddy. Mais attention, si un zombie est frappé par la foudre une nouvelle fois… Il meurt à nouveau.

 

En plus de cela, il y a différents types de zombies. Il y a donc ceux qui sont frappés par la foudre, les gentils, gouvernés par les Anciens et dont la vie est dirigée par « Le Guide » ; et les méchants zombies qui mordent les humains, c’est ainsi que le virus se propage – ou mangent leur cervelle.

 

Je ne crois pas que le but du livre soit d’expliquer toute l’origine de ces clans de zombies, mais j’espérais en savoir plus, il reste pas mal de zones de flou. L’auteur distille ici juste assez d’infos pour titiller la curiosité des lecteurs, sans pour autant donner toutes les réponses (parce qu’il y aura un tome 2 bis).

 

A cause des Serks, peu à peu, la ville de Maddy est contaminée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteur n’est pas avare de rebondissements ! Il n’y a pas d’intrigue à suspense et pourtant, plein de choses auxquelles je ne m’attendais pas. Par contre, même si les citer serait un spoiler, il y a des passages où j’ai trouvés les réactions des personnages illogiques, au-delà de ce « manque d’émotion » dont je parlais plus haut… Dommage !

 

Pour ce qui est des détails gore, et bien, il y a franchement pire, mais si les zombies vous dégoûtent au départ, mieux vaut passer votre chemin (même si je pense que si c’était le cas vous ne seriez pas en train de lire la chronique d’un livre dont le titre est « Zombies don’t cry » ; je crois donc que vous êtes plutôt bien partis).

 

Si le côté humoristique de ce roman m’a rappelé « J’ai embrassé un zombie (et j’ai adoré) », je l’ai préféré à celui-là. Je l’ai trouvé plus drôle et les personnages sont très attachants, pas trop stéréotypés. Mes chouchous sont Maddy et Dane.

 

En quelques mots, j’ai dévoré « Zombies don’t cry » comme Maddy s’est jetée sur de la cervelle fraîche après son Eveil… Excusez la comparaison. ;-) A éviter si vous aimez les zombies purs et durs et à ajouter d’urgence à votre wishlist si vous aimez à la fois les zombies et les livres qui ne se prennent pas au sérieux !

 

Mon ressenti

9/10

 

Zombies don’t cry, de Rusty Fischer, éditions J’ai Lu (14,50€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 21:19

 

Présentation de l’éditeur

Jenny a toujours mené une vie de rêve : des parents aimants, plein d’amis, et l’opportunité de faire tout ce qu’elle veut. Afin d’organiser la fête d’anniversaire la plus éblouissante de l’année pour son amoureux, elle décide d’offrir à ses invités une aventure dont ils se souviendront. Dans le nouveau magasin d’un quartier obscur, l’énigmatique vendeur aux yeux bleus la dirige immédiatement vers « le Jeu », une expérience unique…
Alors qu’elle construit le plateau avec ses camarades, Jenny en comprend, trop tard, les véritables règles. Ils vont devoir franchir une par une les pièces d’une demeure maléfique, affrontant au cours de ce voyage infernal leurs pires cauchemars. S’ils n’y parviennent pas avant l’aube, ils resteront emprisonnés dans la maison pour toujours.
Rester maître du jeu ou perdre la vie…

 

Mon avis

Tout d’abord, je dois dire que je ne suis pas une grande fan de L.J. Smith. Par exemple, je n’accroche pas à « Journal d’un vampire » et, même si j’avais bien aimé « Night World », voilà des années que j’ai commencé la série et que j’en suis toujours au tome un.

 

J’avais quand même envie de lui redonner sa chance et je ne l’ai pas regretté. Dans cette trilogie, elle a débridé son imagination et le résultat m’a... époustouflée.

 

J’ai d’abord lu le premier tome qui m’a filé un sacré "cauchemar" (je peux vous le raconter si vous voulez, j’adore raconter mes rêves bizarres, j’en ai plein en magasin, y a qu’à demander. Il ne s'est pas passé grand chose en fait, et si vous voulez vous pouvez zapper la fin de la parenthèse. Mais je me suis réveillée, j'ai vu de la lumière derrière mes paupières dans l'embrasure de ma porte. Je pensais que c'était quelqu'un qui voulait me tuer, j'avais super peur mais IMPOSSIBLE d'ouvrir les yeux. Du coup, j'ai voulu bouger mais IMPOSSIBLE de remuer ne serait-ce que le petit doigt. Dernier recours, je veux crier mais... attention suspense... IMPOSSIBLE d'ouvrir les lèvres. Pour finir, j'ai pensé à mon cours de yoga et je me suis concentrée sur ma respiration et... j'ai fini par me réveiller - ce qui est logique, sinon vous ne liriez pas cet article, à moins que je ne sois somnambule ou zombie, mais bref. J'ai mis un moment à me rendre compte qu'il s'agissait d'un rêve et pas de la réalité. Et je me suis également rendu compte que ce rêve ressemblait étonamment à une scène de « Un jeu interdit ». J'ai appris par après, quelques pages plus loin, qu'on appellait ça une "hallucination hypnopompique" et c'est ce qui expliquerait que certaines personnes aient l'impression de faire des "rencontres du troisième type"... Je semble m'éloigner de l'histoire mais pas tant que ça en fait *sifflote*) puis j’ai fait une pause parce que j’ai toujours peur de lire plusieurs tomes d'une série à la suite, ça me rend folle (je suppose que vous avez dû revenir avant la parenthèse pour vous rappeler de quoi au juste je parlais et je m'en excuse).

 

Je crois que j’ai bien fait – de faire une pause après le tome un – ce livre aurait vraiment pu me rendre folle, mais je n’ai pas pu résister à lire les deux tomes suivants à la suite à cause du cliffhanger de la fin du deuxième… J’avais peur que l’intrigue ne s’essouffle mais elle se renouvelle à chaque tome.

 

Dans le premier tome, on a droit à un genre de Jumanji quand Jenny achète à un étrange jeune homme un jeu étrange dans un magasin tout aussi étrange. Elle se retrouve piégée à l'intérieur, aux prises avec ses cauchemars et ceux de ses amis. Dans les suivants (ne pas lire la fin du paragraphe pour garder la surprise entière), l'horrible maison de papier a beau avoir disparu (à vous de découvrir comment), le personnage le plus troublant du livre, Julian, a recours à d'autres moyens pour faire de Jenny sa promise.

 

Les personnages sont un peu stéréotypés sur les bords mais je les ai beaucoup aimés, bizarrement, que ça soit Jenny, Tom, Michael, Audrey, Dee, Zach ou Summer. Pourtant, à partir du deuxième tome, honnêtement, ils commencent à se comporter comme des idiots. Je ne sais pas pourquoi, mais je me suis beaucoup attachée à cette bande d’amis ! Ils sont si différents mais si près à s’entraider, je sais, c’est vachement cucul, mais la sauce a pris chez moi.

 

Si je devais reprocher quelque chose à ce livre c’est un manque d’émotion et des descriptions superficielles à la limite du ridicule. Un personnage sur le point de sacrifier est décrit comme « super canon ». Ahem. Bon. On repassera.

 

En fait, je reproche plein de petits trucs à ce livre mais je l’ai vraiment savouré. Il y avait quelque chose dans l’ambiance, dans les frissons qu’il m’a procuré… qui m’ont rendu accro ! Une jolie brique de plus de 600 pages sans temps mort. Je suis prête à relire du L.J. Smith. ;-)

 

Mon ressenti

8,75/10

 

Un jeu interdit, de L.J. Smith,  éditions Michel Lafon (22,80€)

Aussi disponible aux éditions France Loisirs (17,50€).

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 16:51

 

Présentation de l’éditeur

Deux jumelles que tout sépare.
Une disparition mystérieuse.
Un jeu diabolique et dangereux.
Qui pourra en sortir indemne ?

 

Mon avis

Au moment où j’ai acheté ce livre, je n’avais vraiment pas besoin de renflouer ma PAL, mais il y avait cette étiquette jaune qui annonçait que le livre coûtait 11,50€ (9,90€ pour vous amis chanceux pour lesquels la TVA a une valeur inférieure qu’en Belgique) et je me suis dit « peu importe, que la promotion soit temporaire ou non, je ne prends pas de risque ! » Et j’ai kidnappé le livre. (Non, je ne l’ai pas volé, j’ai juste poussé un petit cri et je suis partie précipitamment tellement j’étais contente, mais je l’ai bien acheté, don’t worry.)

 

Je ne comptais pas le lire tout de suite mais, je ne sais pas… En essayant de déterminer quelle serait ma prochaine lecture, c’est celui-ci qui s’est démarqué des autres. Et la barre était haute après « Perfect Chemistry »…

 

A l’aube de ses dix-huit ans, Emma transit de pouvoir se débarrasser de la énième famille d’accueil dans laquelle elle a été placée. Sa vie va être bouleversée quand son frère adoptif va lui la faire passer pour une perverse à l’aide d’une vidéo dans laquelle se fait étrangler dans une clairière sombre… La réplique parfaite d’Emma.

 

Au fil de ses recherches, Emma va découvrir qu’elle a été séparée à la naissance de sa sœur jumelle, Sutton. Les deux jeunes filles vont se donner rendez-vous, mais rien ne va se passe comme prévu…

 

« The Lying Game » est un roman très, très troublant. Dès les premières pages, le ton est donné. L’ambiance est sombre, oppressante - car l’héroïne se retrouve empêtrée dans une histoire qui n’est pas la sienne, dans les ennuis jusqu’au cou - et la narration déroutante. Ne lisez pas la fin de ce paragraphe si vous êtes déjà tenté(e) par ce livre afin de conserver la surprise, mais, si vous doutez encore, j’espère titiller votre curiosité. Prêts ? Bon. La narration est en fait celle d’une fille morte, la jumelle dont Emma a été séparée à la naissance. Elle assiste à tous les faits et gestes d’Emma sans pouvoir se faire remarquer, mais est pourtant bien présente, en tant que fantôme. Elle ne se rappelle plus des circonstances de sa mort et accompagne sa jumelle dans la recherche de la vérité. Je me suis rapidement mise à soupçonner tout le monde, des révélations sautent de chaque chapitre…

 

Un petit mot sur eux justement, ça peut passer pour un détail mais les titres de chapitres m’ont énormément plu. Souvent, on a tendance à faire l’impasse dessus, mais là… Ils sont juste excellents, plein d’humour noir et de points d’interrogation, ils donnent envie de lire le chapitre suivant pour savoir ce qu’il en est. Mon préféré : « C’est forcément vrai, puisque que tu l’as lu sur Facebook ».

 

Si vous cherchez un roman avec l’ambiance d’un lycée américain mais une touche d’originalité, vous allez être servi(e). Je n’avais rien lu de pareil et je recommande chaudement ce livre qui m’a étonnée et fascinée. Un moment de pur plaisir, je meurs d’envie de lire la suite ! Et en plus, l’’épilogue est de la pure torture. Il nous renvoie toutes nos questions à la figure pour mieux nous donner envie de lire le tome suivant…

 

Je ne sais pas encore si ce livre est vraiment un coup de cœur, je penche pour l'affirmative mais je comptais attendre la semaine prochaine, quand je me retrouverai face aux tomes suivants au supermarché pour voir ma réaction face aux tomes suivants. :-) Selon, je rajouterai ou pas un petit après mon ressenti ! Mais, en tout cas, ce roman mérite amplement une note très haute. Et je ne suis pas du tout surprise qu’il ait été adapté en série, c’est tout à fait l’ambiance prenante que le livre véhicule. (Même si le trailer m’a laissée perplexe.)

 

Mon ressenti

9,5/10

 

The Lying Game 1 : Tu es moi, de Sara Shepard,  éditions Fleuve Noir, collection Territoires (9,90€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 16:09

 

Présentation de l’éditeur

Oliver, abandonné par la belle Theodora, doit apprendre à surmonter sa douleur. Mais comment faire pour oublier celle qui l’a marqué jusque dans son sang ?

 

Le poids du destin. Jamais Allegra ne l’a trouvé aussi lourd à porter que le jour où elle est tombée amoureuse d’un sang-rouge au lycée…

 

Theodora et Jack sont enfin réunis à Florence. Ils n’ont que quelques jours pour vivre leur amour. Mais les Venator guettent toujours Jack…

 

Mon avis

Ce recueil de nouvelles était ma première incursion dans l’univers des « Vampires de Manhattan » et il m’a donné envie de découvrir la série en entier !

 

Ce qui m’a tout d’abord charmée, c’est le style d’écriture. Les descriptions posent l’ambiance de la première nouvelle et puis il y a un juste-milieu entre descriptions et dialogues. Ca a été le cas pour toutes et chacune de celle-ci possède un élément déclencheur et une chute. Ce ne sont pas juste des nouvelles pour broder, j’ai conscience qu’elles apportent un plus à l’histoire, alors que je ne la connais pas du tout. :-) Chaque historie est différente de la précédente, je ne me suis ennuyée à aucun moment.

 

Cependant, il est vrai que ma lecture a été un petit peu perturbée par le fait que je ne connaissais ni les personnages ni l’histoire. Je suis obligée d’en tenir compte par rapport à mon ressenti vu que par moment j’étais un peu perdue. Mais j’ai laissé couler ce qui me semblait flou. Et j’ai conscience de m’être spoilée sur l’intrigue, mais je m’en fichais car une fois que j’ai vu le livre dans ma boîte aux lettres, j’étais trop tentée par cette série et depuis si longtemps que je ne pouvais pas ne pas le lire tout de suite. (^-^)

 

J’aurais sûrement encore plus aimé si j’avais connu toute l’histoire, mais je n’ai aucun regret puisque j’ai envie de découvrir l’ensemble de l’histoire et de retrouver les personnages avec lesquels j'ai été ravie de passer la Saint-Valentin ! Je n’hésiterai pas à le relire en temps voulu. Cependant, pour ceux qui sont intéressés par ce recueil, sachez tout de même qu’il s’inscrit entre les tomes 5 et 6 d’une série qui en compte 7. ;-) Je crois que ce livre plaira aux fans de la série étant donné qu’il a plu à une novice incapable de résister à la tentation comme moi !

 

Mon ressenti

7,5/10

 

Bloody Valentine, de Melissa de la Cruz, Le Livre de Poche jeunesse (5,90€)

 

Et voilà comment le livre m’a fait de l’œil, ceci expliquant cela :

 fevrier-2013-003.jpg

Alors, comment résister ? C’est pas la Saint-Valentin toute l’année ! :-) C’est la première fois que j’aime cette fête lol.

Un tout grand merci à l’équipe Black Moon pour cette surprise !

 

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 15:54

 

Présentation de l’éditeur [Traduite par mes soins, merci de créditer en cas d’utilisation]

Quand Brittany Ellis entre en classe de chimie le premier jour de sa dernière année scolaire, elle ne se doute pas que la vie « parfaite » qu’elle s’est soigneusement créée est sur le point de s’effilocher sous ses yeux. Elle est forcée à devenir la partenaire de labo d’Alex Fuentes, membre d’un gang de l’autre côté de la ville, et sur le point de mettre à l’épreuve tout ce pour quoi elle s’est démenée : sa réputation sans tache, sa relation avec son petit ami et le secret que sa vie privée est tout sauf parfaite. Alex est un bad boy et il le sait. Donc, quand ses amis le mettent au défi de séduire Brittany, il n’hésite pas. Mais bientôt, Alex réalise que Brittany est une vraie personne avec de vrais problèmes et, soudainement, le pari qu’il a tenu par arrogance se transforme en quelque chose de beaucoup plus important.

 

Dans une histoire passionnante sur le thème des apparences trompeuses, Simone Elkeles brise les stéréotypes et les barrières qui menaçaient de séparer Brittany et Alex.

 

Présentation de l’éditeur en anglais

When Brittany Ellis walks into chemistry class on the first day of senior year, she has no clue that her carefully created “perfect” life is about to unravel before her eyes. She’s forced to be lab partners with Alex Fuentes, a gang member from the other side of town, and he is about to threaten everything she's worked so hard for—her flawless reputation, her relationship with her boyfriend, and the secret that her home life is anything but perfect. Alex is a bad boy and he knows it. So when he makes a bet with his friends to lure Brittany into his life, he thinks nothing of it. But soon Alex realizes Brittany is a real person with real problems, and suddenly the bet he made in arrogance turns into something much more.

 

In a passionate story about looking beneath the surface, Simone Elkeles breaks through the stereotypes and barriers that threaten to keep Brittany and Alex apart.

 

Mon avis

Il me semblait qu’en lisant j’avais trouvé un bon moyen de commencer ma review mais je l’ai oublié. La fin m’a retourné le cerveau. Soit. Ah, je crois que je me souviens maintenant !

 

C’est la deuxième série de Simone Elkeles que j’entame et, si j’avais apprécié Paradise – particulièrement le deuxième tome – il m’avait manqué un petit quelque chose pour en faire un coup de cœur. Certains passages étaient un peu trop survolés à mon goût.

 

« Perfect chemistry » va plus en profondeur. Les deux personnages principaux sont vraiment intéressants. Je ne m’attendais pas à un jour vraiment accrocher avec une chef des pom-pom girls hyper populaire mais dans ce livre cette superficialité n’est qu’une façade. Quant au membre d’un gang, on pourrait penser qu’il soit si vulgaire et violent qu’on ne parvienne pas à s’y attacher mais – même si il y a des expressions vulgaires et des passages violents tout en restant dans du y-a – lui aussi a une histoire cachée.

 

Brittany et Alex se rapprochent doucement, très doucement. Et le livre en devient addictif. Pour cette tension entre les personnages et aussi pour le style d’écriture et l’alternance des chapitres. On en comprend que mieux les personnages, les milieux radicalement opposés dans lesquels ils vivent. J’étais scotchée à mon livre et tellement frustrée que les choses n’accélèrent pas entre les personnages que j’aimais tant, même si je savais pertinemment que c’était plus crédible et, finalement, une bonne chose. :-) En plus, les autres personnages sont également bien construits, Paco, Isa, Sierra, Shelley et Doug étant mes préférés.

 

On n’échappe parfois pas à la mièvrerie mais ce n’est pas une constante. J’avais des préjugés sur Brittany mais rapidement j’ai aimé ses réactions, sa fragilité en dessous de sa carapace et sa force pour réussir à supporter et cacher certaines choses, tout comme son dévouement pour sa sœur… Quant à Alex, bah c’est Alex. ♥ Non seulement je m’en suis fait une image assez séduisante, mais j’ai adoré son sens de l’honneur et son amour pour sa famille. Les joutes verbales des personnages sont savoureuses, j’ai ri et souri tout au long de ma lecture. Il n’y a pas un jeu du chat et de la souris comme dans « Paradise », plutôt une tension croissante, tout aussi frustrante mais très excitante en même temps, pas agaçante.

 

S’il y a une chose qui m’a perturbée, ce sont peut-être les nombreuses expressions en espagnol, non que j'aie quelque chose contre l'espagnol, mais elles ne sont pas traduites et, par conséquent, je n'y ai souvent rien compris. Mais c’est vraiment minime. Quant à la fin, il y a certaines scènes qui m’ont brisé le cœur…

 

En quelques mots : il n’y pas (trop) de mièvrerie ni de personnages à baffer et a contrario beaucoup d’humour et des personnages ultra-attachants. C’est une romance comme je les aime, torturée, avec un zoom sur les sentiments. J’ai été emportée de la première à la dernière ligne. Cette histoire d’amants contrariés est en quelque sorte un Roméo et Juliette moderne, à la différence qu’ici il n’y a pas de coup de foudre mais une évolution progressive de la relation.

 

Même si cela fait quelques jours que j’ai refermé le livre, j’ai du mal à en sortir complètement, et c’est pour cette raison que je peux affirmer sans hésiter qu’il s’agit d’un gros coup de cœur !

 

Mon ressenti

9,5/10

 

Perfect Chemistry, de Simone Elkeles, Walker & Company (7,45€)

La version française a été publiée aux éditions De La Martinière Jeunesse (14,90€).

 

En bonus... Tadaaaam !

 

http://img545.imageshack.us/img545/1324/perfectchemistry.png

 

Merci à Lothfleur pour ce superbe cadeau que j'ai remporté sur son blog. :) Si vous souhaitez vous aussi vous mettre à la lecture en anglais, je ne peux que vous le conseiller, et vous rediriger vers l'article qu'elle a écrit à ce sujet !

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 21:27

 

Présentation de l’éditeur

A la mort de leur père, Bob, douze ans, et sa soeur Marie-Claire, dix ans, se retrouvent sans famille. Pour échapper à l'orphelinat, ils s'enfuient à New York, où ils espèrent être adoptés par un oncle qu'ils n'ont jamais vu. Les voici bientôt à Manhattan, livrés à eux-mêmes. Commence alors une aventure extraordinaire, pleine de rebondissements et de personnages étonnants, comme seuls les enfants savent en inventer.

Car Bob et Marie-Claire possèdent un pouvoir fabuleux : celui de se faire des amis, même au cœur de la nuit !

 

Mon avis

J’attendais de ce livre qu’il me fasse voyager à New York, comme le laissait sous-entendre la quatrième de couverture. Et, durant les premières pages, j’ai trouvé que l’action mettait du temps à démarrer, je trépignais d’impatience que les enfants entament leur périple. Passé ce moment de flottement, j’ai été to-ta-le-ment embarquée.

 

Cela ne me dérange pas que le narrateur d’un livre soit un enfant mais, parfois, ça rend le livre beaucoup trop naïf et ça finit par me lasser. Dans « Pour toi je décrocherai la lune », non seulement le narrateur, mais aussi les autres personnages sont tout simplement brillants ! Je crois que c’est un des livres que j’ai lus où les personnages sont les mieux construits.

 

Comment ne pas commencer par parler du Rat ? Marie-Claire, de son vrai nom, la petite sœur rêvée, et pas parce qu’elle est toute gentille et adorable – même si elle l’est, en fait – mais parce qu’elle est « la gamine la plus géniale de tout le Canada » (c’est son frère qui le dit et je suis d’accord). Intelligente, compréhensive, haute en couleur ; si elle vous offre son amitié, il faut tout faire pour ne pas la gâcher. Pêle-mêle : elle est accro au moka, rêve de devenir actrice à Broadway, remplace toutes les grossièretés qu’elle dit par « bip », traque les pédophiles, fait des rêves prémonitoires, raconte des légendes de son cru… Elle est mature avec une âme de petite fille.

 

Mais si c’est elle la vraie vedette du livre, c’est son frère Bob qui nous raconte l’histoire. Il est plus effacé mais surtout très courageux et protecteur vis-à-vis de sa sœur. Qu’il soit le narrateur du livre est une très bonne chose. Ses réactions sont plus terre à terre, et son regard sur sa sœur est très intéressant, de même que le contraste entre leurs deux personnalités.

 

Je me suis énormément attachée à ce duo, comme ça m’arrive rarement dans les livres. J’ai souvent un personnage chouchou mais là, ils sont vraiment atypiques. Et en plus, il n’y a pas qu’eux, je préfère vous laisser découvrir les rencontres du Rat et de Bob au fil du livre, mais je peux vous assurer que les autres protagonistes ne sont pas en reste !

 

Marie-Claire et Bob sont seuls à New York City en quête de leur oncle et, comme ils viennent du Canada, on découvre la ville à travers leurs yeux. C’est un réel délice ! J’ai savouré toutes les descriptions, précises sans être lourdes, exprimées du point de vue d’un enfant qui découvre New York pour la première fois.

 

Au fil du récit, les obstacles se semant sur la route des enfants, certains passages m’ont noué le ventre. J’avais l’impression de vivre leur aventure avec eux (j’ai même cru qu’un bruit à côté de moi « venait » de mon livre tant j’étais plongée dedans, je ne voyais plus les mots mais les images qui se formaient dans ma tête…).

 

Bob et le Rat sont tellement débrouillards et, par moment, tout se passe si bien que tout paraît très irréaliste ; c’est vrai qu’il s’agit d’une aventure complètement folle. Mais il y a des obstacles au tournant pour rappeler ce qu’est la vraie vie et les personnages agissent de manière crédible. Ce livre n’est pas triste, je dirais plutôt mélancolique. La fin n’est pas tellement précise, j’aime m’en faire ma propre idée. En quelques mots, « Pour toi je décrocherai la lune » est un roman vraiment dépaysant et déroutant ; écrit sur un ton tendre ; abracadabrant par moment mais profondément humain. J’ai adoré.

 

Mon ressenti

9/10

 

Pour toi je décrocherai la lune, de Gregory Hughes, éditions Seuil (13,90€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 21:20

 

Présentation de l’éditeur

Vallée du Nil, il y a plus de 2000 ans. Afin de retrouver son oncle disparu, le jeune Djar embarque pour la grande ville de Thèbes. Avec pour seul bagage son astuce et ses tours de magie, le garçon mène l'enquête. Mais le complot qu'il met au jour menace aussi le pouvoir de Pharaon !

 

Mon avis

Quand son oncle disparaît, Djar, un jeune égyptien se jure de le retrouver. De fil en aiguille, et aidé de ses talents de magicien, il se retrouve au service du Pharaon Antef II.

 

C’est là que, alors que je m’attendais à ce qu’il règle le problème de son oncle et à ce que le livre se termine, que l’histoire prend une autre dimension…

 

Djar aide le Pharaon à déjouer les pièges qui se dressent en travers de son chemin. Les talents du jeune homme pour la prestidigitation sont le plus non négligeable de ce roman mêlant Egypte antique et magie.

 

J’ai apprécié le voyage au temps des Pharaons tout comme m’essayer (sans succès ^^) aux devinettes de Djar. Il y a une histoire d’amour en plus, mais elle ne prend pas beaucoup de place.

 

Quant aux dessins de Jérémie Fleury, en début de chapitres, ils sont un régal pour les yeux ! Dommage qu’il n’y en ait pas davantage au gré des pages… (Et, ah oui, il y en avait un qui était un spoiler sur ce qui allait se passer dans la suite du chapitre lol.)

 

Si votre enfant/petit frère ou petite sœur, etc. est intéressé par l’Egypte antique, ce livre devrait lui faire passer un agréable moment de lecture. J’ai apprécié la note informative de la fin qui remet les choses au clair entre réalité et fiction, même si ce n’est pas le but premier du livre.

 

Mon ressenti

3,5/5

 

Le magicien du Pharaon, d’Alain Grousset, éditions Nathan (5€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 16:00

 

Présentation de l’éditeur

À Pelimbourg, au bord de l’océan, le pouvoir est détenu par ceux qui maîtrisent la magie, les Lamias. Les autres, les Hobs, doivent se contenter des bas-fonds. Quand Ilven, sa meilleure amie, se jette du haut d’une falaise pour échapper à un mariage arrangé, Felicita, elle aussi promise à un homme qu’elle n’aime pas, renonce à ses privilèges et quitte sa prison dorée en faisant croire à sa mort. La voici seule dans la vieille ville, parmi les Hobs, obligée de cacher son identité.

 

Mais suffit-il de quitter sa famille, de rejeter les siens pour être une personne neuve ? Peut-on effacer en quelques jours les habitudes et les sentiments appris pendant l'enfance ? Le vent de la révolte souffle sur la ville. Malédictions, manipulations, désir, sacrifices, trahisons… C'est au cœur de la tourmente que Félicia devra trouver sa voie. Elle qui n'est plus tout à fait Lammer, et ne sera jamais tout à fait Hob…

 

Mon avis

Si vous me demandiez de comparer ce livre à un autre, vous me poseriez une colle. Je préfère tenter de vous décrire au mieux son ambiance.

 

Imaginez : un village sur la côte, un peu moyenâgeux, comme dans les livres de fantasy habituels. Avec, dans ses ruelles pavées, des nobles (les Lamias superior), des villageois (les Lamas inferior et des Hobs) et des hybrides, entre les deux : des vampires. Les charrettes sont tirées par des licornes, les animaux de compagnie sont des chiens-dragons. La drogue est de l’empoisonnencre ou du scriv, donneur de pouvoirs magiques.

 

L’atmosphère est parfois aussi oppressante que le destin qui attend la jeune Felicita : un mariage forcé. C’est pourquoi elle prend la fuite, elle qui a toujours vécu dans le luxe, pour finalement atterrir dans un squat avec des Hobs.

 

L’atmosphère est sombre, aussi, à cause la Mort Rouge planant au-dessus de la ville de Pélimbourg ; ce fléau de misère pour les habitants et la pêche. Toutes les superstitions peut-être pas si tordues que ça des habitants alimentent ce climat de peur.

 

Autour des personnages, c’est le mystère qui rôde… surtout autour de Dash ! Après avoir été admirative de l’audace de Felicita, je me suis trouvée fascinée par ce personnage. J’ai moi-même un peu de mal à le comprendre, mais il m’a touchée. Mais ce fut le cas pour tous les personnages en général : Lilya, Nala, Verrel, Esta, Jannik…

 

Ce qui m'a énormément plu dans ce livre, c'est qu'il surprend et sort des sentiers battus. Ce livre est prenant, envoûtant, et j’ai du mal à mettre le doigt sur ce qui fait qu’il m’ait autant plu. Je crois que j’aime tout simplement quand les auteurs prennent des risques, peut-être que, sur ce point, je pourrais le comparer à "La forêt des damnés" mais pas tout à fait. Il n'y a ici que des ébauches d'histoires d'amour, une esquisse de triangleamoureux ; les liens sont flous, les obstacles partout. Aucun protagoniste n'est tout blanc ou tout noir. En plus, l'auteur réussit à parler de thèmes comme l'homosexualité, mais aussi comme la drogue et l'alcool, avec beaucoup de pudeur et en respectant son univers fantastique.

 

Certains passages tirent un peu vers le glauque mais sans franchir la limite. Je pense que ce livre ne doit pas être mis entre de trop jeunes mains (l’éditeur le conseille à juste titre à partir de 14 ans), ce sont certains concepts, liés à la drogue et aux pratiques des vampires qui me font dire ça. Mais je tiens à préciser qu’il n’y a rien de cru ni de vulgaire et, pour tout vous dire, je n’ai pas été mal à l’aise comme ça a déjà pu m'arriver avec certains livres.

 

Un petit mot sur la couverture : je la trouve quasi-parfaite. L’ambiance du livre est totalement retranscrite : la ville, l’héroïne, le monde sous-marin… Il aurait peut-être fallu un peu plus de rouge pour parfaire le tout !

 

C’est l’idée de la jeune fille qui fuit son destin pour en rester maître qui m’intriguait, et je ressors conquise par ce monde violent mais tellement bien pensé. Pour mieux l’apprécier, il ne faut pas s’attendre à une romance entre adolescents ou une histoire gentillette. Si les points que j'ai soulevés ci-dessus titillent votre curiosité, je ne peux que vous conseiller de vous lancer ! Il s’agit d’un one-shot en plus, pas de série à rallonge, n’est-ce pas rafraîchissant ? :-)

 

Mon ressenti

9/10

 

Rouge est l’océan, de Cat Hellisen, éditions de La Martinière Jeunesse (14,90€)

 

Le livre sortira le 14 février.

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 15:50

Quantic Love

 

Présentation de l’éditeur

L'été de ses 18 ans, Laïla part travailler comme serveuse au Centre Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN) à Genève. La jeune Sévillane hésite entre des études de maths ou de physique et va donc tester sa vocation en se frottant au monde étrange des scientifiques de pointe. Et, pourquoi pas, nouer des amitiés ou trouver l'amour ? Car le CERN que Laïla découvre a tout d'une auberge espagnole ! Les rencontres les plus diverses et improbables y sont garanties. Il y a d'abord Angie, sa colocataire, une étudiante anglaise aussi jolie que délurée, en plus d'être une excellente scientifique. Il y aussi Alessandro, jeune journaliste suisse-italien et charmeur professionnel qui la drague dès son premier jour de travail. Et surtout il y a Brian, un brillant scientifique américain qui la fascine. Une chose est sûre : la Laïla qui a quitté l'Espagne pour la Suisse ne sera plus jamais la même.

 

Mon avis

J’ai lu une présentation de l’éditeur qui comparaît ce livre à « Dis-moi que tu m’aimes » et « La probabilité statistique de l’amour au premier regard »… Deux livres que j’avais adoré ! Et j’y ai effectivement reconnu un peu de chacun de ces livres ! L’héroïne espagnole et le dilemme amoureux du premier, mais sans toute la complexité des relations entre de nombreux personnages. Le côté mignon et touchant du deuxième, même si ici les personnages m’ont paru plus matures.

 

Et ce livre a un petit quelque chose qui fait beaucoup : il parle de la physique.

 

Je vous vois déjà froncer les sourcils, en vous demandant ce qu’il pourrait bien d’avoir de particulièrement attrayant là-dedans. Et bien, je déteste le cours de physique, mais j’ai aimé avoir un bout d’explication sur certains concepts de cette matière. Je n’ai pas tout compris (on ne se refait pas) mais suffisamment pour avoir l’impression de ne pas être un cas si désespéré que ça finalement et, surtout, pour me plonger dans l’ambiance du CERN.

 

En débarquant dans ce centre de recherche scientifique en tant que serveuse, Laïla se sent déphasée. Chaque conversation lui échappe, elle est maladroite, sensible, mais pas à l’excès. C’est une fille normale, pas une guerrière mais pas une nunuche à s’arracher les cheveux.

 

Autour d’elle gravitent un tas de personnages secondaires hauts en couleur. Ils ne sont pas trop nombreux mais assez pour se retrouver dans l’ambiance de la résidence, avec tous ses Summer Students. Bien entendu, certains se démarquent. Angie, notamment, la coloc’ déjantée mais terriblement attachante, Alessio, le journaliste beau-gosse, et Brian le timide scientifique…

 

J’ai été rapidement immergée dans l’ambiance. Pour moi, livre d’été rimait avec soleil et cocotiers (ou presque, en tout cas). Mais maintenant, je sais que je peux passer l’été avec des personnages dans un endroit parfois pluvieux comme Genève tout en ayant l’impression d’être en vacances dans la réalité également !

 

Quand j’y repense, il ne se passe pas énormément de choses, mais le livre ne s’appesantit pas sur des détails et ses personnages sont suffisamment attachants pour que cela lui suffise amplement. J’ai tout simplement adoré, du début à la fin.

 

Un livre à lire pour son ambiance. Détente assurée. Pour une fois que la physique ne m’aura pas donné mal à la tête, vous pouvez me croire ! ;-)

 

Mon ressenti

9/10

 

Quantic Love, de Sonia Fernández-Vidal, éditions Hachette Jeunesse,collection Bloom (14,50€)

 

PS : en bonus, la chanson officielle du livre. Trop mignonne !

 

 

 


 
Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 15:41

 

Présentation de l’éditeur

La suite tant attendue de Paradise ! Prix du meilleur roman pour jeunes adultes du Romantic Times en 2010.

 

Depuis que Caleb a quitté Paradise, huit mois ont passé. Maggie a mûri ; elle pense avoir tourné la page de leur histoire d'amour et a repris sa vie en mains. Mais quand le jeune homme réapparaît lors d'un camp d'été, soudain, ses certitudes vacillent et les émotions affluent. Se peut-il, malgré tout, qu'elle aime encore Caleb ? Et d'un amour plus riche, plus profond, plus complexe...

 

Le temps de la vérité est venu et avec lui, peut-être, celui du véritable amour.

 

Mon avis

Dur dur de sortir de passer directement à autre chose en terminant ce roman… Je suis si triste d’avoir quitté Maggie et Caleb !

 

Ce deuxième tome m’a davantage touchée que le précédent. Je trouvais que le premier n’allait pas toujours au fond des choses, j’avais l’impression que certains passages étaient survolés et c’était dommage compte tenu du fait que j’adorais l’histoire et les personnages.

 

Avec « Retour à Paradise » j’ai été servie : les émotions sont au rendez-vous et les réactions des personnages deviennent encore plus complexes. Caleb et Maggie sont à la merci de leurs démons intérieurs qui leur empêchent de vivre leur amour.

 

La première partie du livre concerne le programme RESTART que Caleb suit pour se tirer d’un mauvais pas et Maggie pour tirer un trait définitif sur son passé. Il consiste à raconter à d'autres jeunes du Middle West les conséquences de l'imprudence au volant, en sillonant les routes pendant 1 mois. Maggie et Caleb sont accompagnés de Matt, Lenny, Erin et Trish, des personnages portant eux aussi un lourd passé sur les épaules.

 

Mais les deux adolescents ne savaient pas qu’ils allaient participer ensemble à ce programme… Maggie en veut à Caleb de ne pas lui avoir donné de nouvelles pendant 8 mois mais est toujours attirée par lui… Caleb est attiré par Maggie mais ne cesse de se rapprocher d’elle pour mieux la quitter aussitôt, prisonnier d'un lourd secret.

 

Ils sont tous deux convaincus que leur histoire d’amour est vouée à l’échec : personne ne comprend leur relation entre « bourreau et victime » et, surtout, il y a ce mensonge qui plane entre et autour d’eux.

 

Il y a de nombreux rebondissements et, par moment, j’avais un peu l’impression de suivre un feuilleton télévisé à l'eau de rose, à la différence qu’il y avait toujours ces personnages que j’aimais tant et, surtout, que les thèmes abordés sont des thèmes chers aux adolescents, en ce qui concerne leurs relations amoureuses et familiales.

 

Je voulais à tout prix connaître le fin mot de l’histoire et, même si j’essayais de ralentir la cadence pour faire durer le plaisir, les pages filaient vite, trop vite...

 

Cette série, et ce deuxième tome en particulier, m'a beaucoup touchée. L’épilogue est un peu fleur bleue, mais l’ensemble m’a fait fondre. Les personnages, le lien qui les lie, leurs sentiments… Tout est réuni pour toucher et faire vibrer les lecteurs dans un tourbillon d’émotions. Je vous la conseille absolument ! Et il va sérieusement falloir que je me mettre à « Irrésistible alchimie » du même auteur...

 

Mon ressenti

9/10

 

Paradise, tome 2 : Retour à Paradise, de Simone Elkeles, éditions De La Martinière Jeunesse (13,90€)

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur