Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 18:47

 

Présentation de l'éditeur

Après des mois de conflits, les parents de Bine ont décidé de divorcer. Ils l'envoient vivre contre son gré chez ses grands-parents. Pour mettre un peu de joie dans sa vie, il concocte un plan génial avec Maxim afin de passer une nuit à l'école et faire disparaître le satané recueil de dictées de madame Béliveau. Pour y arriver, ils doivent inclure dans l'équation la personne qui a le plus chances de faire foirer le plan...

 

Mon avis sur le tome 1

 

Mon avis

Si on prête attention à cette couverture, on peut voir :

 

1) Une école

2) Du papier toilette

3) Une personne ayant une chaise autour du cou

4) Un bocal de cornichons

5) Benoit-Oliver

 

Et on est en droit de se demander : comment tout cela peut-il se retrouver sans une seule histoire ???

 

Et bien, je vous assure que ce n'est pas de la publicité mensongère.

 

Si vous voulez, je peux tout simplement vous inviter à jeter un œil à la (géniale)

quatrième de couverture du livre...

 

c-8056.JPG

 

... et vous laisser avoir super envie de l'acheter sans même que j'intervienne (pour, notamment, découvrir le nombre de Jelly Beans contenus dans le bocal) (moi je le sais, na !).

 

Sinon, je peux vous en dire un peu plus. Dans ce deuxième tome, Daniel Brouillette réalise le fantasme de nombreux enfants (en tout cas un des miens) : passer une nuit (clandestinement bien sûr, sinon c'est pas drôle), dans son école. C'est ce que vont tenter de faire Maxim, Bine et (malheureusement) Tristan.

 

Un peu de sérieux cependant, avec l'annonce du divorce des parents de Bine et le déménagement de celui-ci chez ses grands-parents. Entre le divorce, l'institutrice peau de vache, les défis entre copains et les aventures folles de Bine et Maxim, l'histoire de Benoit-Olivier est effectivement "incroyable"... tout en étant bien ancrée dans la réalité des enfants ! Et, surtout, on rit énormément, quel que que soit son âge. J'ai personnellement trouvé ce tome encore meilleur que le précédent, pourvu que ça continue comme ça. :-)

 

Mon ressenti

9/10

 

L'incroyable histoire de Benoit-Olivier, tome 2 : Bienvenue dans la chnoute, de Daniel Brouillette, Kennes éditions (14,20€)

 

Cliquez ici pour lire une chouette interview de l'auteur et en savoir plus sur la série ! 

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 16:16

 

Présentation de l'éditeur

"Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n'y aura qu'un seul vainqueur". Carp, une petite ville minable de l'Etat de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à "Panic", une succession d'épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L'enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heather entre dans la compétition par dépit amoureux, Elle pourrait, si elle gagne, quitter le mobile-home sordide où elle vit avec une mère paumée et droguée, et emmener avec elle sa sœur, Lily. Dodge, lui, a une autre raison de participer au Jeu de la Peur : venger sa sœur, qui a fini dans un fauteuil roulant, après une épreuve d'une précédente session de Panic. Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.

 

Mon avis

Lauren Oliver est une auteur que j'ai peu lu, mais du peu que j'ai eu l'occasion de découvrir, elle est spécialiste en histoires prenantes, pleines d'émotion et collant aux personnalités et préoccupations des jeunes d'aujourd'hui.

 

Son dernier roman, Panic, est très spécial. D'une part, son univers est étrange, puisque que son action se déroule de nos jours mais qu'on a l'impression d'être totalement dépaysé. Carp est un bled (imaginaire) de l'état de New York où Heather se sent prisonnière. Elle rêve de quitter le camping où elle vit avec sa petite sœur et sa mère droguée et alcoolique. Elle rêve de s'enfuir et de sauver sa sœur par la même occasion. Mais pour cela, elle a besoin d'argent.

 

Dodge a lui aussi une sœur, privée de l'usage de ses jambes depuis un accident dû au jeu Panic. Et il est bien décidé à la venger...

 

Étonnement, les deux personnages principaux ne forment pas un couple. Un point de vue qui change ! Il y a pourtant de la place pour un peu de romance, mais le cadre de l'histoire fait qu'elles s'en retrouvent fortement compromises, le roman n'est donc pas fleur bleue pour un sou.

 

Ce qui prend toute la place c'est ce jeu, Panic, un jeu dangereux et incontrôlable. Il m'a évoqué par certains aspects le roman Addict, sauf qu'ici, aspect non négligeable, on peut comprendre les motivations des personnages à se mettre en danger. Cela les rend attachant, Heather notamment a réussi à me toucher sans jamais m'inspirer de pitié.

 

La construction du livre semble assez linéaire, certains rebondissement sont devinables des dizaines de pages à l'avance (et je suis gentille) mais d'autres laissent sur les fesses. C'est ce que j'en retiendrai, ainsi que l'ambiance originale dégagée par ce roman.

 

J'aurais peut-être aimé plus de descriptions des personnages et des lieux, pas toujours faciles à situer d'autant que le livre nous laisse avec une sensation d'irréel, la fin étant un peu trop abrupte. C'est le petit bémol selon moi. Mais Lauren Oliver a bien exploité une bonne idée, nous offrant un thriller pour ado bien mené qui fait passer un agréable moment. Pas sûre de la morale toutefois, mais en faut-il toujours une... ?

 

Mon ressenti

7,75/10

 

Panic, de Lauren Olivier, éditions Hachette, collection Black Moon (18€)

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 21:29

J'ai d'abord craqué pour les illustrations (non, ce ne sont pas des images de synthèse, regardez plus près et admirez la finesse des détails !) mais l'histoire a achevé de me charmer. Il y a un délicieux non sens. Pourquoi Splat adore-t-il les pingouins ? Mystère, mais son histoire charme avec une délicieuse touche d'humour anglais. Coup de ♥.

 

Splat et la sortie de classe, Rob Scotton Nathan (13,90€)

 

 

 

 

 

 

Des illustrations minimalistes qui rappellent un peu Quentin Blake, un méchant entre Voldemort et Grou (Moi moche et méchant), une histoire délurée qui donne un beau rôle aux livres et à la fiction... maiis aussi une histoire de Noël ! Un livre étonnant, à la construction mi-BD mi-roman, j'ai beaucoup aimé et je pense que les plans machiavéliques du docteur Morceau en feront frissonner de plaisir plus d'un.

 

Antonin contre le docteur Morceau, Arnaud Alméras et Jacques Azam, Nathan (9,90€)

 

 

 

 

 

 

 

Un album thématique bien écrit, rien de bien original mais les enfants qui commencent le vélo avec appréhension apprécieront (et leurs parents aussi, sans doute). #Noteàmoi-même : LULU-Grenadine et non pas LILY...

 

Lulu-Grenadine fait du vélo, Laurence Gillot et Lucie Durbiano, éditions Nathan (5,95€)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette série (avec Rose-Lou) est une bonne idée pour les jeunes lecteurs qui préfèrent la TV à un livre. Inspiré d'un dessin animé, ce qui se ressent fortement avec les  vignettes façon BD et la subdivision en chapitres comme autant d'épisodes, ce livre retient l'attention des jeunes lecteurs. Il y a beaucoup d'humour, j'ai passé l'âge des dessins animé (quoiqueais j'ai ri à plusieurs reprises. Cet album est centré sur le thème de la famille en général en fait d'une manière tendre et drôle.

 

Raymond : Ah, les parents !, de Romain Gadiou et Sébastien Tiquet

 

 

 

 

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 21:22

 

Présentation de l'éditeur

Un livre en phase avec les besoins des adolescents !

L'originalité et l'intérêt de ce livre sur les relations au sens large (amour, amitié, sexualité…) est d'aborder le thème sous l'angle relationnel.

Une forme de dico (50 entrées présentées par ordre alphabétique), mais sans définitions académiques : chaque notion est traitée par deux ou trois récits brefs ancrés dans la vie quotidienne des jeunes adolescents.

 

 

Mon avis

Il n'y a pas si longtemps, je vous parlais des dicos en tout genre à destination des jeunes. Voici un nouvel arrivé, qui présente une particularité : non, il ne s'agit pas d'entrées de dictionnaire, mais de témoignages de personnages fictifs sur les sujets chers aux ados : amitié, amour, intimité, parents, etc.

 

Un point de vue intéressant, car on sent que l'auteur (psychologue clinicienne) a eu affaire à de nombreux jeunes et qu'elle s'est inspirée d'expériences réelles pour créer des histoires fictives et réalistes (si elle n'avait pas précisé qu'il s'agit de personnages, on pourrait y croire !). Les photos et illustrations de Stéphane Nicolet sont pleines de couleurs, attractives et humoristiques, ce qui rend la lecture agréable.

 

Je pensais d'ailleurs lire le livre d'une traite, comme un roman, que les témoignages rendraient cela plus facile qu'avec un dico "normal", mais non. J'y ai plutôt pioché quelques mots par-ci, par-là, jusqu'à avoir tout lu. Pas sûre que les jeunes trouvent dans ce livre toutes les réponses à leurs questions, mais ce livre propose des pistes sérieuses et constitue un complément intéressant à un autre livre du genre, plus "thématique". Les deux approches ont du positif et sont complémentaires ! Mais je n'avais jamais vu un dico comme celui-ci.

 

Amour et amitié, le dico, de Virginie Dumont, éditions Nathan (15,90€)

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 21:06

Trois (ou quatre) amies de Laurence Schaack (Nathan éditions)

 

Présentation de l'éditeur

Sol, Mar et Sand, bien que très différentes, sont amies depuis toujours. Elles vivent à des kilomètres les unes des autres et ne se voient que l'été à Cherbourg. Toute l'année, elles restent ''connectées'' grâce à une page privée qu'elles se sont créé sur un réseau social, où elle partagent leurs coups de cœurs, déboires, rêves et tranches d'ennui quotidien. Mais cette année, avec l'arrivée d'une nouvelle venue, la timide Ange, quelque chose a changé... Les amies ne se comprennent plus et leur tendre complicité fait place à des tensions. Il se pourrait que les retrouvailles de l'été suivant soient compromises...

 

Mon avis

L'amitié est un thème qui se décline à l'infini en littérature jeunesse : disputes, amitié fille-garçons, changement d'école, etc. etc. etc. On a l'embarras du choix. Et pourquoi ? Parce qu'il s'agit d'une préoccupation universelle.

 

Trois (ou quatre) amies évoque plusieurs de ces sujets. Rien qu'en voyant le titre on comprend qu'il y aura anguille sous roche quelque part pour les protagonistes. Mais ce qui ressort surtout au cours des premières pages, c'est la volonté des auteurs de traiter de l'amitié à distance. L'amitié par mail, sur les réseaux sociaux, en ne se voyant que quelques jours sur l'année, ça paraît impossible pour beaucoup. Les échanges s'espaceront, on finira par se perdre de vue. Et pourtant... ! Je peux vous assurer que c'est possible (spéciale dédicace à Manon) et le fait que je me sois retrouvée dans la situation de Sol, Sand et Mar a sans doute joué dans mon appréciation du livre, il est vrai.

 

Mais ce roman jeunesse est autre chose pour moi qu'un bon choix de sujet. Autre point très positif : le style. Bon, je dois dire que j'ai tiqué parce que 3 filles de 14 ans ayant un vocabulaire moderne, certes, mais aussi étendu (et un degré de maturité aussi élevé), c'est un peu  louche. Mais pourquoi pas ? Et, surtout, ça fait du livre un vrai plaisir de lecture avec des piques pleines d'humour.

 

 

 

« SOL : C'est pas Mar qu'est bizarre, c'est ton mec qui est bizarre ! C'est sûr que c'est pas un demeuré ?  Un genre de taré mutique qui se prend pour la réincarnation de Kurt Cobain ?

 

MAR : Ou pire. Un psychopathe ?

 

SAND : D'abord, c'est pas un psychopathe, je l'ai pas rencontré par Internet mais par petites annonces. Les psycho procèdent jamais par petites annonces.

 

SOL : Ah bon ????????? Et pourquoi ça ?

 

SAND : Parce que ça laisse des empreintes digitales (et arrête avec tes ????????????, steuplaît). » (pp 48-49)

 

~

 

« Sol n'explique rien, elle reste juste coincée sur son horloge de monomaniaque : pas avant 18 ans. "Et si le garçon est beau, intelligent et fou amoureux ?" "Surtout si le garçon est beau, etc.", répond l'impératrice Sol, en agitant sa douzaine de bracelets comme si c'était tous ses ex en train de soupirer et de s'affoler autour d'elle. » (pp 44-45)

 

 

 

Sol, Sand et Mar se partageant la narration, on s'emmêle un peu les pinceaux au début, chacune ayant un style tellement particulier qu'au final c'est juste un style particulier avec quelques subtiles déclinaisons. Mais Sol est la plus excentrique, Sand la plus susceptible et Mar la plus fofolle, avec toutes ces inversions de mots, et peu à peu on se familiarise avec elles.

 

C'est le genre de livre dont je raffolais étant plus jeune et je considère que dans le genre, il vaut la peine que l'on s'y intéresse. Ce genre de livres est rarement décliné en trilogie, mais les auteurs réussissant à aborder des thèmes graves, d'autres moins, sans jamais faire dans le pathos, je pense que ça peut donner une très chouette série à suivre.

 

Mon ressenti

8,5/10

 

Trois (ou quatre) amies, de Laurence Schaack et Françoise de Guibert, éditions Nathan (14,90€)

 

Le livre sortira le 19 juin.

(Je serai en vacances ! J'aurai vu Nos étoiles contraires !)

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 20:13

 

Présentation de l'éditeur

Annabelle, 13 ans, porte un lourd secret dont elle n'ose parler à personne. Lors d'une soirée, elle s'est faite violer par le petit ami de sa meilleure amie Sophie. Cette dernière a surpris la scène et s'est méprise sur la situation. Annabelle, choquée, n'a pas eu le temps de s'expliquer. À cause de ce terrible malentendu, Annabelle a perdu ses amis et tout le lycée lui tourne le dos. Elle vit renfermée, essaye d'oublier et de supporter les attaques de Sophie.
Même sa famille apparemment "parfaite" ne lui apporte guère de soutien. Alors elle finit par craquer. C'est à ce moment qu'elle rencontre Phil, un jeune musicien, qui doucement saura déchiffrer son cœur comme on déchiffre une partition de musique.

 

Mon avis

Dès le début du roman, on sent qu'Annabelle cache un secret lourd à porter. On le soupçonne et, peu à peu, des indices nous le confirment au travers de flashbacks. Annabelle est une jeune fille discrète, effacée, on la soupçonnerait réservée, voire timide si on ne savait l'influence qu'a eu un événement sur sa personnalité. Avant, elle était une fille "qui a tout" pour reprendre l'expression d'une des pubs dans lesquelles elle a joué. Mais ça, c'était avant. (Je suis désolée, vraiment ! Je n'ai pas pu m'en empêcher.)

 

Phil est un jeune homme passionné de musique, très mystérieux et traînant derrière lui une réputation de "dur".  Il est très honnête, son personnage est très en contraste et un peu trop bien pour être vrai.

 

Quand ces deux-là se rencontrent, leurs personnalités vont se heurter. Mais peu à peu, of course ils s'apprivoisent.

 

Il s'agit du troisième roman de l'auteur que je lis et je peux leur reprocher une construction analogue : le même genre d'histoire et, surtout une héroïne, qui semble calquée sur le même schéma que celles des romans précédents. J'aime beaucoup ces romans et les personnages de Sarah Dessen sont touchants, mais pas vraiment marquants une fois le livre refermé. Un peu trop lisses peut-être, même les bad boys ont bon caractère. Dans ce cas-ci, je dois tout de même dire qu' Annabelle a un vécu particulier et sa personnalité une dimension plus psychologique.

 

Ce roman aborde des thèmes difficiles que je ne peux citer sans spoiler. D'ailleurs, ce livre m'en a rappelé un autre mais, une fois encore, citer = spoiler. J'aime la manière qu'a Sarah Dessen de se poser en observatrice des jeunes, ce qu'elle fait très bien. La place de la famille est ici en plus centrale. Dans ce roman, j'ai aimé comment, mine de rien, elle glisse de petits entendus sur la construction familiale typique, la place du père dans la famille d'Annabelle, l'utopie des familles parfaites, sans porter de jugement pour autant. Et puis, il y a des petites choses par-ci par-là qui rendent le roman plus intéressant qu'une simple lecture détente ; de belles métaphores et des hasards qui soutiennent de belles idées... Parfois c'est un peu trop beau pour être vrai, et parfois c'est vraiment tragique. C'est là le paradoxe des romans de Sarah Dessen.

 

Quelques rebondissements perdront peut-être le lecteur en cours de route, rendant ce roman un peu fleur bleue. Bien sûr, nous ne sommes pas face à l'idée du siècle. Mais j'aime les métaphores de l'auteur et sa manière de conter les histoires, même les passages les plus délicats... 

 

Et ce fut sympathique de retrouver (je pense, j'ai lu le livre il y a longtemps) des personnages de Cette chanson-là, que j'avais beaucoup apprécié. (Je pensais d'ailleurs au départ que Ecoute-là en était la suite.)

 

Sarah Dessen a un univers cohérent, il y a une continuité dans ces livres. J'ai peur que ça devienne lassant à la fin mais pour le moment je considère plutôt les livres de Sarah Dessen comme des "valeurs-sûres" parmi les livres young adult.

 

Note : pourquoi la traductrice s'entête-t-elle à systématiquement changer franciser les noms ? Et encore, en quoi Phil est-il beaucoup plus français qu'Owen ?

 

Mon ressenti

8/10

 

Ecoute-là, de Sarah Dessen, éditions Pocket Jeunesse (7,70€)

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 20:11

 

Présentation de l'éditeur [ATTENTION, SPOILERS SUR LE PREMIER TOME.]

Cate a dû quitter son fiancé, Finn, et rejoindre l’ordre des Sœurs, qui sont en fait sorcières, à New London, pour protéger ses cadettes, Maura et Tess. Mais elle se fait difficilement à sa nouvelle vie au couvent où chacune des Sœurs attend d’elle des prouesses. Surtout que la doyenne de l’ordre, Cora, est mourante et qu'il faudra bientôt la remplacer : si Cate est bien la sorcière de la prophétie, cette charge doit lui revenir… Cependant l’ordre est divisé. Alors que les persécutions des femmes suspectées de sorcellerie se multiplient, certaines sorcières ne supportent plus de rester inactives. Au diable, la prudence de Sœur Cora ! Il faut agir, quitte à déclencher une guerre contre les Frères ! Cate oscille : qui suivre ? Celles qui préconisent la patience ou celles qui ont soif de vengeance ?

 

Mon avis

Il ne m'a pas fallu longtemps pour me replonger dans l'ambiance atypique de cette série. Rappelez-vous, "Sœurs Sorcières" nous décrit un univers imaginaire s'appuyant sur un fond historique réel. Nous sommes en Nouvelle-Angleterre mais le village des trois sœurs n'existe pas. L'ambiance du XIXème quant à elle est décrite en long, en large, mais surtout de telle façon que le lecteur y est immergé.

 

Il ne faut pas plus de temps pour se remémorer l'intrigue. Revoici cette terrible prophétie... A la fin du premier tome, Cate avait dû quitter ses sœurs et son fiancé Finn pour rejoindre l'Ordre. Mais la jeune fille a beaucoup de mal à s'adapter à cette nouvelle vie. De plus, elle est scandalisée par les nouvelles lois édictées par les Frères, mais aussi par le sort des détenues de Harwood, un horrible asile psychiatrique abritant de nombreuses sorcières entre ses murs, dont la marraine de Cate.

 

Comme dans le premier tome, il n'y a pas que la sorcellerie qui est évoquée. Le livre aborde beaucoup la question de la place des femmes dans la société. Il a peut-être un côté féministe mais je trouve le terme sonnant de manière trop péjorative pour convenir tout à fait. Il y a aussi le thème de l'homosexualité. En fait, je pense qu'on peut dire de ce livre que de manière générale il décrit une société dans laquelle les mœurs ne sont pas très évoluées. Il y a de l'émotion aussi, certaines situations - surtout à la fin... - remuent le lecteur. Et il y a toujours ce petit côté "Harry Potter" qui ressort parfois sans sentir le plagiat, que ça soit pour les formules en latin ou les cours d'illusion donnés aux jeunes sorcières.

 

J'aime toujours beaucoup le personnage de Cate et, si l'intrigue de la série tient en quelques lignes, l'auteur ne donne pas l'impression de broder autour pour donner un livre de 400 pages. C'est difficile à expliquer, ce livre réussit le pari de se lire très aisément mais en ayant un vrai contenu. On trouve de l'intérêt à le lire. Je dois quand même dire que comparé au premier tome, j'ai trouvé un peu plus de longueurs au livre. Mais je pense aussi que des données plus personnelles entrent ici en compte... En tout cas, j'ai hâte de voir comment tout cela va se terminer. Cette série confirme son très grand potentiel, je la conseille à tous ceux qu'elle intrigue.

 

Mon ressenti

8,5/10

 

Sœurs sorcières, Livre 2, de Jessica Spotswood, éditions Nathan (15,90€)

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 17:17

 

ANN BRASHARES : QUESTIONS / RÉPONSES AUTOUR DE SON NOUVEAU ROMAN "ICI ET MAINTENANT"

 

Présentation de l'éditeur

Suivez les règles.
Souvenez-vous de ce qui s'est passé.
NE TOMBEZ JAMAIS AMOUREUX.


Voici l'histoire de Prenna James, une jeune fille de dix-sept ans qui a immigré aux États-Unis, à New York, à l'âge de douze ans. Mais Prenna ne venait pas d'un autre pays. Elle venait ... d'une autre époque, du futur. Prenna et ceux qui ont fui avec elle jusqu'au temps présent, doivent suivre un ensemble de règles strictes pour assurer la survie du genre humain : ne jamais révéler d'où ils viennent, ne jamais interférer dans le cours de l'Histoire, et ne jamais développer de relations intimes avec quiconque en dehors de leur communauté. Mais Jenna rencontre Ethan Jarves .... Une romance impossible aux enjeux planétaires.


Mon avis

Si vous êtes fan d'Ann Brashares, préparez-vous : ce roman est très différent de ses précédents.

 

Heureusement, on y retrouve son style...

 

"C'est mal. Je sais, mais je rêve que je danse avec lui, lentement, doucement. Je joue la scène dans ma tête parce qu'il n'y a que là que c'est possible."

 

"Je me rends compte que nous, nous avons changé. J'ignore depuis quand, mais ce baiser sur ma clavicule m'a fait l'effet d'une piqûre de moustique, me transmettant une douce maladie qui m'exalte autant qu'elle m'affaiblit."

 

Mais Ann Brashares avait habitué ses lecteurs à des romans réalistes, très "terre à terre". Elle avait déjà commencé à se détourner de cette constante dans "L'amour dure plus qu'une vie". Dans "Ici et maintenant", le virage se précise.

 

Un des points forts habituels de l'auteur est la puissance émotionnelle de ses romans, dans sa manière de parler de la mort et de la maladie, principalement. Il y a des tragédies dans ce livre qui parle somme toute de la fin du monde et un potentiel émotionnel énorme dans l'histoire de Prenna, mais ce potentiel est sous-exploité selon moi. Les lettres de Prenna à Julius sont trop peu présentes. Je me demande si l'auteur ne s'est pas lassée d'en écrire, c'est dommage, car quand on découvre qui est Julius elles prennent un tout autre sens.

 

Ce livre joue sur plusieurs tableaux : la science-fiction avec le thème du voyage dans le temps, la romance avec une histoire d'amour impossible et le thriller avec son intrigue sous-jacente.

 

Prenons d'abord la science-fiction. Prenna a dix-sept ans et vient des années 90. Pas 1990, non, 2090. Elle fait partie des personnes qui ont échappé à l'épidémie de peste qui décime l'humanité en revenant dans le passé. La maladie est transmise par un moustique qui a muté/a proliféré/on ne sait pas trop à cause du réchauffement climatique. Hors de question cependant de changer quoique ce soit pour améliorer le futur, cependant, Prenna vit dans une communauté de voyageurs du futur gouvernée par des conseillers et des règles révoltantes. On sent qu'"Ici et maintenant" tente de s'approprier les ingrédients de beaucoup de romans pour adolescents à succès d'aujourd'hui et, en ce sens, a des accents de dystopie.

 

Deuxième aspect : une intrigue sentimentale, comme seule Ann Brashares en a le secret. Enfin, presque. L'histoire d'amour n'est pas le plus important et les deux protagonistes sont touchants mais ça s'arrête là. Leur histoire ne donne pas de papillons dans le ventre et le côté histoire d'amour impossible m'a beaucoup plu mais n'a pas rendu le roman aussi tendu et prenant que je ne m'y attendais. Prenna a également des réactions... discutables (comprenez : qui m'ont fait l'insulter à voix haute).

 

Pour finir, quelques mots sur l'intrigue. Elle connaît un début et une fin, le tout contenu en un livre. Je trouve ça dommage que pour un sujet aussi vaste et dense, l'auteur n'exploite qu'un tome de 275 pages. La construction de l'intrigue n'est pas particulièrement originale mais au moment où il faut rassembler les pièces du puzzle, elle paraît plus complexe qu'au premier abord.

 

Je n'ai en fait pas trouvé le roman 100% abouti, un peu comme si Ann Brashares s'essayait à autre chose mais qu'il ne s'agissait encore que d'une première tentative. Pourtant, ce roman a du potentiel et il n'y a rien à jeter, au contraire, il faudrait selon moi y ajouter des choses. Apporter plus d'attention aux détails, étoffer les personnage, sur qui l'univers et l'intrigue ne devraient pas prendre le pas.

 

Il manque des informations par rapport à la vie en 2090, les circonstances dans lesquelles les voyageurs du temps ont mis en place leur projet, des précisions par rapport à la peste (SPOILERS /: son origine précise, pourquoi elle se transmet d'un voyageur à un natif... / FIN DES SPOILERS). Le plan de Prenna et Ethan semble avoir pris moins de temps à élaborer qu'une étude pour un examen de fin d'année ; vaguement évoqué entre un plongeon dans la mer, une partie de shopping et une discussion sur le fait qu'ils ne peuvent pas avoir de relation intime puisque Prenna est sans doute porteuse de la peste de 2090. J'ai vraiment du mal à comprendre la longueur (je devrais plutôt parler de "courteur") du livre étant donné tout ce qu'il aurait pu apporter comme précision aux lecteurs pour paraître plus construit.

 

Ce que je veux retenir du livre, en plus du style de l'auteur qui fait que je continuerai à la lire, est la critique de notre société qu'il pose, encourageant ainsi ses lecteurs à la réflexion. On découvre le point de vue de Prenna sur notre monde...

 

"Les gens d'ici prétendent que les plus belles choses ont déjà disparu, mais ils se trompent. Ils ont encore tant à perdre."

 

... et ce livre exprime bien le fait qu'on sait tous vers quoi on s'avance, mais que nous ne sommes pas prêts à changer nos habitudes pour autant, pour la plupart d'entre nous. Je n'ai cependant pas trop compris la condescendance envers les personnes qui "achètent bio, portent des chaussettes en chanvre et dorment dans des draps en coton produits sans pesticide" et "ne s'attaquent pas au plus important". Je ne fais pas partie de ces personnes mais je m'interroge : vouloir agir à sa petite échelle est-il si risible que cela ? Je ne vois pas trop où l'auteur voulait en venir sur ce point, attend-elle de Monsieur tout le monde qu'il abolisse la pollution d'un coup de baguette magique simplement parce qu'il le veut ?

 

La fin est assez bien faite, quoique abrupte. Elle n'est ni tout à fait triste ni tout à fait joyeuse. Et, comme d'habitude avec Ann Brashares, le texte se clôt d'un joli coup de plume.

 

Ce roman n'est peut-être pas une aussi bonne surprise que ne me le laissait penser l'annonce d'un nouveau roman d'Ann Brashares, mais je trouve plus que louable le but qu'elle s'est donné sans prétention ("être nostalgique du présent" selon ses propres mots). Je pense que certains des lecteurs habituels de l'auteur seront déroutés voire déçus par ce roman. Je leur conseille, s'ils souhaitent lire ce livre, de le lire pour son atmosphère poétique et la réflexion qu'il produit chez le lecteur, et sans trop s'affranchir des détails comme je l'ai fait ici. J'ai aussi apprécié la manière dont certains éléments se recoupent à la fin, j'aurais aimé qu'Ann Brashares exploite cela pour tous les trous de l'intrigue. Je me rends compte que ma chronique est beaucoup pessimiste que je ne l'étais en lisant. J'aurais en fait bien aimé qu'il y ait un deuxième tome... Je ne me serais pas posé toutes ces questions, et j'aurais pu laisser une deuxième chance à Prenna et Ethan.

 

Mon ressenti

7/10

 

Ici et maintenant, d'Ann Brashares, éditions Gallimard jeunesse (16€)

 

Le livre sortira le 4 juin.

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 20:24

 

Présentation de l'éditeur

C'est la rentrée des classes, et celle-ci entraîne inévitablement son lot d'émotions surtout quand on s'appelle Léa Olivier ! Comment Félix arrive-t-il à être encore plus cool et plus populaire maintenant qu'il est au cégep ? Pourquoi ses parents s'acharnent-ils sur elle et sur ses notes plus qu'ils ne le devraient ? Qu'arrive-t-il à son karma pour que Léa se retrouve dans la même classe que les nunuches et soit ainsi condamnée à vivre une année cauchemardesque ? Comment se fait-il qu'Olivier, le nouveau-gars-tellement-cute-de-sa-classe-avec-quielle-est-destinée-à-se-marier, ne réalise pas à quel point Maude est l'incarnation du diable ? Et qu'est-ce qui pousse Thomas à débarquer à Montréal ? Autant de questions et de rebondissements qui réservent à Léa un automne en montagnes russes !

 

Page Facebook de l'auteur

 

Mon avis

Le quatrième tome des aventures de Léa nous offrait un peu d'exotisme, dans celui-ci on retourne à Montréal et à l'ambiance des débuts.

 

Je pense pouvoir dire que le tome 4 est mon préféré jusqu'à maintenant, du coup celui-ci, le suivant directement, m'a un peu moins marquée. Mais j'ai encore une fois adoré le temps passé en compagnie de Léa et de ses amis ! Point très positif : le nombre de pages (400) a légèrement augmenté. :-)

 

Mais même si le décor ne change pas, il y a pas mal de changements dans "Montagnes russes", qui porte si bien son titre, décrivant à la fois la vie de Léa et celle de sa best Marilou, souvent en écho avec la sienne (puisque, après tout, les thèmes évoqués touchent beaucoup de jeunes). Toujours subtile et jamais moralisatrice, Catherine Girard-Audet, à travers ses romans, répond à - ou devance - les questions de ses lecteurs.

 

Léa tourne plusieurs pages dans ce tome... on la sent encore grandir, même si on retourne plus ici à des intrigues amoureuses. Marilou, elle, recule en quelque sorte... Mais je n'en dirai pas plus ! En tout cas, l'événement de ce tome, c'est l'arrivée d'Olivier, ce petit nouveau qui va provoquer une rivalité encore plus forte entre Maude (la reine des nunuches) et Léa, qui vont se battre pour lui...

 

Pour finir, j'ajouterai que si je souris parfois en lisant ces livres, c'est la première fois que j'ai éclaté de rire, et ce plusieurs fois. De plus, même en enchaînant deux tomes à la suite, j'en redemande. Lire ces livres me met tout simplement de bonne humeur. Vivement le mois de juin pour la suite, j'en aurai probablement besoin après les exams !

 

Mon ressenti

8,75/10

 

Mes chroniques des tomes précédents : tome 1 / tome 2 / tome 3 / tome 4

Ma chronique du hors-série "L'avis de Léa Olivier sur les garçons"

Mon interview de Catherine Girard-Audet

 

La vie compliquée de Léa Olivier, tome 5 : Montagnes russes, de Catherine Girard-Audet, Kennes Editions (15€)

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 20:16

Pour chroniquer ce livre, il faut que je passe au-delà du fait que pour moi écrire dans un livre est un SACRILEGE. Je ne sais pas si j'aurais été capable de le faire étant enfant. Mais si j'essaye de faire abstraction de ça, le concept de ce livre - compléter les illustrations, très rigolotes soit dit en passant, et apprendre les contraires aux enfants - me plaît beaucoup. Cela fait de cet album un livre très ludique, et original.

 

Yasmeen Ismail, Nathan (9,90€)

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime beaucoup les livres sous forme de questions réponses, même destinés aux enfants ils peuvent nous apprendre des choses. Mais je ne suis pas trop fan de celui-là. Les illustrations sont assez vieillottes et, s'il est très synthétisé, on ne comprend pas trop sur quoi se base l'auteur pour choisir de se concentrer sur tel écrivain ou tel peintre français. Et ce qui m'a vraiment dérangée, c'est la présomption de certains textes et, surtout, ce genre de question/réponse  : "Pourquoi mon grand père parle-t-il avec un accent ? Parce qu'il est né en Italie, mais il a décidé de venir en France il y a longtemps pour trouver du travail."  WTF ???

 

Questions réponses n°34, Nathan (6,80€)

 

 

 

 

 

http://img.livraddict.com/covers/122/122745/couv65866371.jpg

Oubliez Dora l'exploratrice et ses questions à sens unique lancées depuis votre poste de télévision, voici Jenny qui tente d'apprendre l'anglais aux enfants à travers un media autrement plus intéressant : le livre ! Le côté enfantin et naïf et son compagnon animalier rappellent Dora, mais la ressemblance s'arrête là. Ces livres, s''adressant à un très jeune public sont un bon moyen de donner le goût de l'anglais aux enfants.

 

 

 

 

Orianne Lalllemand, Tamara Page-Jones et Elsa Fouquier, Mes premiers bilingues 1 et 2, Nathan (7,50€/livre)

 

 

 A mi-chemin entre l'album et les premiers romans, le journal de Rose-Lou est un vrai plaisir à lire ! On retrouve dans ces troisième et quatrième tomes son ton mordant, sa forte personnalité, ses bêtises en série hilarantes et un format journal qui donne vraiment le goût de lire. Une chouette série que je conseille. Un joli graphisme et de jolies histoires accompagné d'un style frais. Ce n'est jamais moralisateur, jamais cliché, toujours drôle, même pour les adultes, et si chaque tome suit le même schéma, aucun ne ressemble à un autre ! 

 

 

Pakita et Laurent Audouin, Rose-Lou 3 et 4, Nathan (7,90€/livre) 

Ma chronique des tomes 1 et 2

 

signature

Repost 0
Published by HanaPouletta - dans Books
commenter cet article

En Savoir Plus

  • : Books and iced coffee
  • Books and iced coffee
  • : Chroniques sincères, rarement méchantes et souvent pleines de digressions de livres ados et enfants (principalement). J'adore recevoir du courrier par mail et par commentaires ! Et je suis un peu trop présente sur Facebook...
  • Contact

Des pubs sur le blog ?

Téléchargez Adblock Plus pour vous en débarrasser !

Qui Cherche...

A la une

Présentation

Une poulette qui lit et qui est accro au café glacé ? Oui, ça existe : voici mon blog.

 

Au programme : des livres, des livres, des livres. Un peu de musique. De cinéma. De café glacé. Des "Comme un air de famille" (couvertures jumelles ou presque) et des "Stars en couverture"... Bonne visite !

 

Si nous avons lu un livre en commun et que tu es d'accord avec moi ou pas du tout ; si je t'ai donné envie de lire un livre ; si tu penses qu'il existe un livre que je dois absolument lire... N'hésite pas à laisser une trace de ton passage ! Et pour m'envoyer un mail, clique sur "Contact" en-dessous de ma bannière.

 

Copie-de-Hana_pouletta.gif

 

Mes Teams :

 

 

ReReading-HP---Team-Hermione-fond-logo.jpg  team-adam-gayle.jpg  211627298_team20peeta_answer_1_xlarge.jpeg

 

 

WPF ! Wild PAL Forever !

 

http://1.bp.blogspot.com/-qbPZxHOoRLU/TYPArrZhY3I/AAAAAAAABAg/UpVMF4wJSfg/s1600/wildpal10.png

 

Parce que je laisse ma PAL (Pile A Lire) librement suivre son cours... Et que j'assume sa longueur. :-)

Si toi aussi, rejoins le mouvement et affiche ce logo ! Clique ici.

Retrouvez-moi sur...

Latest interview

interview

Photo du moment

Dossier2-8199.JPG

Les BB Brunes et votre serviteur